TOP SITES

1 - 2 - 3 - 4

LIENS UTILES

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Animations


NOUVEAUX VENUS


RPS LIBRE


PTI' CHOUX





Montréal, 2048. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement. C’est la danse des humanités.
De notre société.
L'archiviste // Léandre Luissier
Fonda trop gentille
1/17 : Event 2 : Le Grand Débat
1/17 : MAJ 4 + secret santa (zieute)
25/08/17 :MAJ 3 et intrigue 2
06/16 :Ouverture d'Exantrop
Intrigue — Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…



Voir les nouveaux messages

Voir ses messages
Marquer tous les forums comme lus

Partagez | 
 

 [EVENT 2] Prise de Position , le Grand Débat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le Plaisantin
avatar
PNJ


Mails : 50





Samedi 25 avril 2048 – 18h45
Le grand amphithéâtre du centre Bell était plein, traversé de part en part d’un bruit de fond permanent de sièges qui grincent et de murmures inquisiteurs. Le Grand débat, comme la Mairie l’avait appelé, avait été organisé deux semaines plus tôt pour faire face à la vague d’inquiétudes dû à l’incident du 1 avril.(*)
Pour l’occasion, tout le gratin relatif à la question de l’androïde avait été invité : Têtes pensantes, philosophes, scientifiques divers et variés, artistes, journalistes, gérants d’entreprises ou d’associations et même quelques citoyens qui avaient été tirés au sort. Chacun dans cette assemblée de privilégiés aurait surement dans la soirée son mot à dire pour contrer une parole et pour éviter toute anarchie,  partisans, opposants et figures neutres avaient été divisés à part égale, prenant place sur les strapontins rouges sur le devant de la salle.
Autour, comme autant de regards scrutateurs, les caméras de télévisions, quelques commentateurs et dans les gradins, le public, qui, affublé de nombreux micros, ne manquerait pas de poser mille questions quand le droit lui viendrait enfin.
C’était un grand événement à n’en pas douter, un de ceux qui serait retransmis partout en direct ou en replay, et qui à sa clôture, soulèveraient encore de nombreuses questions.
C’était le but par ailleurs. D’interroger la population. De la faire réfléchir et de la forcer à sortir de sa pensée de masse pessimiste.
Chacun avait à y gagner s’il se défendait bien.

Un appel résonna dans l’amphithéâtre intimant le silence. Les lumières baissèrent sur les gradins et se concentrèrent sur la scène d’où apparut l’hologramme d’un présentateur populaire habillé d’un costume gris clair, assorti à la couleur de ses cheveux.
Il salua la salle et avec entrain, commença son discours d’ouverture d’émission, la voix claire et jeune malgré ses cinquante ans passés.

« Bienvenue Mesdames et Messieurs au « Grand débat ». Suite aux événements du 1 avril ayant profondément traumatisé Montréal et l’international, une grande soirée de discussion a été organisée pour débattre de la place de l’androïde dans nos sociétés et s’interroger sur ses bienfaits, ses dérives et ses dangers. L’événement a été financé par CBC Television, l’état du Canada et la province du Québec. Merci à elles. »

Des applaudissements éclatèrent dans la salle avant de se taire.
« Vous retrouverez le programme des thématiques, les questions et un résumé des réponses en temps réel sur votre tablette personnelle ou sur le site du Grand débat.
Par ailleurs, pour le bon déroulement de la soirée et le respect de tous, chaque personne dans cette salle a été équipée d’un micro. Si vous souhaitez répondre ou poser une question, merci d’appuyer sur le bouton sur le côté de votre micro. Votre voyant rouge au dessus deviendra orange pendant le temps d’attente puis vert quand vous pourrez parler.
Sur ce, bonne soirée à tous. »


L’homme salua d’une courbette théâtrale puis disparut, remplacé par un autre hologramme bien connu, celui-ci étant celui de la mairesse de la ville.
« Bonjour, je suis heureuse d’entamer cette grande soirée avec la question du travail  des androïdes, troisième question la plus posée sur le site du Grand Débat avec 55 000 demandes. En effet, pour une grande partie de la population, cela semble être un véritable problème de société, les androïdes prenant les postes auparavant alloués aux humains. Les industriels et les entreprises démentent néanmoins cela et c’est par leur point de vue que nous commenceront. »

La salle s’agita et derrière l’hologramme, un nom s’afficha. Celui de la première personne à parler dans ce grand débat.  



Explications




Fonctionnement

- Pour que les choses soient plus spontanées, il n’y a pas d’ordres de passage et vous pouvez poster autant que vous le voulez. Néanmoins, si vous souhaitez répondre après un membre et que vous avez posté juste avant, un minimum de 2 jours sera demandé (pour laisser aux autres le temps de répondre, question que tout le monde puisse participer ;))
Si vous tenez à répondre à la suite de quelqu’un pour contrer ou appuyer ses arguments mais que vous n’avez pas le temps dans les jours à venir, vous pouvez envoyer un mp à Léandre pour qu’il vous réserve la place (un mp sera envoyé à tout les participants). Vous disposerez alors de 5 jours bloqués.  

-Vous disposez du droit de faire intervenir des PNJ libres à tout moment pour alimenter le débat ou que votre personnage puisse répondre à la suite.

-La thématique suivante commencera quand chacun n’aura plus rien à dire !

- Plus tard dans l’event, vous serez bien entendus en droit (toujours m’en parler avant) de foutre la merde si vous le voulez (du sang, des boyaux !) mais cela risque de ne pas être sans conséquence pour vos persos ♥️

-Merci de faire un récap de vos arguments en fin de post en spoiler !

-Même si l'event est commencé, vous pouvez toujours vous inscrire ici et nous rejoindre à tout moment.

Plan des thématiques de la soirée
Question que vous puissiez suivre, voici le plan des thématiques. Vous pouvez voir quelques idées d’arguments pour les moins inspirés. Ce n’est bien sur pas exhaustif ! N’hésitez pas à vous inspirer des arguments et des débats qui secouent notre actualité irl, ils n’ont pas vraiment changé depuis eheh ;) Si vous avez un doute, n’hésitez pas à mp Léandre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[HRP: Yoplà, je me lance, en espérant avoir pas dit de connerie]

Camille s'était donné bien du mal pour participer à ce débat. Un mal sur lequel il ne… reviendrait pas. Pour son propre bien. Quoi qu'il en soit, il n'avait pas gratté la meilleure place, mais il y avait quelque fierté à figurer non pas dans le public mais parmi les journalistes qui participaient au débat. Plus qu'à trouver quoi mettre dans la une du journal de demain - une qu'il écrirait bien évidemment.

Passée l'introduction digne d'un show TV bas de gamme, les choses sérieuses étaient lancées.

Son point de vue sur les androïdes au travail étaient simple : tant qu'il n'y a pas de robot dans le journalisme, ils font ce qu'ils veulent, et tant pis pour ceux qui étaient moins bon qu'un tas de ferraille. On en reviendrait probablement aux vieilles questions qui divisent les opinions depuis le début du siècle, tout en martelant "c'est une vraie préoccupation de ces dernières années" du côté des réfractaires.

Quant aux industriels, ils feraient les hypocrites pour monter dans l'estime du public, en évitant dès que possible la question de l'argent. La preuve en images, avec un homme qui s'était levé et présenté rapidement, avant de lancer son petit discours.

« Nous comprenons que la présence des androïdes dans les entreprises est une source d'inquiétude pour tous. Cependant, nous pensons que l'androïde permet d'assister l'Homme dans des tâches où ils sont complémentaires, afin de le libérer des tâches qu'il n'effectue que par corvée. N'est-ce pas la technologie qui, à l'origine, nous a permis de quitter les champs, puis les usines ? Plutôt que de nous inquiéter de perdre des emplois ingrats, ne devrions-nous pas imaginer comment les androïdes pourraient rendre le travail plus agréable, plus inspirant, plus humain ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Roussel
avatar
Exovedat


Mails : 47
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°



ft.  EVENT

“In the twenty-first century, the robot will take the place which slave labor occupied in ancient civilization.”

Le Grand Débat


Il avait été demandé à Elijah de participer au grand débat, pour le compte de la société AndroTech, créatrice d’Androïde depuis des années. Outre le fait que c’était lié aux attentats, chose qui rendaient l’homme très mal à l’aise, c’était aussi rempli de personnes, regardé sur tous les écrans de télévision, plein de journalistes. Il n’avait pas le droit à l’erreur, et cette idée le rendait très mal à l’aise. Elijah n’en laissait cependant rien paraître, affichant une mine neutre, avançant jusqu’à sa place. Le costume qu’il portait lui donnait un peu plus confiance en lui afin de prendre la parole, il possédait aussi un petit nombre de fiches classées dans sa tablette personnelle.

Le discours d’ouverture de l’émission fit bientôt son apparition, et l’ingénieur écouta attentivement d’un homme, frissonnant très légèrement à l’évocation de ce qu’il s’était passé le premier avril. Sans doute n’avait-il pas été le seul, et tout son esprit se concentra sur le présentateur et ses mots, pour ne pas glisser vers cette journée maudite. Au moment d’applaudir, Elijah suivit les autres, et le discours continua. La mairesse fit elle-même une apparition posant son la première question de cette journée. Le travail et les Androïdes, comment faire en sorte que les gens puissent avoir un travail alors que les Androïdes prenaient de plus en plus le pas sur toutes les tâches faciles.

Un premier homme se leva, évoquant l’utilisé des Androïdes pour les corvées, une évolution du monde général afin de libérer les Hommes des emplois difficiles physiquement. Elijah appuya sur le petit bouton de son micro, qui passa comme prévu en orange. Non seulement voulait-il appuyer ces propos, mais il voulait aller plus loin dans ses pensées. L’anxiété de parler en public face aux gens de la salle l’accapara, mais se mit à respirer calmement et profondément pour se calmer. Quand la lumière tourna au vert, Elijah se leva, peut-être un peu brutalement, et se racla la gorge.

Bonjour, je suis Elijah Roussel, représentant de la société internationale AndroTech. Nous faisons des Androïdes de tous les types, comme vous avez pu sans doute le voir au mall. La question de la place des Androïdes dans la société, est très complexe. Ils n’ont pas seulement remplacé les humains pour les corvées, mais aussi pour les tâches dangereuses, ou impossibles à faire par l’Homme. De ce fait il nous faut nous adapter à ces changements d’emploi. Ces emplois n’ont pas disparu, ils se sont retrouvés plus diversifiés, demandant plus de qualifications, plus d’études. Nous avons besoin de plus de chercheurs en R&D, de plus d’ingénieurs, de techniciens, et de nombreuses entreprises sont prêtes à les employer dès leurs sorties d’études. Nous voulons créer et améliorer les Androïdes que nous avons, afin de rendre la vie moins chère et plus agréable pour tous.

Encore fallait-il que la population puisse payer ces écoles et c’était un point qu’Elijah ne pouvait pas évoquer. Après tout il s’agissait d’un autre problème, qui ne concernait pas l’entreprise dans laquelle il travaillait, mais l’état et la société. Son petit speech terminé, il se rassit, laissant la parole à quelqu'un d'autre. Sa voix n'avait pas vacillé, il était apparu sûr de lui et professionnel. L'homme en profita pour jeter à nouveau un coup d’œil à ses notes.



Spoiler:
 


Merci !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 565
Double-compte : Georges Adams/logan Duval
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue




Léandre était là ce jour de 1er avril.  Il l’avait vécu et la catastrophe l’avait ébranlé plus que nulle autre. Il avait eu peur pour ceux qu’il aimait et pour la première fois, de ses yeux, avait vu le danger que pouvait représenter les androïdes. Son avis à leur propos s’était renforcé et quand on lui avait proposé de participer au Grand débat, pour Antoine, Neliya et même Kimi, sans une seconde d’hésitation, avait accepté.
Il avait rouvert les différents dossiers se trouvant à l’association, les avait relus puis avait réfléchi les arguments, prévu la contre-offensive et, soldat des mots, s’était préparé à la guerre des idées.
Il s’était habillé sobrement le jour dit, avait enfilé un pantalon sombre avec une chemise blanche aux manches légèrement bouffantes et au col haut serré et avant d’entrer dans la salle, avait fumé une dernière cigarette pour s’éclaircir l’esprit.
Il s’était assis ensuite, attendant que la foule se taise et que le Grand débat commence.
Il avait écouté avec attention les arguments du premier homme puis du second, avait pris des notes puis avait demandé la parole.
A son tour, l’accord acquis, il s’était levé, la voix claire, assurée, profonde car s’il n’était pas juge aujourd’hui, sa voix était celle de l’avocat.  

« - Bonsoir. Léandre Luissier, magistrat au tribunal de Montréal et porte-parole de l’association catholique Esperancia.  J’aimerais me placer en opposition à vos propos. En effet, les androïdes ont permis une amélioration des conditions de travail et une baisse des couts de productions et de vie mais à quel prix ? Quand vous parler de vie agréable, pensez-vous sincèrement à ces nouveaux très pauvres qui n’existaient pas il y a encore dix ou quinze ans ? Vous évoquez Monsieur Roussel et ce à juste titre, la création et le développement de métiers  demandant plus de qualifications mais qui payera les études de ces futurs professionnels ? Devons-nous vous rappeler que notre système éducatif est financé en très grande partie par les familles et non par l’état et que donc seuls les enfants de milieux aisés  ou quelques étudiants ayant décrochés une bourse au mérite pourront faire des études ?
Pensez-vous aussi à la saturation globale du marché du travail et que pour produire mille androides qui prendront milles emplois, une petite équipe d’une vingtaine d’ingénieurs de pointes seront suffisants, les machines s’occupant du reste de la production.
Dois-je aussi vous rappeler le licenciement de centaines d’aide soignantes  en 2044 au profil d’androïdes, ceux-ci coutant moins cher et étant supposément plus rentable ?  
Un métier ingrat ou potentiellement dangereux est-il pire que de précipiter dans le chômage 30% de la population mondiale ? La véritable solution ne serait-il pas plutôt de valoriser financièrement ces métiers, de travailler sur l’ergonomie des postes de travail  et la gestion des risques ?
En pensant uniquement à ses arguments, comment pouvez-vous penser que l’utilisation d’androïde peut être une solution viable ?    
Tant que les hommes ne seront pas réintégrer à tous les échelons de l’économie et de la production, la catastrophe sociologique de ces dernières années ne pourra que l’accentuer.
La présence des androïdes dans le milieu du travail  répond à des besoins financiers et non humains et entrainent uniquement l’enrichissement de grands groupes, la gentrification des populations moyennes au sacrifice des classes les plus pauvres qui, si elles sont majoritaires,  ne cessent de voir leur pouvoir d’achat  diminuer, les plus faibles se tournant alors vers des délits mineurs allant du petit trafic, à la prostitution ou au vol. »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinocchio
avatar
Artilect


Mails : 23
Double-compte : Aucun
Surnom : Pino'
Age du Montréalais : 18
Emploi/loisirs : Musique
Portrait robot : Pino' est artilect ancien DJ actuellement en recherche d'emploi


Pinocchio est figé au milieu du trottoir avec quelques autres personnes, ses lunettes de soleil cachent ses yeux rouges et assombrissent l'énorme écran qui se trouve devant lui. Les échanges n'ont commencé que depuis seulement quelques minutes et la tension est déjà présente.

Certaines personnes approuvent les paroles d'un certain magistrat. A vrai dire Pinocchio n'y comprend pas grand chose voir rien du tout. Les humains n'ont pas assez de travail ? Lui non plus ! Il est déjà passé par une décharge ( il était alors à la recherche d'une baffle abandonnée, il en trouva d'ailleurs une très facilement les humains jettent facilement ) et le nombre d'Androïde déconnecté l'a fait se sentir...Non bien sûr, Pinocchio ne ressent rien. Ce souvenir s'éloigne aussitôt de son... "esprit".

L'androïde se concentre à nouveau sur le débat, le magistrat finit d'ailleurs sa longue tirade. Certaines personnes applaudirent et Pinocchio se sentit obligé de suivre le mouvement. Il produisit un petit son d'applaudissement, il entendit quelques humains ricaner autour de lui mais ne comprit pas que ces rires lui étaient destiné. Il se trouve actuellement dans un quartier ou les rues sont ponctuées par des petits bars, des tabacs et des épiceries de nuit. Pinocchio ne le sait pas mais la plupart des gens qui vivent ici ont du mal à payer leur loyer à cause des licenciements qui touche un peu tout le monde, ce n'est donc pas étonnant qu'ils approuvent le discours du catholique.

Parfois Pinocchio oublie ( volontairement il a été programmé pour ça ) son côté informatique et se range naturellement sur l'avis de la majorité même si c'est contre lui même. De toute façon son avis n'en est pas vraiment un, seulement il a été programmé pour en avoir. Il se perd souvent dans tout ces codes et reprogrammation. Mais pour le moment il retire ses lunettes de soleil et observe l'écran tout en se connectant aux réseaux sociaux. Il poste un tweet sur le débat, qu'il copie sur une autre célébrité en changeant quelques émoticones.

" Un débat très intéressant que je vous conseille de voir ! Il est temps que les choses changent [insérez bras musclé]  "

Satisfait de son tweet journalier il reporte son attention sur le débat tout en attendant des partages qui ne viendront pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar




-Ça fait du monde, hein ?

Ethan approuva d’un bref fredon grave. Des gens, il y en avait. Plus qu’il n’était possible d’en compter. Et autant de possibilités de débordements. Enfermer dans la même pièce autant de personnes d’avis divergents sur un sujet aussi sensible que la place des androïdes dans le monde d’aujourd’hui ne pouvait signifier que des ennuis à venir, aussi « civilisés » soient les participants au débat. Trop de cordes vibrant sur la même note.

La tête blonde de Pascal s’agita sur son ATH.

-Fais pas la tête, il y a pire comme affectation de retour en service.
-Surement. Je vais descendre dans les gradins.
-Ça risque d’en effrayer si on nous voit plantés comme des piquets sur chaque escalier alors que c’est même pas commencé.
-C’est justement pour ça que j’y vais. On reste en contact.

Et il coupa la connexion. Silencieusement, il se glissa en haut d’une des allées de l’amphithéâtre, la scène directement en visuel pour pouvoir balayer la totalité de l’assemblée. Des respirations tendues ici, des doigts qui froissent les vêtements par-là, une pointe de musc ailleurs, rien d’anormal. Lui se sentait frais et dispo. Ses collègues avaient beau penser le contraire, il était prêt pour un retour sur le terrain. Pour la bonne mesure, il vérifia la souplesse de ses prothèses par quelques mouvements anodins et lança une vérification logicielle le temps du discours d’ouverture.

S’il avait déjà son propre avis, il n’avait pas souhaité participer au débat en tant que simple citoyen. Les mots ne l’intéressaient plus. Brasser des idées jusqu’à l’épuisement, se heurter à des barrières mentales sitôt les premiers arguments échangés, piétiner encore et encore, tout cela il l’avait vu et ça n’avait rien changé. Il fallait des actions concrètes désormais. Le reste suivrait après les mesures prises. Au moins, certains comme le magistrat Luissier semblaient avoir la tête sur les épaules. Ethan veillerait simplement à ce que tout le monde la conserve fraiche et lucide.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Roussel
avatar
Exovedat


Mails : 47
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°



ft.  EVENT

“In the twenty-first century, the robot will take the place which slave labor occupied in ancient civilization.”

Le Grand Débat

Elijah, et de cette même façon, l’entreprise dans laquelle il était, s’était attendu à ce genre d’arguments. La personne qui s’était opposé à ces idées était un avocat, il devait avoir tout à fait l’habitude de retourner des cas, mais cela n’effrayait pas spécialement l’homme. Cependant le fait qu’il venait d’une association catholique lui fit froid dans le dos. Elijah ne laissa pas ce détail le détourner de ses propos et resta concentrer pour la suite des arguments. Monsieur Luissier donnait de très bonnes idées pour empêcher les androïdes de prendre plus de place au sein de la société, mais Elijah ne souhaitait pas en finir là-dessus.

Il avait d’autres cordes à son arc, et il avait à présent la possibilité de montrer AndroTech sur un jour positif. C’était une partie de son travail à présent il semblait. L’anxiété s’était un peu évaporée suite à la première fois qu’Elijah avait pris la parole. Il rappuya donc sur le petit bouton pour se permettre de parler avec l’avocat catholique, et se leva à nouveau quand la lumière devint verte.

« Monsieur Luissier, vous soulevez des points intéressants, qui néanmoins mériteraient d’être mis en perspective. Quand vous évoquez les bourses de mérite, sachez que certaines entreprises, dont AndroTech, sont aussi capables de repérer les meilleurs éléments et de leur fournir l’argent nécessaire pour compléter leurs études et avoir un travail à la suite de la maîtrise. Peut-on réellement en vouloir aux entreprises qui font de leur mieux pour avoir les meilleurs éléments possible dans leurs rangs ? L’accès à l’éducation est principalement un problème lié à l’Etat, non aux Androïdes. »

Elijah se racla la gorge, avant de continuer. Il n’était pas fier de ce qu’il disait et étonnamment, il était presque d’accord personnellement avec Monsieur Luissier. Mais sa position lui demandait de faire des choses qu’il n’appréciait pas pour son travail. Il savait à quel point vivre dans la pauvreté était difficile et espérait, un petit peu, que ses camarades des associations LGBT+ ne le regardait pas trop.

« Pour les personnes qui sont déjà sorties des études, et qui ont vu leur emploi attribué aux Androïdes, il existe de nombreux moyens de participer à des formations dans des domaines en développement, comme la programmation, l’ingénierie, le dessin industriel, la réparation générale, les métiers de psychothérapie, ou tout travail relatif à l’art, pour n’en citer que quelques-uns. Nous avons besoin de plus d’accès à la réorientation, afin de motiver toutes les personnes ayant perdu leur emploi. Tout ce chômage pourrait être largement éradiqué par la création de nouvelles entreprises dans les domaines des médias, la publicité et la recherche. »

Mais ce n’était pas finit.

« Nous sommes pour la préservation de la vie et de la santé humaine, c’est pour cette raison que nous préférons éloigner les humains des emplois dangereux psychologiquement ou physiquement, qui ressemble bien plus à de l’esclavage qu’à un réel emploi sécuritaire. Ce n’est donc pas simplement pour valoriser le côté financier comme le suggère Monsieur Luissier, mais bien pour préserver nos citoyennes et citoyens. »

Rendre en esclavage les Androïdes n’était pas forcément non plus la meilleure chose, puisque certains d’entre eux avaient, semblaient, posséder des sentiments et une conscience générale. Mais Elijah n’était pas là pour faire part de ses pensées sur ce genre de problèmes. Il avait légèrement l’impression d’avoir craché du poison quand il se rassit, et il se sentait un peu coupable. Non, AndroTech n’en avait pas grand-chose à faire des vies des autres, le profit général des Androïdes était simplement bien plus importants pour se permettre de reculer le marché. C’est parce qu’Elijah pensait à ce genre de choses qu’ils l’avaient mis comme représentant. Il trouva sur sa tablette un nouveau message de la part de son supérieur, un petit pouce levé, pour exprimer son contentement.



Spoiler:
 


Merci !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 565
Double-compte : Georges Adams/logan Duval
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue




Elijah Roussel avait repris la parole et à chaque parole, chaque argument, se créaient des failles et des incohérences dans ses propos que Léandre exploiterait, exposerait.
L’Albatros le laissa finir, organisa sa pensée et demanda la parole pour lancer la contre-offensive.

-Vos idées sont louables M.Roussel, mais vous n’avez pas une vision globale et réaliste du monde du travail et de ses rouages.
Des entreprises sont en effet capables de repérer et de financer les études de leurs futurs employés mais cela reste à leur profit unique ou au mieux, un outil de communication pour se donner une image sociale auprès de clients potentiels.
Par ailleurs, comme vous le notifiez, l’éducation n’est pas ici le sujet et l’androïde ne rentre en effet directement en rien là dedans.

Nous parlons de travail et des androïdes qui prennent les postes les moins qualifiés. Par ailleurs, vous exposez la notion de formations de réorientations mais pensez-vous que la majorité des personnes travaillant auparavant à des postes peu qualifiés sont capables de reprendre des formations de plusieurs années dans un domaine totalement autres alors qu’ils ont parfois quitté le système scolaire depuis des années et que des jeunes diplômés qualifiés ont déjà du mal à s’insérer sur le marché du travail?

L’ingénierie, le dessin industriel ou la psychothérapie comme vous les mentionnez font d'ailleurs parti de secteurs et de voies professionnelles bien définis qui, s’ils se développent actuellement, seront très tôt engorgés par la demande et deviendront davantage élitistes qu’ils le sont actuellement.
Quand aux médias et à la publicité, nous savons tous que ces secteurs, attractifs, sont déjà saturés depuis longtemps et que créer une entreprise alors que la demande ne suit pas, mène uniquement à la faillite.
Votre argument sur la préservation de la vie humaine n’est par ailleurs qu’une hypocrisie d’industriel car autant que je le sache, supprimer un poste n’est en rien préserver une vie humaine. C’est tout au mieux une solution de facilité pour éviter le danger et ses conséquences qui pourraient retomber sur l’entreprise.

Si vos attentions sont de préserver la vie humaine, travaillez plutôt sur le fait de rendre ses postes sécurisés comme je le disais auparavant. Il y a matière à faire sur ce domaine. De plus, vous emploierez alors des personnes à ces recherches.

Pour conclure tout cela, M. Roussel, je suis en regret de vous annoncer que vos arguments sont irréalistes et ne tiennent pas debout. Peut-être auriez vous mieux fait de réfléchir à vos paroles avant de nous les exposer car nous sommes ici pour débattre sur des cas réalistes et non utopistes. »


argument:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar




Installé sur son siège Valentine écoute les grands mots se déchaîner en contrebas. Vanier, son collègue de longue date et psychanalyste versé depuis des années sur la relation du sujet avec le numérique, lui avait passé l’invitation au Grand Débat parce qu’il devait se rendre à New York ce jour-là. Pour peu que la problématique de cet événement ne soit pas clairement mise en avant, depuis son installation à Montréal Valentine avait perçu l’actualité principale de cette ville qui tournait machinalement autour du premier avril, date du premier androïde divergent. Vanier et Valentine avaient échangé deux trois dossiers et sujets divers en cours avant que le psychanalyste finisse par poser son avis sur cet incident. (...) Ce sur quoi, Valentine avait accepté l’invitation et se retrouvait là, à assister à un débat couvrant bien trop d’aspects concernant l’androïde et sa place dans le monde pour espérer y voir quelconque résultat suite à ces flots de paroles.

Luissier a commencé par mitrailler une série de questions acharnées contre Roussel. Mais au final c’était une autre tournure ironique de la part l’humanité: il fallait que ce soit un androïde qui se mette à causer des dégâts pour que le monde remette en question ce que lui même s’était mis à créer depuis des années en se lançant dans la voie de l’innovation. On n’avait toujours pas trouvé un moyen de réduire la criminalité humaine et encore moins sa disparité, qu’on se penchait déjà sur la question de celles des androïdes. Remettre en question l’androïde était un fait mais le pourquoi et l’origine du dysfonctionnement de Freyja restait encore inexpliquée. Alors à quoi bon questionner les possibles conséquences d’un fait sans en connaître la raison? Valentine pense que de toute manière, rien ne stoppe l’innovation. Jadis par exemple, les avions versus les voitures, versus la pollution et les crashs aériens, l’automatisation des guichets. Puis les drones et les UAVs. Indéniablement les hommes sont remplacés aux profils des machines et cette robotisation progressive crée d’autres types de postes. La moralité n’a jamais arrêté la problématique éternelle du rendement au moindre coût. D’ailleurs, la seule chose qui n’est pas encore remplacée c’est cette conscience morale. Cela dit, accuser l’androïde c’est dénier que l’homme est lui même au cœur de ses propres fléaux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Plaisantin
avatar
PNJ


Mails : 50




Un silence percé de quelques murmures raisonna dans la salle. Un homme membre des pro-androide prit la parole et avec assurance, dépita une suite de parole à l’argumentaire décousu et douteux. Il se rassit, fier, unique convaincu du bien fondé des ses mots, sourit sous les quelques applaudissements mitigés présents surtout par politesse.
La salle se tut quelques instants et l’hologramme de la mairesse réapparut.

« Merci Messieurs pour vos pistes de réponses. Venons-en à présent au sous-thème deux, soit la présence des androïdes sur le marché du sexe, de l’amour et de la compagnie.
Depuis la réouverture des maisons closes où sont exploités les androïdes, l’idée fait débat sur de nombreux points de vue éthiques. Ecoutons donc ce que chacun a à dire. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT 2] Prise de Position , le Grand Débat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Centre-ville culturel-
Sauter vers: