TOP SITES

1 - 2 - 3 - 4 -

LIENS UTILES

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist

NOUVEAUX VENUS


RPS LIBRE


PTI' CHOUX





Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.C’est la danse des humanités.
L'archiviste // Léandre Luissier
Fonda trop gentille
1/17 : MAJ 4 + secret santa (zieute)
25/08/17 :MAJ 3 et intrigue 2
06/16 :Ouverture d'Exantrop
Intrigue — Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…

voir les nouveaux messages (spéciale dédi'Toinou)

voir ses messages (pour les feignasses)

Partagez | 
 

 Un Pas pour l'Humanité [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elijah Roussel
avatar
Exovedat


Mails : 21
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°





NOM : Roussel
PRENOM : Elijah
SURNOM : Eli’
ÂGE : 32 ans.
METIER/OCCUPATION : Chef de Projet dans une entreprise de développement d’Androïde. Il répare les androïdes cassé dans son temps libre.
NATIONALITE : Canadien.

Exodevat

Caractère & Physique

S’il y a bien une chose qu’Elijah a depuis le début, et qu’il continuera d’avoir, c’est son instinct de survie. Même s’il faut mentir, prétendre, rester sympathique avec des gens qui ne le méritent pas. S’il s’agit de survivre, alors Elijah fera le pas. Parfois l’homme a l’impression qu’il s’agit plus d’une malédiction que d’une qualité, mais vous ne le verrez pas s’en plaindre. Il s’est d’ailleurs toujours démarqué pour son intelligence et sa façon d’ordonner les choses, de trouver des plans même dans les cas désespérés, il est assez dur avec lui-même et, par conséquent, avec les autres aussi. Cependant, il en est conscient et essaie de rester honnête avec lui-même par rapport à ce qu’il est et n’est pas. Il n’avoue malheureusement jamais qu’il fuit ses problèmes et son passé, même s’il s’agit de quelque chose de clair comme de l’eau de roche.

Lorsqu’il ressent une émotion négative, il a la mauvaise habitude de la fuir, en se tournant vers le travail. La boisson aussi, quand il n’y a pas assez du premier, mais moins maintenant. Il apparaît comme une personne n’ayant pas vraiment de problème, ou ayant une vie fructueuse alors que cela n’a jamais été le cas à ses yeux. Tout est dans la prétention en fait. Il pense beaucoup à comment il doit se présenter pour laisser le moins d’indice sur lui-même. De cette façon, peu de gens le connait réellement, même si beaucoup pensent le connaître.
En parlant des autres, Elijah repousse très régulièrement les autres par peur de pouvoir les perdre ou de se faire trahir à un moment ou à un autre, si cela sort du cadre professionnel. Il laisse seulement les Androïdes l’approcher en général et se méfie beaucoup des humains. D’une façon générale, c’est quelqu’un de très anxieux. Avec des problèmes liés à son passé, il ne sortira pas vraiment pour aller dans un cinéma, et limite même ses déplacements dans la rue. Non pas qu’il trouve que c’est une vraie perte. Mais il n’en a pas vraiment la liberté comme il aurait pu l’avoir avant.

Vu qu’il reste la plupart du temps cloitré chez lui, l’ingénieur passionné par la robotique n’hésite pas à mettre en place des nouvelles idées pour les mettre en forme. Il pense qu’il y a toujours quelque chose à améliorer quelque part. Être ingénieur est quelque chose qui l’a beaucoup sauvé par le passé et qui continue à le sauver aujourd’hui. Parce qu’il s’agit de sa bouée de sauvetage dans les moments les plus sombres. De loin on pourrait le voir comme quelqu’un de fort, impénétrable, qui met de l’ordre partout et peut tout gérer sans faillir. La vérité… Bah c’est la bouteille de vin ouverte à minuit. Il est un peu (beaucoup) à la dérive, sans pour autant se laisser mourir.
Il lui arrive, de ce fait, d’oublier de manger parfois ou de dormir. Le temps passe parfois très bizarrement pour lui, Elijah peut se retrouver à passer des jours sur la confection d’une fonctionnalité sans vraiment s’en rendre compte. Maintenant qu’il est chef d’équipe, il ne se passe pas un jour sans qu’un de ses collègues l’appelle pour avoir des directions ou pour régler des problèmes lié au projet, freinant un peu ses dérives.

Contrairement à la plupart de ses humains et collègues du coup, Elijah éprouve beaucoup d’affection pour ses Androïdes récupérés, et reste très attentif à leur bien-être, mais cela vaut aussi pour toutes ses créations et tout ce qui se raccroche à la robotique. C’est une chose qui lui permet de se sentir bien. Ils sont programmés pour le lui rendre d’ailleurs, puisqu’ils s’occupent de ne pas laisser ses fonctions vitales se détériorer.

Physiquement il ressemble à priori à n’importe quel homme que l’on croise dans la rue. Peut-être un peu plus petit que la norme puisqu’il fait un mètre soixante-dix. Ses cheveux sont blonds, ses yeux bleus clairs, il a un corps qui a perdu de la masse musculaire depuis quelques années mais qu’il tente d’entretenir. Les Androïdes insistent, pour sa santé.
N’ayant fait aucune opération et étant simplement sous hormones, son corps sous ses vêtements est différent de celui d’un homme assigné homme à la naissance. Il porte un binder généralement pour cacher sa poitrine, et une prothèse en bas spécialement conçue pour les personnes n’ayant pas/plus de pénis.
Fonctionnement Prothèse:
 

Il a perdu son bras droit lors de l’attentat et possède donc une prothèse qui paraît tout à fait humaine, qui n’a aucune spécialité ou fonctionnalité particulière.
Ses vêtements sont généralement soignés, mais chez lui il ne se fatigue pas à porter quelque chose de spécial. Ce qui peut devenir assez dramatique quand quelqu’un sonne à la porte alors qu’il n’y était pas invité, chose qu’Elijah déteste.


Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ?
Les Androïdes sont le futur des êtres humains. Je place une grande confiance en cette technologie malgré les derniers problèmes qui ont fait surface. Je pense qu’ils peuvent être nos égaux en droit et libres. Le fait que certains semblent développer une conscience montre qu’ils évoluent, tout comme nous. Ils ne sont pas bon ou mauvais de façon inhérente, tout dépend de qui ils sont entourés.
Quel est votre avis par rapport aux Humains ?
Les Hommes se sont toujours crus supérieurs à tout. Moi-même, je l’ai cru d’ailleurs. Maintenant que quelque chose que nous avons créé pourrait nous faire du mal et nous exterminer, invisible, nous sommes terrifiés. Nous voyons enfin à travers les yeux des espèces que nous avons tuées. A nous d’être assez intelligents pour travailler ensemble plutôt que de se détruire.
Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ?
Ce sont ceux qui ont le plus peur de la nouveauté et du futur. Ceux qui pensent que la vie se désagrège de plus en plus, ceux qui pensent que le passé était mieux. Ils restent dans le passé et sont incapables d’ouvrir leurs deux yeux pour regarder la vérité. Ils font partie du problème.
Quel est votre avis par rapport aux Exovedat ?  
Eh bien, je ne pense pas être très objectif sur cette question, en étant un. Je pense que nous pouvons marcher la main dans la main avec les Androïdes et je l’ai vu déjà faire. Nous avons beaucoup à apprendre des choses que nous créons et les condamner à la servitude ou les exterminer n’est pas la solution. Certains sont plus… extrémistes apparemment mais je n’en ai jamais rencontré jusqu’à maintenant.
Quel est votre avis par rapport aux Artilect ?
Magnifique ! La preuve que nous sommes dépassés par ce que nous créons. La preuve que nos créations possèdent une partie de nous. Notre punition et notre chance de faire les choses mieux, dépendant de nos actions envers eux évidemment.

____________

Une chose pour lesquels je ne mets absolument pas beaucoup d’information dans l’histoire, mais qui me semble important de préciser absolument pour que tout ça bien compréhensible : Elijah est une personne transmasculine assigné femme à la naissance. Le perso et son histoire ne sont absolument pas centré sur cela et n’ont pas pour vocation d’être représentatif de la communauté entière.

Elijah possède un pendentif que Lucas lui a offert, bleu comme ses yeux, mais depuis sa mort, il l’a enfermé dans un coffret sans l’ouvrir.
Son appartement est vide de choses personnelles, dans des couleurs noires et blanches. Beaucoup plus fonctionnel qu’autre chose.
L’homme a trois Androïdes qui l’aident tous les jours, qu’il répare et met à jour quand il faut.
Quand il a transitionné, il a fait exprès de garder quelque chose commençant par "Eli'" car c'était un surnom qu'il affectionnait (bien plus que son prénom de naissance). Elijah lui correspond bien, il trouve.


Histoire


Résumé de L’histoire:
 

Elijah Roussel est né Elisabeth Roussel dans une famille conservatrice dans un petit village perdu du nom de Montmartre, proche de la frontière US au Canada. Il a vécu une enfance plutôt normale en apparence, toutefois en ayant l’impression d’être différent sans savoir réellement pourquoi. Ses parents étaient catholiques très pratiquants, avec un mariage sans beaucoup de discussion ou de moments familiaux. Il a été placé dans un internat catholique dès ses 10 ans. C’était un très bon élève modèle d’une façon générale, avec des facilités à la fois pour le côté artistique et scientifique.
Pendant sa puberté, il se rendit compte qu’il avait des réflexions par rapport à lui-même qui ne s’alignaient pas forcément à l’école catholique, ou la religion d’une façon générale. Eli’ les refoula comme il put, sans doute par instinct de survie, pour se plonger plus dans la religion et ce qu’il pensait être sa foi.
Il rencontra alors Océanne, une étudiante dans le même dortoir que lui. Elle venait de l’autre côté du Canada et avait changé d’école pour une raison qu’Eli’ ignorait. Ils devinrent amis, et s’autorisa à devenir plus casse-cou et expérimentateur avec elle. Il se détacha aussi de plus en plus de la présentation modèle d’une jeune femme comme le souhaitait le personnel dans l’internat, jusqu’à déchirer ses T-shirt et ses jupes, acheter des pantalons noirs pour les cacher et les porter en secret. A 15 ans, Océanne et Eli’ étaient devenus les meilleurs amis du monde… Et les moutons noirs de l’internat. Séparés, changés de dortoirs, changés de classe. Pourtant ils se retrouvaient dans les heures de pause où à l’heure de la prière. Eli’ n’était plus vraiment l’élève modèle que les professeurs aimaient tant, et ses parents avaient eu rapidement vent de son comportement « de perturbatrice ».
Les vacances à la maison devenait plus tendues et Eli’ était devenu de plus en plus incertain par rapport à la possibilité d’être ce que ses parents souhaitaient qu’il soit. Etiré entre le fait de vouloir être ce que ses parents souhaitaient qu’il soit… Et découvrir qui il était réellement. L’adolescent prenait de plus en plus de recul par rapport à la religion et aux interdictions. Qui n’avaient au final que peu de sens. Il s’extasiait de plus en plus devant les manifestations de Gay Pride à la télévision alors que sa famille soupirait de dégoût, répétant encore et encore que le monde devenait pire. Que Dieu finirait bientôt par tout détruire et les sauver de ce monde devenu fou.

Océanne et lui étaient tous les deux pour la fête du bal de promo à leurs 17 ans. Pour eux, c’était bientôt fini. L’internat, la religion catholique dont ils avaient été dégoûtés à force d’interdictions, les incohérences et l’hypocrisie ambiante… Eli’ lui parla de son souhait d’aller à Montréal pour faire des études en ingénierie, sans vraiment forcément y croire, sans savoir vraiment dans quelle branche, mais il fallait bien un futur. Océanne voulait devenir dessinatrice pour créer des bandes dessinées satiriques, comme elle avait pu le faire à l’internat (chose qui avait été très mal accueillie d’ailleurs). Ils étaient tous les deux venus seuls au bal de promo, n’étant pas vraiment aimé du reste des élèves, mais n’ayant jamais fait de trop grosse infraction pour être virés.
Son amie tenta d’embrasser Eli’ à la fin du bal, alors qu’ils allaient rentrer chacun dans leur dortoir. Ils furent trouvés par un surveillant qui les sépara. Eli’ n’avait jamais été particulièrement intéressé par Océanne, du moins, pas au-delà d’une simple curiosité. Mais aux yeux du surveillant, ils avaient tous les deux fait quelques choses d’interdit, de condamnable. Lors d’une réunion entre les parents, le chef de l’établissement et le surveillant, Eli’ dit de son mieux pour défendre Océanne et lui-même, prônant qu’ils n’étaient pas malade pour autant. Qu’ils devaient être acceptés pour qui ils étaient quelques soit leur identité.
Océanne raconta alors qu’elle avait été harcelée par Eli’ depuis le début, et conduit dans un chemin déviant par sa faute. Sa faute fut oubliée, et Eli’ fut expulsé de l’école juste un peu après avoir récupéré son diplôme. Ses parents le rejetèrent malgré ses explications, et il se retrouva livré à lui-même quelques mois avant ses 18 ans.

Il compta sur des associations d'aides aux personnes LGBT+ au Québec. A ses yeux il n'en était pas membre puisqu'il n'avait pas été spécialement attiré par les femmes, pas plus que par les hommes d'ailleurs, à part quelques rares exceptions. Cependant, si la survie impliquait de mentir sur son orientation sexuelle, alors ce ne serait plus si grave. Il avait dû mentir pendant longtemps auprès de ses parents et l'internat par rapport à son détachement de la pensée religieuse et de sa soit disante “foi” qui n'est jamais arrivée. Malgré la lecture des Écritures et la messe. Il rencontra là-bas une femme transgenre du nom de Carole, de qui il apprit beaucoup de choses sur la lutte LGBT+ en général et sur la transidentité. Sans qu’il s’en rendit compte, Eli’ prit un tournant dans sa vie avec cette rencontre.

Eli’ trouva petits jobs sur petits jobs, travaillant dans des boutiques, dans des bars LGBT+. Avec son indépendance il put s’inscrire à une école en ingénierie en prenant un prêt étudiant, avec le support de Carole et de quelques autres amis qu’ils étaient faits dans l’association. Une fois à l’école, Eli’ se détacha totalement de l’association pour se concentrer sur ses études, et une certaine rencontre avec un étudiant en fin d’étude, du nom de Niel. Eli’ était perdu et passa son temps à faire la fête, se rallier à la boisson pour étouffer le sentiment qu’il n’appartenait pas à tout cela, et que qu’il était défectueux, mauvais. A se laisser aller à la dépendance. Honnêtement, il ne savait pas vraiment comment il avait pu passer ses cours et ces années sans se planter lamentablement au niveau de ses notes. Mais la technologie se développant de plus en plus du côté des Androïdes, il restait tout de même très curieux de la suite, et c’est sans doute cette curiosité et cette passion qui l’avait mené à s’en sortir.
Niel n’était pas une personne spécialement empathique, ou même qui avait grand-chose à voir avec la sécurité que lui avait donnée l’association. Sans qu’Eli’ ne se rende compte, il était plongé dans une relation abusive et destructrice, et encore aujourd’hui, il se demandait comment il avait pu se faire engloutir. Comment il avait pu laisser faire la suite. Quand Niel eut son diplôme, il laissa tomber Eli’ pour partir de l’autre côté du monde, mais les cicatrices restaient. Des choses que ses parents ne lui avaient jamais expliqué le fait que ce n’était pas parce qu’il ressemblait à une femme qu’il devait assouvir les moindre de ses désirs.
Le respect de soi.
Ce départ avait été la meilleure chose pour Eli’ même si à l’époque cela n’avait pas été la sensation du tout. C’est alors que la sensation de ne pas être ce qu’il voulait le frappa de pleine face. Eli’ n’était pas une femme, et il ne voulait pas rester aux crochets d’un type qui l’avait détruit. La liberté, le choix, faire ce qu’il souhaitait. S’autoriser à être lui-même, malgré ce que disait la Bible et ce que lui avaient dit ses parents.

La découverte qu’il n’avait en réalité jamais été une fille.
Qu’au final, il avait bien eu sa place dans l’association LGBT+, mais pour une raison différente que l’on lui avait attribuée. La découverte que les réflexions sur son corps qu’il avait eu petit avaient été valides et compréhensible.
Eli’ changea alors de nom, passant à Elijah. Il fit un coming-out dans les trois années suivant son épiphanie et ne s’empêcha plus d’être qui il était. Le jeune homme essaya de rester sincère avec lui-même, prenant alors des hormones, mais ne faisant aucune opération chirurgicale sur son corps. Les prothèses péniennes faisaient de leur mieux pour alléger la souffrance qu’il avait eu depuis longtemps mais qu’il commençait juste à comprendre (il participa d’ailleurs, à la toute fin de ses études, au développement d’une prothèse multifonctionnelle).
L’ombre de tout ce qu’il avait vécu planait toujours sur lui lorsqu’Elijah finit ses études à 23 ans. Il l’ignora cependant.
Les Androïdes commençaient à devenir de plus en plus courant chez les plus riches, et le marché recrutait beaucoup de jeunes ingénieurs. Il participa alors à des projets au sein d’entreprises sans prendre du temps pour lui. Durant ses premières années dans la vie active, lors d’un projet pour l’élaboration d’un nouveau type d’Androïde, il fit la rencontre de Neru. Un Androïde destiné au combat dont il devait s’occuper. Il était différent des autres, dans le sens où Elijah est encore persuadé jusqu’à ce jour qu’il avait pu développer une conscience propre. Neru était le symbole d’une évolution que l’homme n’avait jamais encore pensé possible, peut-être même qu’il en tomba amoureux. Mais Neru fut envoyé à l’armée un ans plus tard, et Elijah ne savait même plus s’il est encore en service aujourd’hui. Il n'avait jamais pu faire d'expérimentation sur le robot pour déterminer son niveau de conscience, ou même pour savoir s'il en possédait vraiment une.

Elijah s’enterra sous le travail. Pauvre, écrasé à cause du prêt étudiant qu’il devait rembourser. Sans beaucoup d’amis non plus parce que les personnes de l’association changeaient et finissaient par partir dans une autre région. Ils restaient en contact parfois mais sans forcément se voir. Les collègues avec qui Elijah se trouvaient étaient sympathiques, mais sans aller vraiment jamais plus loin. La boisson au moins était toujours là et il replongea dans son addiction comme lorsqu’il était étudiant. Il y avait d’autres Androïdes intéressants, mais jamais plus qui n’avaient développé de conscience propre. Jamais plus aussi intéressant que l’était Neru.
Se lever, aller bosser, faire de son mieux pour pas paraître malade car il buvait parfois la veille, sourire, parce que quand même faut montrer que ça va, manger, rentrer du travail, dormir. Elijah n’avait pas à se plaindre, il avait tout, à priori. Même s’il refusait les avances de ses collègues, même s’il refusait les fêtes, même s’il restait à travailler tout le temps. Il était passionné après tout. C’était tout.

Elijah laissa une personne rentrer dans cette petite bulle qu’il avait créé. Un homme, Lucas, qu’il avait rencontré par pur hasard dans les transports, avec qui il avait entretenue une relation tendant vers l’amour sans que ce fût officiel. Quelque chose qui ne lui demandait pas spécialement d’effort, quelque chose qui lui faisait lâcher la bouteille le soir pour le voir. Quelqu’un qui faisait vivre et sur qui il pouvait compter. En 2041, Elijah et cet homme étaient au sein de l’attentat qui avait frappé Montréal. Ce qui secoua pas mal sa vie dans le sens où il comprit qu’il pouvait finalement mourir à n’importe quand. Sans que personne ne puisse rien y faire. Il y perdit son bras à cause d’une balle. Cela réveilla une angoisse qu’il pensait avoir oublié, cela réveilla la douleur et l’urgence. L’urgence de ne pas mourir, l’urgence de survivre, de se protéger, de ne surtout pas laisser quelqu’un entrer dans sa vie. Il ne répondit plus à ses amis, il devint plus froid encore avec ses collègues.
Lucas n’avait pas survécu à l’attentat et faisait partie des 200 morts recensé par les médias.

L’alcool et le labeur ne mourraient pas. Les cinq années suivantes étaient floues, il passa quelque temps en arrêt maladie pour son bras, mais quand Elijah reprit le travail, il n’était plus vraiment lui. Survivre, ce n’était pas vraiment le mot. Une partie de lui était morte durant cet attentat et l’alcool était parfois la seule chose qui lui permettait de ne pas trembler dehors au moindre bruit. La culpabilité tueuse aussi, de ne jamais avoir pu sauver la personne qu’il aimait. De ne jamais rien faire de bon dans sa vie. Certes, son travail avait du sens, mais c’était tout. Quelque part, peut-être qu’il avait envie d’une famille aussi. Mais pas une qu’il risquait de perdre. La routine ne lui laissait aucun répit pour trouver ce qu’il voulait réellement faire pour la suite. Bien qu’il voyait toutes ces personnes avec des Androïdes remplaçant leur morts, Elijah ne s’était jamais vraiment senti valable de faire construire un nouveau Lucas, n’ayant rien eu de réellement officiel.

En 2046, il tomba sur le premier Androïde défectueux abandonné au bord de la route. Elijah le récupéra dans son appartement et se mit à le réparer. Cela prit du temps, mais cela permettait de le détourner de la boisson, et après quelques semaines, il était réparé. Elijah en trouva un autre, et puis encore un autre. La chose plutôt sympathique avec les Androïdes était qu’il n’y avait pas réellement de concept de mort. Oui, ils pouvaient arrêter de fonctionner, mais en sauvegardant les datas sur un disque externe il pouvait tout à fait retrouver l’Androïde. Aucune possibilité de les perdre, et puisqu’ils étaient abandonnés, sans doute qu’ils n’allaient pas pouvoir être manqués.

Presque deux ans plus tard, il fut promu au rang de chef de projet. Son travail devint alors beaucoup plus de management et beaucoup moins de programmation ou de développement d’Androïde, mais il avait plus d’heure libre pour s’occuper de ses Androïde, ou de développer des fonctionnalités de son côté. Elijah n’avait parfois même plus besoin de se déplacer au travail, lui permettant d’être tranquille. Il se créa un site web de réparation d’Androïde et de mise à jour ou d’ajout de fonctionnalités, mais seulement celles qu’il acceptait de donner (donc rien d’illégal ou de douteux).
Il vivait quasiment comme un ermite, sans beaucoup sortir, évitant ainsi la mort possible qui lui tournait toujours autour, et s’occupant assez afin de ne pas trop boire seul. Il avait d’ailleurs programmé un de ses Androïde pour l’aider. Au fond, il voulait aussi voyager, peut-être apprendre d’autres choses, mais comment mettre le pied dehors quand on pouvait mourir juste comme ça ?


Derrière l'écran

PSEUDO : Nine.
ÂGE : 21 ans depuis peu.
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? On me l’a conseillé.
AVATAR : Erwin Smith de Shingeki No Kyûjin.
UN PETIT MOT ? Chouette forum c’était pile poil ce que je voulais donc j’suis content. Ce moment aussi où tu te rends compte que t’aurais 51 ans sur le forum et que par conséquent ton perso est plus jeune que toi, même s’il est plus vieux… Et qu’il est né en 2015 *rit*
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Plus il y a de fous, plus on rit.



Dernière édition par Elijah Roussel le Jeu 28 Sep - 10:41, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ravelyn Tellier
avatar
Humains


Mails : 25
Surnom : Rave pour les proches / Raven pour ceux dans le milieu
Emploi/loisirs : Réparateur d'androïdes
Portrait robot :
▬ Cogne en #358785


Bienvenue !

Je passe dire que... Que fais-tu dans ma tête ?! En un perso t'as réuni deux-trois de mes idées pour des anciens persos + le prénom d'un ancien perso et la meilleure amie d'Eli a le même prénom que moi XD

Sinon bon jeu ici ❤️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Roussel
avatar
Exovedat


Mails : 21
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°



:D Je lis dans les pensées des gens pour leur voler leurs idées !
Merci beaucoup !


Merci Archiviste !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gordon Bellerose
avatar
Humains


Mails : 23
Double-compte : Nop
Portrait robot : 39 ans • Ancien champion de MMA • Cinq années de prison pour de la contrebande mécanique • Tatoueur au style géométrique et chargé • Organisateur de combats de rue • Précurseur de combats d'androïdes • Un ours mal léché lors de ses mauvais jours


Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes



bjour


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.


Validation

T'es validé Poulet! Les petites modifications rendent bien mieux et je n'ai donc rien à redire ♥️
Ah si bien sur! Très bon jeu ♥️
Et voici donc ton vava de bienvenue fait avec amour!

Spoiler:
 
Voilà ! Maintenant tu es validé(e) ! Ton avatar et ton métier ont été ajouté automatiquement aux listes de référencement.

▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
▬ Pour encourager les membres à s'impliquer dans le développement du forum, la partie secréte où sont gérés les events et les intrigues à venir t'est ouverte -selon ta volonté-. Tu peux ainsi donner ton avis, enrichir les idées ou juste regarder. Il suffit d'en faire la demande par MP à Léandre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Roussel
avatar
Exovedat


Mails : 21
Double-compte : //
Surnom : Eli'
Age du Montréalais : 33
Portrait robot :


°Carte d'Identité° °#3399ff°



Merci encore pour l'accueil ! coucou


Merci Archiviste !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
Un Pas pour l'Humanité [DONE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PRESCRIPTION NON APPLICABLE POURLES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ SELON MICHEL FORST
» Juger l'ex-dictateur Duvalier pour crimes contre l'humanité
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Validés-
Sauter vers: