TOP SITES

1 - 2 - 3 - 4

LIENS UTILES

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Animations


NOUVEAUX VENUS


RPS LIBRE


PTI' CHOUX





Montréal, 2048. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement. C’est la danse des humanités.
De notre société.
L'archiviste // Léandre Luissier
Fonda trop gentille
1/17 : Event 2 : Le Grand Débat
1/17 : MAJ 4 + secret santa (zieute)
25/08/17 :MAJ 3 et intrigue 2
06/16 :Ouverture d'Exantrop
Intrigue — Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…



Voir les nouveaux messages

Voir ses messages
Marquer tous les forums comme lus

Partagez | 
 

 Tuto sensoriel [Jojo lapin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nahele Dasilva
avatar
Humains


Mails : 5
Double-compte : test

MessageSujet: Tuto sensoriel [Jojo lapin]   Ven 30 Mar - 10:26

Il y avait quelque chose de rageant à voir que tout le monde parvenait à continuer comme si de rien n'était sauf lui. Depuis toujours Nahele se considérait comme quelqu'un d'optimiste, de positif, de joyeux, toujours à voir les choses du bon côté. Depuis son accident cette philosophie de vie devenait compliquée à appliquer. Il bouillonnait d'une rage qu'il étouffait constamment pour ne pas faire de peine à ses parents et ses amis. Il crevait d'envie de frapper tout le personnel soignant, d'insulter tous ces gens qui se montraient prévenants et gentils à son égard.Mais non, rien de tout ça. Chaque jour il souriait, tournait en dérision son handicap et la douleur dans sa jambe. On lui disait qu'elle ne pouvait pas être si forte, que son esprit lui jouait des tours. Pourtant elle le réveillait la nuit, elle lui pourrissait la vie. On avait également suggéré qu'il parle à un psy, mais ça il s'y refusait, obstiné qu'il était à croire qu'il pouvait gérer ce qui lui arrivait. La vérité était que non. On ne pouvait pas faire comme si de rien n'était, comme si sa vie n'avait pas changé après une telle épreuve. Nah tentait de s'en persuader parce qu'au fond il refusait d'admettre que rien ne serait plus jamais comme avant.

Et sa colère le bouffait. Alors il l'étouffait, et elle le rongeait plus encore. Heureusement sa mère n'était jamais à cours d'idée pour le distraire. Tandis qu'il sortait de sa séance de rééducation, le visage encore grimaçant, elle lui prit le bras pour l'attirer dans une autre direction que celle habituellement empruntée pour rentrer.

- On va où ?
- Tu participe à un atelier que l'hôpital a fait mettre en place. J'ai pensé que ça t'aiderait.
- Un atelier ?

Elle était si enjouée, si souriante, ça se sentait à son intonnation, que Nah n'eut pas le courage de l'envoyer paître. A la place il soupira tandis qu'ils sortaient dans la petite cours privée de l'hôpital. On y allait pour prendre un peu l'air, pour profiter d'un peu de calme et du jardin. Et aujourd'hui pour participer à un atelier, de toute évidence.

- C'est quoi ce truc m'an ?
- Un atelier sensoriel, animé par un bénévole. Je suis certaine que ça va te plaire !

Étrangement il n'en n'était pas aussi convaincu. Il entendit le petit groupe formé autour du bénévole bien avant d'y arriver. Une petite dizaine de personnes se tenaient déjà là, quelques enfants parmi elles, des curieux aussi, des patients, certains aveugles comme Nah d'autres non. Après tout ce genre d'animation était ouverte à tout le monde. La mère et le fils se firent aussi discrets que possible afin de ne pas perturber l'animateur déjà lancé dans ses explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johann Keegan
avatar
Exovedat


Mails : 7
Double-compte : Léandre et Logan
Surnom : Jo'
Emploi/loisirs : Doctorant en theologie / musicien de rue / cultivateur de cannabis


Johann n’avait jamais su résister aux sourires de femmes.
C’était depuis bien des années, la plus grande arme qu’elles pouvaient dégainer devant lui et sa présence actuelle à l’hopital s’expliquait par une de ces esquisses pleines de dents blanches et de joie solaire. Magnifique et bien trop charmante, elle - la risette de Madison- l’avait plus qu’encourager à venir aujourd’hui et il l’avait suivit dans l’espoir de revoir sur la joue de la jeune fille cette fossette délicate.

Elle était réapparut d’ailleurs mais pas dans les circonstances attendues et quand Madison était allé se pendre au cou de Charles, son compagnon, « sophrologue et docteur-en-bidule-truc-nuche », Johann en avait eu le cœur serré, déçu.
Il n’avait rien dit néanmoins, rien exprimé de sa déception, de ses deux mois de tentatives de rapprochement finalement vains et avait sourit faussement détaché quand la Belle avait passé ses doigts à travers les cheveux de son prince pendant que celui-ci caressait sa taille avec impunité.
Atelier sensoriel
Oui… Johann voyait l’inspiration.
Il avait soupiré intérieurement puis avait sorti les différents instruments de la camionnette pour se changer les esprits de façon constructive et, à l’heure dite, l’atelier avait commencé.

Face à la petite foule, il avait improvisé.
Il avait fait asseoir chacun devant un instrument, lancé des présentations individuelles des participants et des « outils » qu’ils utiliseraient.
Johann, Madison, Charles, Thibault, Léa, Claire, Max, Florian, Estéle….
Bongo, Djembé, tambourin, xylophone, arbrasons, hang, lyre…

Il avait sourit sous les noms puis avait invité à s’initier à l’instrument de son choix, à frapper, caresser, pincer.
Ecouter.
Se concentrer sur les sensations.
Ressentir.
Les sons, les odeurs, les textures, les vibrassions.
Son propre corps, sa respiration, son environnement. Sa globalité.
Pour recommencer sur un autre instrument.
Avec bienveillance. Sérénité.
Accompagnement.

L’exercice avait duré une heure pour s’achever sur un temps de méditation et de relaxation allongé sur des tapis, bercé par le son du Hang.
Les participants s’étaient relevés après cela et avaient remercié, roulé leur tapis et étaient repartis. D’autres étaient restés.
Pour discuter encore un peu.
Poser des questions à tour de rôle à ce garçon qui par sa façon d’être irradiait d’une douceur et d’un apaisement presque surnaturel.
A atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tuto sensoriel [Jojo lapin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tuto haradrim, opération désert
» [TUTO] Faire des socles
» [TUTO] Cratères
» [TUTO] Amazones ( et oui ! Vous avez bien lu ! )
» [TUTO] Peindre un skaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Quartiers résidentiels :: Hôpitaux-
Sauter vers: