TOP SITES

1 - 2 - 3 - 4

LIENS UTILES

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Animations


NOUVEAUX VENUS


RPS LIBRE


PTI' CHOUX





Montréal, 2048. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont de chair, de métal, ou bien encore métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individus trop pressés, croisant l’autre sans même le regarder. C’est une tourbe de bras et de jambes. D’identités.
Certains sont riches. D’autres sont pauvres. Loin du manichéisme, ils manipulent, écrasent. Grondent, se révoltent. Se soumettent ou subissent. Ignorent et se contentent d’avancer. Ils vivent, se confrontent et se répondent car cette foule polymorphe, insaisissable, est l’essence même du mouvement. C’est la danse des humanités.
De notre société.
L'archiviste // Léandre Luissier
Fonda trop gentille
1/17 : Event 2 : Le Grand Débat
1/17 : MAJ 4 + secret santa (zieute)
25/08/17 :MAJ 3 et intrigue 2
06/16 :Ouverture d'Exantrop
Intrigue — Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…



Voir les nouveaux messages

Voir ses messages
Marquer tous les forums comme lus

Partagez | 
 

 Biodôme - Les petits poissons, dans l'eau... [Chiara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Odyssée
avatar
Artilect


Mails : 17
Emploi/loisirs : Nager... nager... nager
Portrait robot : Patient (très patient)
Râleur
Souple et grâcieux (n'est-il pas une sirène ?)


Ça y est. C'est l'heure. Assis sur le rebord du grand bassin, je glisse ma queue brillante dans l'eau et laisse un instant la fraicheur liquide couler contre les écailles artificielles. J'aime bien la sensation que ça fait, la légère résistance et le poids qui pèse dessus. Les capteurs ultrasensibles qui la recouvrent m'envoient une pluie d'informations qui me font me sentir bien. Je suis prêt pour la demi-heure de spectacle que je dois effectuer, comme chaque après-midi.

Les visiteurs s'amassent déjà en bas devant la vitre, je sais qu'il y en a qui vont rester pour regarder jusqu'à la fin mon numéro, d'autres qui vont s'en aller sans m'accorder autre chose qu'un regard vaguement intéressé. Je n'aime pas ces gens qui pensent que tout leur est dû et que je ne suis qu'une machine créée pour les amuser et les divertir. Ça m'agace prodigieusement. Mais bon. Ça ne change rien au fait que je suis programmé - et payé - pour faire ça, nager pendant une demi-heure dans le bassin, devant ceux qui me regardent et ceux qui m'ignorent. Et, malgré tout, j'adore faire ça. Je n'ai pas besoin d'avoir une chorégraphie de programmée, j'ai suffisamment de liberté pour pouvoir improviser et bouger comme je veux dans tout l'espace du bassin. Il y a d'autres animaux avec moi, des poissons très colorés que je peux tous nommer, un couple de lamantins et des tortues. J'aime bien les tortues, elles sont calmes et tellement... indolentes.

Cessant là mes réflexions, je me laisse lentement couler alors que retentissent les premières notes de la musique qui va m'accompagner aujourd'hui. Ma nature d'androïde me permet bien des choses, et notamment de pouvoir entendre la musique même sous l'eau, ce qui fait que je peux y accorder mes mouvements. De plus, je n'ai pas besoin de monter respirer et ma queue est aussi souple que celle d'un poisson, rien à voir avec ces sortes de chaussettes qu'enfilent les humains par-dessus leurs jambes. Je suis ce qui s'approche le plus d'une sirène ici et j'en suis fier.

Plus je plonge et plus la lumière s'atténue. Je frôle l'un des lamantins qui m'accorde à peine une réaction, puis je commence mes mouvements. De temps en temps, je jette un oeil à mon public du jour, évaluant le genre de personne qui me regarde. Et c'est là que je l'aperçoit. Une gamine qui se faufile entre les gens et qui s'approche de la vitre. Un peu intrigué, je dois l'avouer, je fais en sorte de pouvoir m'approcher afin de mieux voir. Elle, elle s'avance jusqu'à être tout près de la vitre. Si près que son nez la touche presque. Alors je tente un sourire et je descends en tourbillonnant vers elle, accrochant son regard. Une idée traverse mon cerveau artificiel et je la mets aussitôt à exécution. Après tout, cette petite est probablement le meilleur public que j'aurais aujourd'hui.

Je nage donc rien que pour elle, parce que c'est bien plus intéressant que le faire pour moi tout seul. Je fais le pitre, en fait, plongeant et remontant comme une toupie, sautant par dessus et par dessous les lamantins, imitant les gros poissons aux couleurs de l'arc en ciel. Quand je tourne encore la tête vers elle, ses petites mains crasseuses sont plaquées sur le verre où elles vont probablement laisser de grosses traces toutes sales, et son nez qui coule est presque écrasé contre la vitre. Alors je descends pour lui faire face, et je fais coucou de la main.
"Tu ne seras plus qu'un peu d'écume sur la cime des vagues" H.C. Andersen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C.L.A.R.A.
avatar
Humains


Mails : 72




Les lumières ici sont différentes de l'extérieur. C'est la première fois qu'elle va dans un aquarium. C'est sa balade avec Kimi qui l'a intriguée, elle a envie d'aller dans plein d'endroits où elle n'avait pas l'habitude d'aller. Pour changer. Pour voir le monde avec des yeux différents peut-être. Pour quitter le froid et la peur.

Y a foule près de la plus grande cuve, pourtant y a que dalle dedans. Enfin, rien de particulier comparé aux autres. C'est bizarre. Puis la musique commence et elle comprend qu'il va se passer quelque chose. Elle s'approche, profitant de sa petite taille pour se faufiler entre les badauds attroupés. C'est là qu'elle le voit.

« UNE SIRENE !! »

« Chhhhht ! »

Elle ignore la mère de famille courroucée et vient se coller à la vitre, des étoiles plein les yeux. La magie opère et la sirène vient se placer juste en face d'elle. C'est comme dans un rêve. Le souffle coupé, Kii répond à son sourire. La buée se forme sur la vitre, elle la retire avec la manche de sa veste avant de s'y recoller précipitamment, se cognant le nez au passage. Il est tellement beau... Sa queue gigote avec aisance parmi la faune marine, répondant à la moindre de ses sollicitations. Elle se rêve sirène, à ses côtés, riant des bulles d'air dans l'immensité aqueuse. Elle se sentirait peut-être un peu mieux que dans cette ville qui commence à la lasser. C'est pas facile d'être une gamine dans un monde d'adultes.

Il lui fait coucou et elle laisse échapper un rire bruyant qui agace les autres spectateurs. Elle s'en fout. C'est une enfant de dix ans avec son ami poisson. En cet instant, elle se sent vraiment heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odyssée
avatar
Artilect


Mails : 17
Emploi/loisirs : Nager... nager... nager
Portrait robot : Patient (très patient)
Râleur
Souple et grâcieux (n'est-il pas une sirène ?)


Elle est mignonne, la petite humaine. On dirait un jeune animal farouche, et c'est bien plus amusant de nager pour elle que de faire le pitre pour tous ces gens qui ne me voient pas vraiment. Vivement, je recule, plonge en arrière, remonte, et lui lâche une bordée de bulles au niveau du visage. Même si la vitre est très épaisse, je la devine qui se met à rire et j'imagine que ce bruit doit ressembler au chant d'un oiseau ou d'un jeune phoque. Après je file à toute vitesse entre les animaux indolents qui peuplent le bassin, je fonce dans un banc de poissons qui s'égaillent sur mon passage, affolés. C'est agréable de faire un peu l'idiot de temps en temps. La musique continue, entrainante, je me calque dessus, je saute, je plonge, je remonte à toute allure vers la surface que je crève brusquement avant de retomber en arrière, les bras en premiers. Vaguement, j'entends des applaudissements mais pour une fois je m'en fiche complètement. Cette gamine m'a donné envie de faire ça juste pour me faire plaisir.

Lorsque je passe le long de la vitre, si près que mon ventre la frôle, je la retrouve et lui fais à nouveau coucou de la main. Je sais que le spectacle est sur le point de se terminer, pourtant je suis assez étonné de voir que mon public est encore assez fourni. D'ordinaire, les gens finissent par se lasser et reprennent leur visite indolente et paresseuse. Les dernières notes retentissent et les gens applaudissent. Pour le principe, j'effectue une roulade avant en guise de salut et ça y est, le public se clairsème. Mais moi je reviens vers la petite à qui je souris, et je lui fais signe avec ma main, le doigt en l'air, de monter. En haut, le bassin donne sur un genre de petite plage artificielle où j'adore m'étendre au soleil et laisser briller les belles écailles de la queue offerte par Mikhail. Si la petite vient m'y retrouver, on pourra discuter un peu, je pourrais lui présenter les animaux avec qui je travaille et si ça se trouve elle voudra bien m'aider à les nourrir. C'est toujours chouette à faire, ça, lancer des poissons pour les pingouins et les manchots, donner les choux aux lamantins, s'assurer que tout le monde a bien de quoi manger pour la journée...

J'espère vraiment qu'elle va comprendre mon geste !
"Tu ne seras plus qu'un peu d'écume sur la cime des vagues" H.C. Andersen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
C.L.A.R.A.
avatar
Humains


Mails : 72




Il y a des gouttes salées dans sa bouche, les petites larmes qui lui coulent aux coins des lèvres. Le sourire de Kii est grand ouvert, il montre ses petites quenottes et le trou en haut à gauche. Elle l'a perdue en se cognant contre une rambarde, mais la prochaine va pousser bientôt, c'est l'androïde de service qui l'a dit.

En voyant la sirène faire son spectacle, elle sent la moindre parcelle de son être qui souhaite être à ses côtés. Elle ressent l'eau contre ses cellules, et elle rêve. Pourtant elle n'a jamais aimé se laver et elle ne va jamais à la piscine. Il lui est arrivé de plonger dans les eaux verdâtres du port pour échapper à quelqu'un, mais là c'est différent. Elle redresse ses épaules et s'approche un peu plus de la vitre pour ne pas en perdre une miette.

Puis la musique s'arrête et les gens se mettent à applaudir. Elle ne veut pas quitter la magie, elle n'arrive pas à décoller ses mains de la surface en verre. Les gens s'éloignent et elle, avec ses larmes qui ont eu le temps de sécher et qui tirent la peau de ses joues, elle ne peut pas bouger. La sirène est encore là, et tant qu'elle n'aura pas disparu de sa vue elle ne pourra pas se réveiller. Mais elle ne part pas, elle la regarde en souriant et lui fait un signe. En haut ?

Kii tourne la tête et voit un escalier qui monte le long du bassin. Son cœur fait une embardée et elle secoue la tête avec excitation. Il y a un panneau qu'elle n'a pas envie de prendre la peine de déchiffrer alors elle grimpe sans se poser de questions. Ça pulse dans sa cage thoracique, c'est comme rencontrer une idole en personne. Pour la première fois de sa vie elle se sent un peu intimidée. Elle pousse la porte et laisse échapper une exclamation de stupeur.

« Waaah ! »

C'est une plage ! Comme celles qu'on voit dans les vitrines des agences de voyage ! Elle fait quelques pas dans le sable, un peu effrayée de sentir le sol s'enfoncer sous ses pas. C'est comme dans la neige, mais différent. Le sable rentre dans ses chaussures et elle grimace en sentant les grains irriter la plante de ses pieds, alors elle les retire et les laisse derrière elle.

Elle s'approche de l'androïde scintillant, mais n'ose pas dire le premier mot. Alors elle attend, presque sage pour une fois. Il faut en profiter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odyssée
avatar
Artilect


Mails : 17
Emploi/loisirs : Nager... nager... nager
Portrait robot : Patient (très patient)
Râleur
Souple et grâcieux (n'est-il pas une sirène ?)


J'ai déjà commencé mon second travail de la journée, à savoir nourrir tout le petit monde qui tourne autour de moi dans le bassin, lorsque la petite apparait en haut de l'escalier. Elle me parait encore plus petite comme ça mais je suppose que c'est une illusion d'optique et un décalage par rapport au verre du bassin. Je me relève pour mieux la voir et je lui fais un grand signe du bras pour qu'elle s'approche.

- Fais attention où tu mets les pieds, le sol est glissant !

Je préfère la prévenir parce qu'il serait dommage qu'elle plonge... Et puis, ça ficherait un sacré bazar ! Il faudrait aller la repêcher avant qu'elle ne se noie, elle risquerait d'effrayer les animaux, de contaminer l'eau avec les saletés qu'il y a sous ses chaussures... Sans parler des problèmes que j'aurais avec le directeur du Biodôme et les questions qui seraient posées quant à la présence d'une gamine là où elle ne devrait pas être.

- Tu peux passer par là-bas, c'est moins dangereux... Il y a une sorte de chemin qui est toujours au sec et qui vient par ici.

C'est le passage qui est réservé aux agents d'entretien qui ne peuvent pas passer par le bassin comme moi. C'est quand même merveilleux d'être une sirène, je n'ai pas à m'embarrasser de réflexions pour savoir par où passer et deviner si oui ou non je vais me casser la figure dans l'eau. Ici, je peux aller et venir comme je peux, plonger pour récupérer quelque chose qui serait tombé dans le bassin - et il y en a, des choses qui y tombent ! C'est assez surprenant d'ailleurs de voir à quel point les gens peuvent être maladroit ou irrespectueux. Depuis la passerelle qui enjambe le bassin et qui permet aux visiteurs de voir les animaux depuis le dessus, il y a quantité d'objets qui tombent.
Parfois ce sont des objets de valeur, des bracelets qui se détachent, des boucles d'oreille qui se décrochent... parfois ce sont des chaussures d'enfants qui n'écoutent rien et font les idiots au travers de la rambarde. J'ai déjà vu un ou deux téléphones, tombés en cours de photo, une paire de lunettes aussi.

Et sinon il y a les saletés. Les mouchoirs sales, les gobelets vides... Les gens ne les jettent pas forcément dans l'eau, c'est très rare qu'ils soient irrespectueux à ce point, mais souvent ils les abandonnent sur le bord de la rambarde et quelqu'un les fait tomber en s'appuyant à côté sans le voir, ou en se retournant avec un sac à dos. Et c'est à moi de récupérer tout cela pour éviter que le bassin ne s'encrasse.

Tout en me laissant ma mémoire repasser les séquences enregistrée de ces objets retrouvés, je regarde la petite qui approche et je me rappelle aussi d'un seul coup un tout petit garçon dont j'avais ramassé le doudou une fois. Ce pauvre bout'chou l'avait fait tomber sans le faire exprès quand il avait trébuché sur une planche, et la peluche était tombée droit dans le bassin. C'était le bassin des requins, en plus, et il était tellement catastrophé, du haut de ses deux ans... J'avais sauvé le doudou pour le lui ramener et jamais je n'avais vu un sourire aussi large que le sien.
La gamine qui avance vers moi, elle me fait un peu penser à cet enfant, s'il avait grandi. J'ai comme hâte de lui montrer mon travail...
"Tu ne seras plus qu'un peu d'écume sur la cime des vagues" H.C. Andersen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
Biodôme - Les petits poissons, dans l'eau... [Chiara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petits Poissons dans une Grosse Mare [FB 1622]
» Mort d'un nombre important de poissons dans le Lac Azuei
» Petite patrouille avec mes mentors[Pv Source aux Petits Poisson et Lac de Givre]
» 01.01/29.C.Chicago - Mettre les petits plats dans les grands...
» ULLA X CANICHE F 4 MOIS LES PETITS INNOCENTS FA 27

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Centre-ville culturel-
Sauter vers: