Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Discord des Membres

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 Alex Hunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alex Hunter
avatar
Exovedat


Mails : 45
Double-compte : Natasha
Emploi/loisirs : Livraison à domicile
Portrait robot : - Hermaphrodite
- Activiste du droit des androïdes
- Artiste (en herbe)
- Écoute du swing

MessageSujet: Alex Hunter   Lun 10 Oct - 23:08



NOM : HUNTER
PRENOM : Alex
SURNOM : TBD
ÂGE : 19 ans
METIER : Livraison à rollers
NATIONALITE : canadienne

Exovedat

Caractère & Physique

Alex est de taille moyenne, sa silhouette est fine quoique marquée par sa passion pour le sport. Ses traits sont équilibrés, sa mâchoire carrée et ses lèvres étroites s’harmonise étrangement bien avec un nez délicat et de grands yeux bruns clairs. Parfaitement imberbe, les sourcils fins, Alex compense ce manque de pilosité en ne coupant jamais ses cheveux qui traînent au sol quand ils ne sont pas attachés. Son visage, et tout son corps en vérité, pourrait se résumer à une variante de ces beautés androgynes tant aimées de certains cercles. Impossible de dire du premier coup d’œil si l'on a affaire à un homme ou une femme. Alex en joue d'ailleurs à loisir, poussant sans effort d'un côté ou de l'autre pour devenir ce qui lui chante ou ce qui l'arrange. Car la vérité, pour ceux qui l’apprennent de sa bouche ou voient sous le déguisement, est qu'Alex est un peu des deux. Hermaphrodite depuis sa naissance, Alex a développé des caractéristiques habituellement réservées à l'un ou l'autre sexe et a grandi en alternant entre les deux. Sa poitrine est modeste mais indubitablement féminine, par exemple. Le plus surprenant se trouvant plus bas, car à ce niveau également, Alex est à la fois homme et femme.

Si cette vérité est inscrite profondément dans l'identité d'Alex, elle lui a également valu des ennuis en plus d'une occasion. Les opportunités de la mettre en avant ou de s'en tirer de la fierté sont donc rares elles aussi, même si Alex profite de chacune d'elle. Le reste du temps, Alex se grime pour devenir lui ou elle selon ses envies, à moins qu'un sweat à capuche ne lui permette une neutralité floue et indifférente. Dans tous les cas, maquillage et teintures sont presque un impératif, qu'il s'agisse d'exagérer la dureté de ses traits ou d'appuyer leur douceur. Parfois il s'agit juste de faire disparaître son identité pour aller faire de l'Art, un vieux masque à gaz détraqué ayant alors sa préférence. Seule la cicatrice à son poignet gauche n'est jamais cachée, au cas où sa main presque paralysée ne suffirait pas à lui rappeler les horreurs qui ont parsemé sa route.

De ces épreuves que j'ai mentionné plus haut, Alex a également reçu une personnalité… forte. Alex a des opinions marquées et l'envie, si pas le besoin, de les partager. En fait, après avoir contemplé la mort avec envie, Alex s'accroche désormais à la vie avec plus d'énergie que jamais. Toujours en mouvement, toujours à prévoir quelque chose et penser à l'avenir. La prochaine livraison, la prochaine manif', la prochaine nuit d'amour, la prochaine œuvre d'art, son existence est une fuite en avant effrénée et bariolée au rythme du Swing craché par un casque rafistolé après un passage à la poubelle. Aucune limite ne peut l'arrêter sinon ses scrupules, car Alex refuse de devenir comme ses bourreaux. C'est la tolérance qui lui a permit de ressusciter, c'est donc la tolérance qui doit guider sa vie. Et cette tolérance, Alex compte bien la bourrer dans le crâne de toutes les foules effrayées et effrayantes ! En soutenant les mouvements Exovedats, en allant hurler aux manifestations, mais aussi par son Art.

Car c'est sa nouvelle passion, après le sport qui lui sert en quelque sorte de métier et sa cause. Alex peint, et pas n'importe où : dans les rues, sur les façades, sous les ponts, bref, là où tout le monde peut voir son Art et s'en imprégner. Car il s'agit toujours d’œuvres engagées où Alex met toutes ses tripes, un cri de rage et un appel à changer de mentalité. Alors peu importe que personne ne comprenne ou n'apprécie, peu importe qu'on qualifie son œuvre de tags immondes, Alex continuera jusqu'à ce que ça marche !

Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ?
On les a construit pour être des objets à l'origine, mais quelque chose a dû foirer quelque part. Quoi, où ? Quel intérêt de se poser ces questions ? On les a fait comme ça, maintenant il faut assumer. Chaque androïde est possiblement un Artilect en devenir, alors arrêtons de les traiter comme si c'était des objets qu'on peut jeter et remplacer.
Quel est votre avis par rapport aux Humains ?
La foule, la populace, les gens. La plupart sont des cons, formatés et enfermés par un système qui ne les laisse pas penser par eux-même. Si au moins ils faisaient un peu d'efforts pour prendre leur indépendance, ils ressembleraient un peu moins à des bovins acceptant paisiblement le pire tant qu'on les laisse continuer à brouter.
Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ?
Les réfractaires sont le véritable problème de la société ! Ils sont aveuglés par des principes qui ne reposent sur rien, persuadés d'être les meilleurs alors qu'ils sont les pires. Tout ceux qui pensent différemment d'eux sont mis à l'écart, rejetés, étouffés, écrasés, alors que c'est eux qu'on devrait dégager pour enfin faire bouger les choses !
Quel est votre avis par rapport aux Exovedat ?
Ils veulent faire évoluer les mentalités, ouvrir les yeux du plus grand nombre sur une réalité qu'il a trop envie de ne pas regarder. Eux au moins savent qu'il faut regarder au-delà des apparences, que ce qui compte vraiment est ailleurs. Alors que la lutte continue, jusqu'à ce que le monde comprenne !
Quel est votre avis par rapport aux Artilect ?
Si quelqu'un a des idées, des sentiments, des états d'âmes, si quelqu'un peut souffrir ou être heureux, alors c'est un humain. Qu'il soit créé en usine ou rafistolé dans un atelier clandestin ne change rien, et un humain de métal et de circuits reste humain.

SquirrelPost:
 

Anyone:
 

Histoire

Il était une fois l'hermaphrodisme vrai. Ce terme désigne la possession par un individu d'attributs sexuels masculins ET féminins complets et fonctionnels simultanément. Bien que pleinement formés, ces attributs sont dans une vaste majorité des cas infertiles. De plus, la présence simultanée de tissus ovariens et testiculaires entraîne un développement hormonal anormal, étant partagé entre les hormones habituellement masculines et féminines. Il s'agit d'une malformation génétique rare mais parfaitement connue et aisément réparable. En effet, une simple opération peu après la naissance de l'enfant suivie d'une hormonothérapie permet de lui donner toutes les caractéristiques d'un individu ordinaire, masculin ou féminin. En un sens, les parents d'un enfant hermaphrodite sont chanceux : là où les autres subissent le sexe du nouveau-né, eux ont tout loisir de le choisir.

Voilà à peu près ce que les médecins expliquèrent à Roch et Alita Hunter alors que la future mère en était à deux mois de grossesse. Pour tout autre, une discussion puis une décision auraient condamnées Alex à une vie de fille ou de garçon. Mais le couple Hunter était catholique, et très fervent. Une telle anomalie, si pas une monstruosité ! C'était forcément une punition du Seigneur qu'ils devaient accepter et supporter avec humilité. Ainsi parla Alita. Roch, de son côté, vit plutôt cela comme un don du ciel. Leur enfant aurait la chance de grandir et de choisir pleinement sa voie, sans subir les contraintes et pressions de la société. L'un comme l'autre arrivèrent à la décision de ne pas pratiquer l'opération. Leur enfant pourrait lui-même prendre ce choix décisif à sa majorité. En réponse à ce choix, l'enfant reçut un nom qui pourrait rester pour lui ou elle : Alex.

Tout commença bien pour Alex. Son corps d'enfant était assez peu marqué par ses gènes peu ordinaires, il est bien vrai que la différence entre garçon et filles est peu visible à cet âge. Cela lui rendit presque service, à vrai dire. Alex jouait aussi bien avec les garçons que les filles et apprenait des uns et des autres. Il pouvait également porter des mignons petits jeans ou la belle robe qu'elle aimait sans subir les moqueries des uns ou des autres, un privilège dont Alex comptait bien profiter. De même, elle pouvait aller aux cours de danse le mercredi après-midi tandis qu'il attendait avec impatience le basket du dimanche matin. Alex avait toujours aimé le sport, s'imaginant déjà médaille d'or olympique.

Puis vint l'adolescence, et le début des ennuis. Paradoxalement, c'est le sport qui en vit les premiers signes. Alex alternait toujours avec délectation entre les genres, mais son corps perdait peu à peu son aspect enfantin et androgyne. Il grandit, sa mâchoire et ses épaules se durcirent et se firent plus virils. Elle gagna également des hanches plus larges et une poitrine, modeste certes mais pas inexistante. Ses traits n'étaient désormais plus neutres, au contraire ils portaient des signes distinctifs de masculinité aussi bien que de féminité. Mais revenons au sport, je vous pris.

Comme à son habitude, Alex naviguait entre les cours des garçons et ceux des filles. Mais il était désormais trop grand (et trop fort, n'ayons pas peur des mots) pour se mêler aux filles, et sa passion pour le sport n'arrangeait rien. Une partie de la classe adressa donc des demandes répétées au corps enseignant pour qu'Alex reste avec les garçons. Ceux-ci, de leur côté, étaient ravis de pouvoir "accidentellement" soulager leurs hormones en furie en pelotant Alex ou en la matant sous la douche, pour le plus grand déplaisir des enseignants. Et, dans les deux cas, au plus grand déplaisir d'Alex. Aller au cours de sport avec les filles signifiait supporter leurs regards envieux ou rageurs, subir leur rejet et finir seul. Aller au sport avec les garçons était, pour des raisons aisément compréhensibles, encore pire. Alors Alex cessa de venir aux cours de sport, tout simplement. Des exercices en solitaire, à l'abri des regards dans un terrain vague voisin ou la remise de l'école, prirent leur place. Et comme cette solution arrangeait bien les professeurs, qui n'avaient sinon pas d'idée pour résoudre cette crise, aucun ne protesta ni ne chercha à faire revenir Alex.

A partir de là, ce fut la pente descendante. Les mauvais rapports créés par le sport ne s'envolèrent pas aussi facilement, ils gangrenèrent les rapports entre Alex et les autres élèves jusqu'à ce que l'amputation soit nécessaire. La métaphore est bien choisie puisque la solution d'Alex fut de couper tous les liens. A 16 ans, Alex cessa définitivement de venir à l'école. Une autre solution aurait été de choisir définitivement un camp, de rentrer dans la norme et de rebâtir des rapports plus sains avec ses petits camarades. Mais Alex ne se sentait pas capable de renoncer définitivement à l'une ou l'autre moitié de sa vie. Un peu de maquillage, une tenue un peu affriolante, une coupe laissant voler ses longs cheveux, et elle était presque belle. Une pose fière, un sweat ample et une capuche dissimulant sa coiffure, et il était presque impressionnant. Ayant toujours été deux, Alex ne savait pas comment n'être qu'un. La fuite semblait préférable.

Mais que devint alors notre protagoniste ? Eh bien Alex se mit à zoner, à traîner dans la rue avec d'autres jeunes ayant abandonné l'école. Glander, fumer, tagger des noms idiots et mal écrits, est-il besoin de développer plus ? Pas pour l'instant, non, mais gardez tout de même cela en tête. Pour l'instant, donc, concentrons-nous sur une autre partie de la vie d'Alex : sa famille, chez qui Alex rentrait tous les soirs pour dormir. A ce stade, plusieurs précisions s'imposent. Les choix d'Alex déplaisaient fortement à ses parents, sans surprise. Se rendant enfin compte de leur erreur, ils commencèrent à pousser Alex à faire son choix. Leur insistance de plus en plus forte n'eut cependant pas l'effet escompté, vous savez déjà pourquoi. Elle eut tout de même un effet. Sa mère insista lourdement que ses mauvais choix étaient contraires à la volonté de Dieu, qu'Alex souillait son âme par ses actes, et bien des choses du genre. Roch de son côté insistait sur le fait que Dieu lui avait donné une chance et qu'Alex était en train de la gâcher. Leur insistance à mêler Dieu à tout ça finit par insuffler une idée perverse dans la tête de leur enfant. En effet, Alex finit par se persuader que Dieu était responsable de ses problèmes, rejetant dès lors la religion et ses parents religieux.

Tant qu'à parler de la famille Hunter, parlons des frères et sœurs d'Alex. Troisième d'une fratrie de cinq, Alex a une sœur et un frère aînés, ainsi qu'un frère et une sœur cadets. Pendant des années, Alex entretint des rapports aimants avec eux, une complicité et une affection rares, même alors que tous les problèmes cités plus haut frappaient sa vie. Plus fort à ce moment-là, en fait, et particulièrement avec ses aînés. Comme la puberté frappait Alex, son corps connut d'autres changements que ceux cités, changements que vous n'avez aucun mal à imaginer. Douleurs dans le bas-ventre, changements d'humeur, poussées de vigueur malvenues, je vous épargne les détails. Précisons juste que ces changements s'étendaient également à son comportement, et à son rapport à l'amour. Rappelez-vous des filles prêtes à tout pour conquérir les garçons et pleurant au moindre revers, des garçons brûlants comme la braise et s'énervant au moindre prétexte. Essayez maintenant de mélanger les deux, et contemplez une âme en plein chaos. Le soutient de ses frères et sœurs fut crucial pour l'aider à traverser cette épreuve.

Et pourtant, même eux finirent par lui tourner le dos. Comme Alex se brouillait de plus en plus avec ses parents, le mouton noir du troupeau accaparait de plus en plus leur temps et leur attention, au point que Roche et Alita en délaissèrent peu à peu leurs autres enfants. En effet, à quoi bon se soucier de ce qui fonctionne quand il y a quelque chose à réparer ? Sauf que les choses qui fonctionnent s'abîment si on cesse de les entretenir. Les frères et sœur d'Alex en vinrent à regretter de ne pas recevoir autant d'attention qu'avant, ou qu'Alex. Puis, inévitablement, à reprocher à Alex d'en être la raison. Les rapports se dégradèrent, se muèrent en haine. A partir de ce jour, plus rien ne retenait Alex dans cette maison.

Revenons donc à la vie diurne d'Alex avec sa bande de zonards. L'hermaphrodite passait de plus en plus de temps avec eux alors que ses rapports avec sa famille se dégradaient. Seul sa bande lui apportait encore quelques moments de détente ou d'amusement, bref, donnaient un sens à sa vie. Ce fut donc sans une hésitation qu'Alex se tourna vers eux au moment de fuguer, comptant sur eux pour lui fournir un toit et de quoi subsister. Cela se passa bien pendant quelques temps, la bande vivait de petits vols et de petits boulots. Mais Alex n'avait pas choisi les amis les plus recommandables. Eux riaient sous cape de voir la fille des beaux quartier jouer au dur, le petit bobo qui se prenait pour une rebelle. Ils profitaient de sa naïveté pour pousser Alex à faire toujours plus idiot ou toujours plus dangereux. Plusieurs fois la police lui courut après, plusieurs fois ce fut d'autres bandes. Sans surprise cela finit par dégénérer quand, après une soirée trop alcoolisée célébrant un succès sans but ni gloire, un des membres de la bande décida de découvrir plus directement la condition d'Alex. Permettez-moi de passer un voile sur les événements exacts de cette nuit, j'aurais autant de peine à raconter les détails que vous à les entendre. Passons directement au lendemain matin.

Si vous avez compris ce qui s'est passé, vous comprendrez aisément qu'Alex n'ait plus jamais revu sa bande après ce jour. A vrai dire, Alex ne savait plus quoi faire. Après un éveil difficile, les vêtements déchirés, les jambes poisseuses et un goût de sang à la bouche, que lui restait-il ? Alex choisit alors la seule porte de sortie, le seul moyen de fuir les cauchemars qui désormais hantaient ses nuits. Alex résolut de se laisser mourir. L'errance et le désespoir ne furent pas assez rapide à son goût, alors Alex attaqua ses veines. Une seule fois, et cette tentative fut un échec retentissant. Le coup de lame ne suffit pas à causer la mort mais creusa profondément les muscles et abîma les nerfs, causant une irréversible faiblesse de sa main gauche.

Au final, même mourir lui sembla trop difficile. Plus rien n'avait de sens, d'importance, d'intérêt. Alex errait sans but. Et dans ses errances, Alex trouva la salvation. N'ayant rien trouvé pour se nourrir depuis quelques jours, notre protagoniste agonisait dans une ruelle à l'abri des regards et acceptait avec des sentiments divisés que sa fin arrivait. Sa vision se brouilla, la douleur se fit diffuse, tout disparut. Alex tendit les bras à l'oubli et l'obscurité… Puis se réveilla en sursaut. Ses vêtements avaient été changés par d'autres, plus propres, et son corps était allongé confortablement sur un matelas de fortune sous une couverture de patchwork assez laide mais chaude et douillette. Une lourdeur dans son estomac indiquait qu'on lui avait fait avaler quelque chose pendant son évanouissement, ce qu'un goût vague de purée de carotte flottant encore dans sa bouche semblait confirmer. La pièce était vide mais des bruits de vie provenaient de l'autre côté d'une porte. Une exploration sommaire des lieux révéla ses anciens vêtements qui séchaient, propres, sur une corde tendue non loin. Alex aurait pu s'en saisir et disparaître sans jamais rien savoir de ses mystérieux sauveurs, la tentation de fuir sans prendre de risque était grande. La curiosité l'emporta tout de même, et Alex poussa doucement la porte.

Derrière se cachait un immeuble entier habité par une communauté underground assez particulière se faisant appeler Anyone, un mélange hétéroclite d'Artilects aux fonctionnement plus ou moins humains et d'Exovedats que l'on pourrait sans trop médire qualifier de nouveaux hippies. Ces gens rejetaient les principes d'une société codifiée et déshumanisée, lui préférant une vie plus simple de tolérance et d'entraide. Alex refusa d'abord de croire à cette utopie cachée dans les vieux quartiers insalubres de Montréal. La vie lui avait appris que toute bonté n'était que façade, que les gens étaient des monstres ne pensant qu'à eux et rejetant tout ce qui différait de leur vision du monde. Pourtant cette fois, aucun faux pas dans le jeu d'acteur, aucune fissure dans le maquillage. Anyone acceptait Alex en sachant tout de sa vie ou de sa condition. Même en refusant d'y croire, Alex finit par se sentir à sa place parmi eux. Alors la crainte de cette trahison attendue s'insinua dans sa tête, se mua en terreur de chaque instant. Inévitablement, Alex finit par craquer et fondit en larmes sans que rien ne l'ait annoncé. Aussitôt un androïde l'aida à s'asseoir tandis qu'une femme lui prenait les mains et chercha à comprendre ce qui lui arrivait. Alex gémit ses doutes, ses peurs, tous ses fantômes. Alors la femme lui fit un câlin plein de larmes et l'androïde afficha un sourire. Peu importent tes différences, expliqua-t-il. Ce n'est pas ton corps qui te définit, ce sont tes pensées et tes choix. Il y a ici des androïdes capables de sentiments, qu'as-tu de plus étrange que nous ?

Bien sûr, cette seule scène ne suffit pas à chasser les démons d'Alex. A partir de là, cependant, son moral remonta lentement la pente. De plus, ces mots lui restèrent en mémoire. Jusque là, jamais Alex ne s'était posé de questions sur les Artilects, les considérant juste comme des androïdes ayant buggé. Certains cependant semblaient véritablement humains dans leurs attitudes, dans leurs choix ou leurs états d'âme. Plus, en fait, que la majorité des véritables humains ayant jalonné sa route. Et peu à peu, Alex s'investit de plus en plus dans la vie d'Anyone. En plus d'y trouver des amis, d'y trouver une place, et d'y trouver un but, Alex y trouva enfin des gens qui l'acceptaient sans retenue et l'aidèrent à s'accepter. Que ce soit elle ou lui, peu importait aux membres d'Anyone. Peu leur importait aussi qu'elle flirte avec les hommes ou qu'il couche avec les femmes, puisque personne n'en souffrait.

Mais les blessures qui se referment laissent malgré tout des cicatrices, et les cicatrices, ça démange. Alex avait surpassé ses traumatismes mais se souvenait malgré tout de la haine et de la violence. Pour participer à la vie d'Anyone, Alex avait rejoint ceux qui apportaient de l'argent pour les courses et le loyer via des petits boulots là où d'autres se concentraient sur l'entretien quotidien de l'immeuble occupé. En regard de sa vieille affinité pour le sport, Alex avait donc rejoint une petite société de livraison à rollers locale, proposant des services bien plus précis et personnalisés que les grandes compagnies mais limités à la ville. Plus moyen de rester uniquement dans le cocon protecteur d'Anyone. Et quand son chemin croisait celui des gens ordinaires, Alex ne pouvait que constater ces principes idiots rejetés par la communauté. Comment accepter la mauvaise image que le public se fait des Artilects après avoir vécu avec des Artilects pratiquement humains ? Comment tolérer qu'on abandonne certains à la mendicité et la misère après avoir connu une communauté d'égalité et de partage ? Pendant presque un an, Alex regarda juste son ancien monde de loin, avec mépris. Mais ses blessures criaient vengeance, et ce combat était un trop bon prétexte pour se venger des gens bien pensants. Puisque la cause des Exovedats existait et commençait à se faire connaître, Alex se joignit avec excitation à leur mouvements. Les manifestations étaient un bon moyen de faire entendre sa voix et sa rage enfouie, mais cela ne suffisait pas. L'Art lui apporta cet exutoire. Alex se remit aux tags, abandonnant les signatures immondes pour des fresques plus travaillées, des œuvres sauvages dénonçant l'intolérance et la méchanceté des honnêtes gens. Celles-ci ne sont bien sûr pas encore très belles, certainement pas connues, et le plus souvent pas comprises. Après tout, le style de l'artiste commence tout juste à s'affirmer et Alex apprend encore. Mais cela ne lui donne que plus envie de poursuivre, de mettre ses tripes dans ses œuvres jusqu'au jour où enfin, le monde comprendra et acceptera.

Derrière l'écran

PSEUDO : Nath' toujours ^^
ÂGE : La vingtaine
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Same as always  sifflote
AVATAR : Jinx by Pigeon666
UN PETIT MOT ? Je vous nem toujours autant <3
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Of course !



Dernière édition par Alex Hunter le Mar 11 Oct - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Dastre
avatar
Réfractaires


Mails : 404
Surnom : L’illusionniste.
Emploi/loisirs : Agent infiltré d'Exovedat chez les réfractaires, écrivain, orateur, magicien.
Portrait robot : - 37 ans.
- Fumeur.
- Grand lecteur.
- Parle très lentement car réfléchi ses mots.
- Adore le théâtre.
- Vouvoie tout le monde.
- ENFP "Inspirateur"
- Semble désespérément attiré par les causes perdus comme les artilects et Léandre.



MessageSujet: Re: Alex Hunter   Mar 11 Oct - 9:45

Notre premier dc. C'est émouvaaaaant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 511
Double-compte : Georges Adams/logan Duval
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue



MessageSujet: Re: Alex Hunter   Mar 11 Oct - 17:52

Notre premier DC!!! Notre premier hermaphrodite!!! Notre premier exo!!!
Tu y vas fort dit moi!

J'aime bien le côté tragi-comique d'Alex! C'est un perso au bg lourd!
L'idée de la communauté Anyone me plait bien! Je vais la rajouter aux annexes sur les sous-groupes si ça te dérange pas!

Comme premier rp, je te conseille d'envoyer un petit MP à Nog, mon petit doigt me dit que vous pourriez faire un rp interessant!

Sinon pour image d'en-tête je te propose cela :
Spoiler:
 

Et je peux bien sur de te découper et mettre créer ta petite icone!

ETT... Je ne te valide pas car notre grande fonda est de retour donc je lui laisse cet honneur!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Alex Hunter   Mar 11 Oct - 19:02

Validation

*câline Léandre* Rien à redire et comme Léandre j'aime beaucoup l'idée de la communauté Anyone ! Tout roule, tu peux y aller ! *sort*

Voilà ! Maintenant tu es validé(e) !

▬ Tu peux dès à présent recenser ton avatar ICI et ton métier ICI.
▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
Revenir en haut Aller en bas
Alex Hunter
avatar
Exovedat


Mails : 45
Double-compte : Natasha
Emploi/loisirs : Livraison à domicile
Portrait robot : - Hermaphrodite
- Activiste du droit des androïdes
- Artiste (en herbe)
- Écoute du swing

MessageSujet: Re: Alex Hunter   Mar 11 Oct - 19:07

Woooh, ça a été vite ! Merchi bôcoup ! Plus qu'à me lancer ^^

Léandre -> Pas de problème pour Anyone ! Et si il faut modifier des trucs pour que ça colle au contexte, je te fais confiance !
Et j'avoue, ce tag est parfait. Si tu peux me faire ça ce serait génial (moi j'ai toujours rien pour bidouiller des images...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
Alex Hunter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alex Hunter
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Validés-
Sauter vers: