Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Contexte
Intrigue
Scénariis
Effectif
Pinterest
Playlist

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 Faust Wolfhart.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar



MessageSujet: Faust Wolfhart.   Lun 12 Sep - 22:31




NOM : Wolfhart
PRENOM : Faust
SURNOM : Wolfy pour une certaine petite peste. Les autres de son cabinet l'appellent parfois "le loup". Sinon il n'est pas du genre que l'on surnomme facilement.
ÂGE : 33
METIER/OCCUPATION : Detective privé pour le CTDA (Christian Tremblay Detective Agency)
NATIONALITE : Canadienne (mais sa famille est d'origine Allemande)

Humain

Caractère & Physique

Physique:
-Taille: 1m90
-Poids: 87kg

-Carrure: Faust fait parti de ses personnes qui n'ont pas besoin de s'excuser pour qu'on leur face de la place dans la rue. Tout indique chez lui le physique de quelqu'un qui fait plus que prendre soin de son corps. Ses larges épaules et buste qu'il ne cherche pas à cacher font de lui quelqu'un qui ne passe pas inaperçu, sauf quand ce dernier le cherche véritablement.

-Visage: Ses yeux sont d'un bleu assez clair et sont peut être la partie la plus intimidantes de sa personne. Sans cesse en mouvement, ils donnent parfois l'impression de pouvoir voir à travers les choses et surtout les gens. Le visage de Faust semble figé dans une expression tout à fait égale, comme si ce dernier portait un masque en tout occasion. Il lui arrive parfois face à certaines situations de réagir, mais toujours de manière infime par raport à la normal. Il porte des cheveux mi-long toujours très bien coiffés d'un noir de jais.

Caractère :
La première question légitime que l'on se pose quand on rencontre Faust et que l'on est amené à parler avec lui est de se demander s'il ne serait pas un androïde qui s'ignore. Faust est un homme de logique, on peut même dire qu'il ne jure que par ça. Tout a une explication rationnelle, et parfois se laisser diriger par son cœur est le meilleur moyen de passer à coté. C'est pourquoi il semble mettre une distance entre lui et le reste du monde, c'est selon lui le meilleur moyen de l'analyser. C'est aussi ce trait de caractère qui explique pourquoi il est un homme si peu expressif de ses sentiments. Rien ne semble pouvoir l'atteindre, sauf peut être une énigme des plus retorses.

C'est dans ses moments que l'empire qu'il possède sur lui même semble s’effriter légèrement et que le loup pointe le bout de son museau. Et une fois dans cet état la, il entre dans un comportement qui flirt avec l'obsession. Le monde entier semble l'ennuyer par sa simplicité, mais il pourrait se couper une main pour un casse tête digne de lui.

Les gens racontent assez facilement de lui qu'il a une haute estime de lui même, Faust vous racontera qu'il sait ce qu'il vaut mais aussi qu'il peut comprendre certains envieux.

C'est un solitaire, les lieux trop peuplés et bruyants l'oppressent car il ne peut pas tout observer et entendre comme il l'habitude de faire. Pour lui rien ne vaut la solitude d'une bibliothèque chauffée au feu de cheminée avec pour seul compagnie un bon livre et un verre de whisky. Il y a aussi une autre raison à cet isolement, Faust est incapable de cesser d'analyser tout ce que les gens font et disent même pour un court instant. N'hésitant pas par la suite à ressortir le resultats de ses anaylises aux moment les plus inopportuns.

Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ?Il est assez difficile de savoir ce qu'il pense des androïdes, il n'en parle jamais et ne semble pas apprécier de le faire. Intérieurement il apprécie la compagnie de ses machines, tout du moins de celle qui fonctionne à la logique pure. Non pas qu'il se sente plus proche d'eux que des humains, mais il lui semble parfois qu'il est plus facile de discuter avec eux. Moins de détours, moins de mensonges, moins de babillages inutiles. Pour lui les lois de la robotique sont une bonne chose mais elles mériteraient d'être mise à jour. Encore une fois, c'est un avis qu'il garde pour lui.
Quel est votre avis par rapport aux Humains ? Bruyants, destructeurs, illogiques , et incapable de ce gérer correctement. Faust n'a pas une très haute estime de l'être humain en tant qu'espèce. Cependant il reconnaît que l'humanité à aussi du bon même si certaines personnes s'évertuent à étouffer cela. Encore une fois certains vous dirons qu'il regarde les autres de haut, Faust préfère répondre qu'il les regarde de loin.
Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ? Ils sont le parfait exemple de ce qui fait de l'humanité une espèce à problèmes selon Faust. Vivre dans la peur n'a jamais écarté le danger, et ce qui a été fait ne peut être défait. Il peut comprendre que tout ces gens puissent se sentir mal a l'aise en face d'un androïde, mais il pense aussi que l'humain devrait cesser de se braquer contre ce qui lui fait peur et de chercher à comprendre avant de vouloir se battre contre.
Quel est votre avis par rapport aux Exovedat ? Difficile de savoir ce qu'il pense d'eux, la logique voudrait qu'il s'en sente plutôt proche, mais cela voudrait donc dire qu'il est prêt à voir des machines évoluer de manière autonome quelque part. Et étant incapable de savoir ce que cela pourrait donner de bon ou de mauvais, il préfère ne pas statufier sur la question.
Quel est votre avis par rapport aux Artilect ?  Faust ne ressent pas grand chose pour les modèles obsolètes. Ayant toujours vécu dans l'abondance et surtout les modèles les plus récents il n'a jamais pris le temps de se « lier » avec eux. Disons qu'il pose sur eux un regard curieux, comme l'ont peut regarder une vieille voiture se dire "Jamais je ne pourrai conduire quelque chose comme ca !" Et pourtant la trouver jolie. Quand à ceux dont on dit qu'il on fini par développer des sentiments, cette fois il aborde la chose avec beaucoup de scepticisme. Son métier lui a appris à écouter les bruits qui courent, mais aussi et surtout à s'en méfier.

Petites infos en vrac:
-Il a peur des chiens, en particulier les gros chiens qui lui semblent agressif. Il n'en approchera pas, refusera même de les observer comme si cela pouvait les faire disparaître.
-C'est un maniaque. Selon lui tout à une place et pour être efficace l'organisation est primordiale.
-C'est quelqu'un qui pense que la violence en résout rien, cependant il maîtrise le krav maga et aussi le baritsu avec une précision redoutable.
-Il possède un tatouage représentant un loup sur l'omoplate gauche, il n'en parle jamais et jamais personne ne l'a vu à par ceux qui était présent quand c'est arrivé.

Histoire

Erwin Wolfhart a toujours été un visionnaire comme son père avait lui. Même si l'entreprise familiale semblait prospérer ils furent les deux à déplacer le siège au Canada sentant le vent tourner vers le plus si nouveau que ça continent. Très vite avec leur savoir faire ils réussirent à s'imposer sur la nouvelle vague de la robotique, comme faisant partis des meilleurs dans leur branche, à savoir la création de peau synthétique et de cerveaux moteurs pour visage. Si aujourd'hui votre androïde peut se vanter d'avoir une peau parfaite et un sourire ravageur, vous pouviez être quasiment sur que les Wolfhart y étaient pour quelque chose. Jamais ils n'avaient travaillé comme les autres, jamais ils n'avaient pensé comme les autres, c'est pourquoi quand il annonça la naissance de son premier fils nommé Faust personne ne fut surpris, même s'ils se posèrent tous la même question. Il y répondit quand l'enfant fut présenté à la famille, s'il avait choisi Faust  cela venait de sa propre vision du personnage. Un homme prêt à sacrifier ce qu'il a de plus précieux pour obtenir la connaissance mérit le respect pour son choix et pour son but. La connaissance et le seul vrai pouvoir en ce monde, et il attendait de son fils d'être capable de le manipuler.

Et en soit mon père ne fut pas déçu. Car dès que je fus en âge de pouvoir en faire preuve ma curiosité déferla sur le monde autour de moi. Rien ne pouvait me contrarier plus qu'une question laissé sans réponse, même si cette dernière était fausse. Mon père m’inculqua très vite que tout dans la vie à un but ou une fonction, que même la plus petite des actions même irréfléchie avait une raison d'être. L'une des rares choses que j'appris de mon père car mis à part les repas nous ne partagions pas grand chose. Toujours occupé, toujours ce même visage droit et dur qui empêchait de reposer une question quand il n'avait pas répondu la première fois. Quand à ma mère Eloise, elle n'avait jamais partagé cette soif, ce besoin de connaissances. Avec le temps je fini par même être persuadé que seul l'argent la retenait ici. C'est pourquoi je passai le plus clair de son temps avec les androïdes qui tenaient la maison. C'est aussi pour cette raison que quelques années plus tard j'étais diagnostiqué atteint du syndrome de l'enfant androïde. Un esprit purement logique et pragmatique, une faible capacité à exprimer ses émotions bien qu'elles soient présentes. Ce n'était pas quelque chose de bien gênant en soit et qui aurait pu être corrigé si j'avais retrouvé le contact d'autres êtres humains assez vite. Ce ne fut pas le cas, les seuls contacts humains hormis ceux de mes parents étaient ceux de mes professeurs particuliers payés une fortune pour étancher ma soif de connaissance non pas pour me donner ce que ma famille avait échoué à m'apporter.

La seule présence véritablement amicale que j'avais tené en la personne d'un androïde qui me fut offert à mes dix ans et qui devait me servir de nounou. Il avait la forme d'une jeune femme de 16 ans au physique purement asiatique. Et il était bien différent de tout ce que son père avait jusque la ramené à la maison. Elle semblait plus proche d'un être humain normal, capable de se projeter dans d'autres taches que la sienne, elle pouvait tenir une conversation et surtout il lui était possible de faire des jeux avec moi tout en donnant l'impression de réellement y prendre du plaisir. Je lui donnai le nom d'Embla, en référence à la mythologie nordique. Et les cinq années passées avec elle eurent un effet positif sur ma personne, peut être mes parents avaient-ils fini par comprendre qu'on ne peut pas laisser son enfant dans une telle situation ? Peut être le psychologue le leur avait rappelé. Quoi qu'il en soit l'on peut dire qu'elle fut à elle seule capable de sauver ce qui restait de l'enfant en moi. Il n'y eu jamais d'éclat de rire entre nous, jamais de blagues tellement idiotes que l'on ne peut se retenir d'en rire, mais plutôt des jeux de réflexion. Si apprendre des choses étaient en soit assez distrayant pour moi, c'est en résolvant ses énigmes que je découvris que faire de ce savoir accumulé. Et cela se transforma très vite en véritable obsession, le monde autour de moi se dévoilait à mes yeux tel qu'il était véritablement, un véritable casse-tête géant. Pourquoi pleut-t-il ? Pourquoi la queue du lézard repousse-t-elle et pas mes doigts ? Tant de questions, tant de réponses à découvrir.

Qu'elle ne fut pas ma déception quand je découvris que toutes ses questions ou presque avait déjà des réponses. Et que si ca n'était pas déjà le cas beaucoup de personnes planchaient déjà sur la question. A quoi bon, innocemment j'en étais encore à penser que le temps que je sois en âge de faire mes propres recherches je n'aurai plus rien à trouver. C'est au détour d'une dispute entre mes parents que je trouvais le sujet d'étude qui serait le mien jusqu'à la fin. « Décidément je ne te comprend pas, tu es une vraie énigme pour moi et tout ceux qui t’entoure Erwin. » il n'en fallut pas plus, les humains pouvaient donc être des énigmes les uns pour les autres. Ce qui signifiait qu'il existait potentiellement des milliards de petites énigmes en ce monde, bien plus que jamais je ne pourrai rêver en résoudre. J'aurai pu en pleurer si déjà à l'époque je n'avais pas déjà oublié à quel point cela pouvait servir. Avec l'aide d'Embla je me procurai des livres sur le comportement humain des lectures qu'un enfant de mon age ne devrait pas avoir sous la main, si ce n'est pour détruire son enfance encore un peu plus. Mon isolement social se renforça encore un peu plus, utiliser mes professeurs comme cobaye de mes expériences de sociologie et de psychologie ne les amusaient guère. Pas plus que mes parents, ou leurs familles. En étais-je malheureux ? Pas vraiment, je n'avais pas besoin d'être proche d'eux pour continuer à les observer, à les écouter, à les comprendre. c'était même encore plus facile.C'est à cette période que Le métier qui serait le mien me sauta au yeux quand j'entendis pour la première fois (en étant assez vieux pour comprendre) parler de l'arrestation d'un serial killer. Un homme visiblement bien plus complexe que les autres à cause de cette folie l'obligeant à réaliser des actes d'une cruauté innommable mais de manière si intelligente, tout en cherchant à offrir à la police les moyens de l'attraper sous forme d’énigmes. Ainsi donc si devenais profiler alors les énigmes les plus retorses me seraient offertes sur plateau.

C'est donc ce que je fis. D'abord cinq années d'études dans l'une des plus grandes universités des USA pour apprendre la psychologie. Je n'avais pas vingt trois ans quand je sortis majeur de ma promotion. Mon père voyait d'un œil mauvais que je m'éloigne à ce point de son héritage, je lui assurai que je reviendrai à lui le jour ou il en aurait besoin. Alors il me permis enfin d'entrer au FBI toujours dans le but d'apprendre le profilage. Ce monde malsain n'eut jamais de cesse de me passionner au point même que même parmi mes pairs je passais quand même pour un dérangé. Les victimes ne m’intéressaient guère en tant qu'être humain, elles n'étaient que des données de plus que j'utilisais pour cerner la psyché du coupable. Albert Fish, Luis Alfredo Garavito, Ted Bundy, et tant d'autres noms qu'avaient porté les esprits les plus malades et les plus dangereux qu'ai jamais connu le nouveau continent. Mais tellement fascinant. Cet d'ailleurs grâce à cette fascination que je fini mon cycle d'apprentissage encore une fois majeur de ma promo, mais aussi à cause d'elle que je ne pu intégrer le FBI. Les négociation furent très longues et je finis par obtenir du directeur une lettre de recommandation, lettre que j'utilisais pour entrer au commissariat central de Montréal, et à vingt-six ans j'étais parmi les plus jeunes inspecteurs à la criminel. C'est à cet époque que j'appris que certains dans le milieu m'avais surnommé le loup en référence à l’acharnement et la férocité qui était mienne pour résoudre mes enquêtes et qui connotait beaucoup avec le calme et le détachement que j'observais en tout temps.

C'est aussi à cette période que je perdis Embla, Comme à l'accoutumé je lui racontais mes journées de travaille, elle était toujours la seule avec qui je pouvais en parler librement, la seule qui ne s’offusquait pas de la façon dont j'en parlais. Elle était venue me chercher car il faisait déjà nuit noire et que je me devais d'assister à un repas avec mes parents et des actionnaires de la société. C'est la qu'ils nous tombèrent dessus, un groupe de jeunes réfractaires des plus radicaux et violents à en juger par les écussons qu'ils portaient sur leurs vestes. Ils étaient au nombre de cinq, avec deux gros molosses. Quand nous passèrent à leur niveau les deux chiens se mirent à grogner, leur gros museaux tournés vers Embla. Tout se passa très vite, avant même que mon sens de la logique ne puisse faire sens de ce qui venait de se passer les cinq jeunes délinquants avaient laissé les chiens attaquer mon androïde, mon Embla, ma seule amie. Ils se mirent à trois pour essayé de me contrôler, mais ils n'eurent pas énormément de difficulté, je ne me débattait pas. Rien ne faisait sens, entre la violence exagérée que les chiens exerçaient sur mon androïde, que cela fasse rire leur propriétaire.Ou encore le manque de réactivité d'Embla. Quand celui que considérai être le plus jeune me demanda ou se trouvait mon porte-feuille je lui indiquais simplement ou trouver ma plaque, c'est aussi à cet instant qu'ils virent mon pistolet. Ils ne prirent pas le temps de se concerter ou même de s'excuser, quand je repris mes esprits abandonnant l'idée de trouver du sens la dedans, ils avaient commencé à fuir. Ce soir la je tirai quatre fois, une fois pour chaque chien, puis une fois pour immobiliser deux de mes agresseurs d'une balle dans la jambe. Embla était toujours la à me rendre mon regard, mise à nue par ses horribles créatures, elle ne prononça qu'une seule phrase.

-Est-ce que vous allez bien Monsieur ?

Je n’eus jamais le cœur de répondre, je n’eus qu'un sourire et un petit hochement de tête. J'allais avoir un tas d'ennuis pour ce que j'avais fais, la vie d'un androïde ne vaut pas l'usage d'une arme à feux sur deux gamins même ici. Le motif de mon agression ne serait peut être même pas retenu à cause de cela. Mais si je voulais qu'un minimum de justice lui soit rendu je n'avais que ça. La vie autour de moi repris son cours, personne ne parla ou presque d'Embla mais beaucoup voulurent savoir pourquoi j'avais tiré sur ses deux jeunes gens. Cinq jeunes traînant dans la rue agressant n'importe qui dans le seul but de réduire des androïdes en charpie et de voler leur propriétaire alors qu'ils devraient être chez eux à travailler et personne ne dit rien, quelqu'un fini par leur donner ce qu'ils méritent les intérêts en plus et toute la société semble partir en vrille. Et ce débordement comme ils l'appelèrent fut le début d'une longue liste, j'avais tendance à faire les choses à ma manière et si les résultats généralement savaient apaiser la fureur des mes supérieurs la fin ne parvenait pas toujours à justifier les moyens. Ajoutez à cela que mon caractère mettait à rude épreuve mes collègue qui ne supportaient pas que je mette mes capacités d'analyse plus à l'épreuve sur eux que sur les criminels. Je fus très vite un loup sans meute. Et un loup sans meute ne survit pas très longtemps en territoire hostile. Ajouter à cela le fait qu'étais maintenant écarté des grosses enquêtes de peur qu'en plus d'être un électron libre, j'en sois un avec de l'ambition je fini très vite par étouffer. C'est donc à trente ans que je quittais la crim.

C'est sous la recommandation de l'une des rares personnes avec qui je m'entendais encore relativement bien que je décidais de me rapprocher de l'un des plus gros cabinet de détectives privés de la ville. La Christian Tremblay Detective Agency, ou encore CTDA. Christian Tremblay selon les dires de tout le monde était un homme qui me ressemblait un peu. Tout du moins qui partageais ma faim de vérité et peut être en partie mon sens de l'observation et de l'analyse. Peut être aurais-je pu ressembler à cela si je n'avais pas passer mon enfance entouré de machine. L'homme se mit à rire devant mon C.V qu'il jugea trop impressionnant pour une petite entreprise comme la sienne, mais il me prit à ses cotés. Ce ne fut pas très différents de la police Christian tenait à nous faire travailler en binôme pour plus de sécurité et d'efficacité, mais je n'arrivais pas à les faire tenir plus de deux ou trois moi en ma présence. Si bien qu'ils finirent par faire passer tout les nouveaux arrivants par moi, s'isl tenaient plus de trois mois alors il pouvait demander un autre binôme dans la mesure des places libres. Sinon, ils devaient partir ailleurs. Beaucoup s'en serait offusqué, personnellement je n'avais pas le temps pour ça. Cette mascarade dura deux ans. Deux ans jusqu'à ce qu'elle arrive, Nelïya Fox, une jeune femme qui travaillait avec Christian bien avant que je n'arrive ici. Si j'avais du utiliser un mot pour la qualifier j'aurai peut être hésité entre tornade, et excès. C'était une petite femme, mais elle semblait déborder d'énergie en permanence. Des yeux vifs et éclatant, une voix forte et claire, le genre qui ne peut pas s’empêcher de faire quelque chose. Et de ce que j'avais réussi à découvrir d'elle nous n'avions à part notre boulot rien en commun, physiquement, comme mentalement, même nos train de vie était à l’extrême opposé l'un de l'autre. Je n'ai même pas cherché à dissuadé Christian de faire ça. Elle était ici depuis plus longtemps que moi, mais si ce dernier avait décidé de la punir en me l'imposant tout ce que j'avais à faire c'était être moi même. Et contre toute attente, alors que mon histoire se termine elle se trouve toujours à mes cotés, occupant le bureau juste en face du mien dans cette petite pièce qui était la mienne et où j'entreposais tout les dossiers laissés par les autres et que je trouvais intéressants et ce depuis presque un an maintenant. J'avais appris à faire avec cette étonnante énergie qui était la sienne, et elle avait fini par s’accoutumer à ce stoïcisme et cette maniaquerie qui était mienne. Nous étions deux très differentes faces d'une même pièce maintenant. Et bien que je ne l'avais toujours pas admis j'avais tout juste commencé à me reposer un peu sur elle. Son espièglerie, sa fâcheuse tendance à vouloir en permanence me faire sortir de mes gonds juste pour voir si c'était possible avait fini par faire partie intégrande de mon quotidien.

Derrière l'écran

PSEUDO : Die...Quoi comment ça je la fait à chaque fois celle la ? Bon oké Vanou.
ÂGE : Nan mais la politesse dans tout ca ? Quoi...On peut demander son âge à un mec ? Bon oké. 26 ans et toutes mes dents :D !
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Bé, je cherchais un fofo plutôt cool et pis on m'a dit roh allez vient y'a des robots :D Alors j'ai dit oké.
AVATAR : The promise by LAS-T
UN PETIT MOT ? Café. (u_u quoi on m'a demandé un p'tit mot...) :D Plus sérieusement, on m'a déjà dit que j'étais beau alors je vous aime.
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Oui / Non (Come at me bro !)



Dernière édition par Faust Wolfhart le Mar 20 Sep - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 485
Double-compte : Georges Adams
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue



MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 13 Sep - 6:18

5h30, l'heure du crime. (En fait c'est surtout l'heure à laquelle je me suis réveillée et où j'ai lu ta fiche en me disant : bbwwaaaa je me rendormirais!<= ahah cet espoir vain... alors du coup je réponds. U.U

*prend un air analytique* asperger ou HPI? Huuuummm je me tâte... /bam/
Fox nous avait vendu faust comme une sorte de Sherlock et je vois qu'en effet, il y a un petit quelque chose Ah Ah.
Un bon début même si je suis sceptique sur son IMC par rapport à sa carrure. (Sauf s'il est très musclé...) bref à voir. :)

Bonne continuation pour ta fiche Wolfy!
*retourne grogner de manque de sommeil*


Dernière édition par Léandre Luissier le Mar 13 Sep - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Dastre
avatar
Réfractaires


Mails : 388
Surnom : L’illusionniste.
Emploi/loisirs : Agent infiltré d'Exovedat chez les réfractaires, écrivain, orateur, magicien.
Portrait robot : - 37 ans.
- Fumeur.
- Grand lecteur.
- Parle très lentement car réfléchi ses mots.
- Adore le théâtre.
- Vouvoie tout le monde.
- ENFP "Inspirateur"
- Semble désespérément attiré par les causes perdus comme les artilects et Léandre.



MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 13 Sep - 9:41

Bienvenue beau damné :D
Plus sérieusement c'est un caractère déjà bien sympathique, hâte d'en lire plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 13 Sep - 13:25

Welcome.
Bon courage pour la suite de ta fiche, ça tue le pâté.
Keurkeur et bisous pouléteux.
Revenir en haut Aller en bas
Nelïya Fox
avatar
Humains


Mails : 180
Double-compte : /
Surnom : Nel / Lïya
Emploi/loisirs : Detective Privé
Portrait robot : .
-Équipière de Faust Wolfhart
-Soeur jumelle de Zackarito Fox
-Taquine
-Curieuse
-Pas du matin
-A l'alcool dépressif
-Plutôt pauvre
-Couleur : #AE7B15

MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 13 Sep - 16:46

Citation :
Fox nous avait vendu faust comme une sorte de Sherlock
Mais je ne vend personne moi ! C'est mal de vendre des gens. U.U
Et puis j'ai juste dit qu'il serait inspiré de Sherlock, c'est à son créateur de décider en quoi, je voudrais pas parler à sa place ;)
Bienvenu mon Wolfy ! Hâte de désordonner ta bibliothèque in rp !


Personnage absent du jeu jusqu'au 15 octobre : Nel est prise en charge suite à event. Elle a perdu un bras et a besoin de soins intensifs ainsi qu'une greffe d'un bras mécanique. Elle sera donc à l’hôpital, entre fatigue, soins et moral à Z, elle voudra voir peu/pas de visite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grim
avatar
Artilect


Mails : 156
Double-compte : Esha Lemire
Surnom : Grimmouille
Emploi/loisirs : Héroïne, cannabis, LSD, demandez mes hallucinogènes !
Portrait robot : - Manipulateur
- Observateur
- Délicatesse zéro
- Curieux
- Philosophe
- Adore les livres et les contes
- Détraqué
- Fou
- Méchant
- Possède deux poissons rouges
- Possède un capital choupitude profondément caché
- Dealeur option marchandage possible
- Intelligent
- A l'air très humain, sa condition d'androïde ne saute pas aux yeux.

Bug en #0000ff

RP : 2/3

MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 13 Sep - 17:28

Bienvenue jeune Hobbit !


Le Grim aime le bleu : #0000ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 20 Sep - 0:37

:D Bon petit message pour signaler que l'histoire est enfin la...

=P Et que j'ai fais un petit régime voili voilu.
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 485
Double-compte : Georges Adams
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue



MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 20 Sep - 16:43

Validation

Voila!!! J'ai tout bien lu!!! :D
Je ne vois pas d'objection pour la validation de cette fiche mais je t'encourage à la relire car il y a pas mal de petites fautes et tournures de phrases un peu bizarres qui peuvent gêner un peu la lecture (mais je suis douillette de la lettre:'))

Faust est beau gosse mais il m'a légèrement donné envie de lui donner des claques car en fait, il est assez insupportable x) (moi qui trouvais léandre chiant et un peu psychorigide). Il a vraiment un côté HPI (finalement pas asperger car les aspis ont du mal à analyser les comportements humains)

Bref, tu es validé tête-à-claque. :D

Voilà ! Maintenant tu es validé(e) !

▬ Tu peux dès à présent recenser ton avatar ICI et ton métier ICI.
▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Faust Wolfhart.   Mar 20 Sep - 18:03

Hum..Le soucis de la relecture à pas d'heure...On a pas les yeux en face des trous. :D Je termine les petites formalités administratives. (Car je veux pas être un sdf >.>) et je me replonge dans ce que j'ai pu rater la première fois.


:D Merchi tout plein pour la validation. Et oui...Faust n'est pas une personnalité facile. Ni pour les gens qui l'entourent, encore moins pour ses proches. Mais encore une fois cela ne serait que trop simple si tout le monde était tout gentil tout câlins ha ha.
Revenir en haut Aller en bas
 
Faust Wolfhart.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche Technique de Faust
» Road trip to Cait Shelter [Pv Alice Faust]
» Thomas Faust
» Les origines de Val-Faust
» De la crasse jusqu'aux genous [FB. Faust ♪]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Rebuts-
Sauter vers: