Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Discord des Membres

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 le gars du dep' - Alban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar



MessageSujet: le gars du dep' - Alban   Mer 1 Juin - 22:14




PRENOM : Alban
SURNOM : Al’
ÂGE : Sait pas. Plutôt récent? Difficile à dire, en vérité, puisque « d’Alban » il n’y en a, n’aura, jamais qu’un.
TYPE : IV
METIER/OCCUPATION : Caissier dans un dépanneur
NATIONALITE : Ses traits disent l’Asie, lui dit « D’ici. ».

Artilect

Caractère & Physique

Celui qui fait des heures pas possibles. Sûrement le fils de l’autre, du proprio, ou son neveu, cousin, germain ou pas. Bref, lui. Qui fait moins Chinois que son vieux père, oncle, grand-père, qu’importe, et qui fait petite vingtaine, à peine. Peau lisse et blême, grands yeux en amandes, la pommette fière et le nez rond, les lèvres pleines et le menton effacé… Ce type inspire quelque Soleil Levant… Mais ça va. Ça lui va, sa tête d’ailleurs, qu’il l’assume ou pas. Même sa coupe de cheveux, inspirée d’un bol de riz renversé, lui sied plutôt bien, à celui-là. Ça concorde avec le reste, qui consiste en une considérable collection de t-shirts à l’effigie d’anciens dessins animés et de shorts et pantalons pour le moins banals, le tout agrémenté de vieux sneakers rouges.
C’est un peu un grand gamin imberbe, qu’on a l’impression d’avoir sous les yeux, en arrivant devant le comptoir. De taille moyenne, quoiqu’un chouïa plus court que monsieur tout le monde, fin de taille et de visage, épaules étroites, le muscle finement discret… Maigrelet sans pour autant avoir l’air malade.
Le gars du dep’ a les traits de quelqu’un qui aurait été préalablement dessiné, avant de venir au monde. Tout cadre bien, trop bien, sur ce visage qui ne se laisse déchiffrer que comme de tout petits et complexes idéogrammes.


Celui qui en la nuit trouve son jour. Et qui se plait, chaton de gouttière égaré, à s’égarer de plus bel. Mais gentiment, doucement, sans déranger. C’est avec la discrétion d’un courant d’air qu’Alban fraie l’étroit chemin qui est sien. Sinueuse, entortillée sur elle-même, cette voie qu’il s’efforce de défricher et de suivre tout à la fois, au fil de ses pas et de ceux des autres. Car Alban ne sait pas plus d’où il vient qu’où il va. Et autant parfois, devant son ignorance, il se contentera d’hausser les épaules en détournant le regard, autant d’autres fois tentera-t-il plutôt de se pencher, l’œil scrutateur et le sourcil froncé, sur l’opacité de sa mémoire. Je n’ai plus que de la mémoire morte, en viendra-t-il coup sur coup à conclure, les yeux rieurs. Car Alban ne saurait vous embarrasser de ses soucis, qui ne sont que des riens, après tout, après quoi… Que des fourmis qui chatouillent les engrenages et qui font grincer le cœur, de temps en temps.
« Ce n’est pas grave. »
Qu’il dira et dira encore.
« Non, ce n’est pas grave… »
Et ce ne sera pas exactement un mensonge, puisqu’il ne saurait s’apitoyer sur son sort oublié.
Qui dit mémoire morte dit aussi cœur léger. Aussi Alban va-t-il au-devant des hasards et des rencontres avec une curiosité toute naïve qui, bien que discrète, demeure maîtresse des menues aventures du principal intéressé. Le vide qui veille en lui est comme une faim qui, sourdement mais sans cesse, gronde, avide de tout ce qui lui est étranger.


Celui qui ne sait pas. Notamment, combien chacun de ses gestes trahit la nature, artificielle peut-être mais bel et bien sienne et propre, dont on le dota jadis; cette attitude tranquille et posée dans sa façon de tendre la main, par exemple, ou encore, sa façon de pencher la tête sur le côté et de se tapoter la lèvre inférieure, lorsque face au dilemme. Ses petits sourires de coin de bouche, une scintillante à chaque pupille, s’il se prend à surprendre quelque situation cocasse. Sa manie d’incliner la tête, voire le haut de son corps, pour remercier ou s’excuser. Et puis sa propension à fixer. Les visages parfois, mais le plus souvent le vide, paupières mi-closes, ou closes, le bas du visage appuyé dans une main. Comme à demi éveillé. Ou à demi endormi. Mais surtout, juste bien.


Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ? « Qui sont ici pour rester… Je crois. Qui veulent rester… Je crois. Enfin, moi je veux rester. Moi l’Androïde parmi tant d’autres. Grande famille décomposée qui ne sait qu’encore maladroitement se tendre la main. Ou qui n’a tout simplement pas été programmée pour le faire. »

Quel est votre avis par rapport aux Humains ? « Qui ne savent pas toujours, on dirait, si c’est pour le meilleur ou pour le pire qu’ils nous ont faits à leur image. »

Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ? « Dont je préfère éviter d’attirer l’attention… Sans pour autant leur en vouloir. »

Quel est votre avis par rapport aux Exovedat ? « Dont je suis curieux, mais dont je ne recherche pas l’attention pour autant. Je me contente d’apprécier leurs idées... »

Quel est votre avis par rapport aux Artilect ? « À tâcher de me faire oublier des autres j’en viens à craindre de m’être moi-même oublié quelque part. C’est peut-être le cas. »

Alban c’est aussi…

~un cinéphile dont les murs du logement sont placardés d’affiches de films, pour la plupart étrangers et en grande partie en dessins animés

~un polyglotte qui maîtrise plusieurs langues, dont la plupart sont d’origines asiatiques

~un imposteur qui traîne souvent à l’UQAM (Université du Québec à Montréal), à la bibliothèque, et qui assiste à des cours en catimini

~un jeune casse-cou qui se déplace en skateboard – jamais sans son casque –

~une oie blanche qui ne se souvient pas avoir déjà eu de relation physique intime avec qui que ce soit


Histoire


Le gars du dep’

Lorsqu’il ouvrit les yeux, son regard se porta sur un petit carnet noir reposant dans ses mains couchées sur ses cuisses, paumes ouvertes sur le ciel. Il cligna quelques fois des paupières, l’esprit engourdi, les idées à blanc; il souleva la couverture de carton souple et lu les premières lignes.
Tout comme il lisait, une pensée, aussi lentement que sûrement, prenait ancrage en lui : il ne savait rien. Comment il s’était rendu ici, pourquoi, quand... Ni qui il était.
À vide, il poursuivit sa lecture et apprit qu’il savait, et saurait, à compter de ce moment précis, au moins deux choses :

1. Qu’il était un Androïde répondant au nom d’Alban.
2. Qu’à compter de maintenant, il était libre.


Un ballon bute sur le bout de mon pied. Je me penche, le prend entre mes mains. En même temps, le carnet tombe par terre. C’est une main plus petite que la mienne qui se pose dessus.
« Tiens. » Disons-nous en chœur, moi et l’autre, petite personne, gamine, en échangeant carnet et ballon.
« Tu joues? » me demande-t-elle.
J’acquiesce, rangeant le carnet dans une poche de mon pantalon. Sans avoir besoin d’y penser, je sais que je joue, que j’ai envie de le faire, surtout. Alors je me lève, et suis la gamine qui déjà court vers le terrain, son ballon devant elle.
« Je m’appelle Mei. Mei Chen. Toi t’es qui?
- Alban.
- C’est tout?
- Alban… Alban.
- Alban Alban? »
Elle éclate de rire, d’un rire aigu de petite souris.
Un temps, long temps, elle et moi jouons au parc. Jusqu’à ce qu’elle reprenne son ballon entre ses mains et annonce :
« J’ai soif! Mon oncle a un dépanneur pas loin d’ici! Viens on va chercher des Mister Freeze! Toi c’est lesquels tes préférés? Moi c’est les roses et les blancs mais surtout les blancs.
- Je sais pas.
- Les blancs c’est au crème soda. Aimes-tu le crème soda? Moi j’adoooore le crème soda, surtout avec une boule de crème glacée à la vanille dedans! »


« Bonjour! »
ding dong
Ça sonne un peu pareil.
« Bonjour! »
ding dong
Oui c’est sûr, ça sonne un peu pareil.
La dame au grand chapeau sourcille et jette un regard à celle qui derrière elle s’affaire à pianoter sur l’écran de son portable. Elle se demande peut-être si elle a rêvé ou si je l’ai bel et bien saluée deux fois.
« Bonjour! »
ding dong
Définitivement pareil.
Déconcertée, mais souriante malgré elle, elle finit par m’accorder un timide :
« Bonjour… »
Parce qu’au final, mon sourire ne lui inspire rien qui ne vaille ou qui soit inquiétant.
« Besoin d’un sac?
- Non merci.
- Okay! »
Elle préfère ranger son litre de vin directement dans son énorme sac à main.
« Ça fera onze et vingt, s’il vous plaît. »
Elle paie, et comme la caisse enregistreuse cliquète, je dodeline de la tête en tapant deux-trois fois du pied. C’est comme une chanson rythmée. Mais une chanson timide pour laquelle peu, si peu de gens tendent l’oreille. Tant pis, ça fait plus de musique pour moi.
La dame range son porte-monnaie, referme son sac, et me salue d’un petit signe de tête.
« Bonne fin de journée! »
Que je lui chante.
Demain, et après-demain, elle viendra chercher un litre de vin, un autre, et je la saluerai, et elle me saluera, mais avec un peu de chance, elle le fera au deuxième plutôt qu’au troisième, puis au premier plutôt qu’au deuxième « bonjour ».

De Bonjour à Bonsoir à Bonne nuit. Je quitte le dépanneur avant que l’on en revienne à Bonjour. Préalablement, je ramasse un sac plastique rangé à l’arrière, dans la petite salle des employés. Dedans, j’y ai laissé quelques conserves. Sans-Nom les attend plus sinon autant qu’il m’attend.
« Bonne journée Julie! »
De ses grands yeux verts surlignés et soulignés noir, Julie, qui prend ma place, me suit comme à son habitude fixement du regard et ne répond rien. Plutôt, elle fait éclater l’énorme bulle qu’elle vient de gonfler avec son chewing-gum. Y’a matière à me faire sourire, là, bien qu’en tapinois.

Julie parle peu. Parfois elle dit « Bonjour » dong-dong aux clients, mais ça sonne comme une sonnette brisée, ou une sentence.
Julie parle peu, surtout à moi. La première fois qu’elle m’a vue elle m’a dit : Je t’ai déjà vu quelque part.
J’ai dit : Où?
Elle a dit : Je sais plus.
Alors j’ai dit : Ah.
Le lendemain, elle m’a dit : Je sais où je t’ai vu. T’es Japonais.
J’ai répondu : Non.
Alors elle a plissé les paupières et croisé les bras sur son t-shirt d’un groupe de Heavy Metal et dit : Menteur.
Ce fut de loin notre plus long échange.


Accueilli par les miaulements rauques de Sans-Nom avant même d’avoir déverrouillé la porte, bientôt, je rentre chez moi. Demi-sous-sol humide et terne du Quartier Chinois, coin Viger et Clark, je m’y plais, néanmoins, puisque c’est chez moi. À l’étage du dessus se trouve un salon de manucure tenu par la femme de M. Chen, proprio du dép’. Tous deux vivent au troisième et dernier étage de l’immeuble. Chaque mois, M. Chen vient glisser une enveloppe sous ma porte. Et chaque fois, ça dit : 阿尔班的工资单. 非常感谢你的帮助.
À l’intérieur, toujours le même nombre de billets.
Monsieur Chen est un homme discret et bon.
Pour preuve, sans lui, il y a des mois déjà qu’on m’aurait coincé. Il fait bon vivre dans son ombre et c’est le plus honnêtement possible que je m’efforce de travailler, pour lui, au noir. Ce que j’appelle ma petite liberté quand les autorités, elles, entendront « protection juridique ».

Grimpé sur le comptoir de la cuisine, Sans-Nom mange directement dans la conserve « délice au poulet » que je viens d’ouvrir pour lui. Avachi dans le vieux fauteuil gris, je l’observe.
Comme il est heureux.
Après, il viendra quérir sur mes genoux sa dose quotidienne de caresses. Repu, il s’endormira. Et moi, paupières closes, branché dans la prise murale, je tenterai de rêver pour l’énième fois.


Derrière l'écran

PSEUDO : S.
ÂGE : Sait pas. (Mais selon le modèle plus de vingt ans, moins de trente.)
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Un petit oiseau à ma fenêtre.
AVATAR : les 2 images sont de tae402
UN PETIT MOT ? En espérant que mon Alban sera à la hauteur du vôtre. ^^’
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Oui



Dernière édition par Alban le Jeu 2 Juin - 16:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 511
Double-compte : Georges Adams/logan Duval
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue



MessageSujet: Re: le gars du dep' - Alban   Mer 1 Juin - 23:52

MUUUUUUUUUUUUUUUUUUHHHHHHHHHHHH ♥♥♥
*Tempéte de boulettes (d'amour) géantes*
Tout d'abord ta plume est toujours une pâtisserie et cet Alban est bien au deçà de celui que j'avais esquissé! Tu as su le rendre profond, vivant, touchant (j'ai grave gagaté, merci!) et tu te l'ais approprié à merveilles!
J'ai été étonné de la premiére personne au début car j'ai l'habitude de te voir à la troisiéme mais tu géres cela super bien!
Et puis ces mots québecquois... rouuuhhh ♥ Il va falloir que tu nous les apprennes! tu es la touche d'authentique sur ce fo!


Néanmoins car j'aime être chiante (je joue même un jeune chiant!), quelques petits points :

- Bien que tu le sous-entendes, tu ne reprécises pas que " suite à un marché avec le propriétaire d'une supérette, travaille donc au noir, en échange de sa protection juridique. " je te propose de le rajouter dans les infos en vrac.

- Pour ton histoire, je serais pour mettre une séparation (genre une ligne) entre chaque partie d'histoires car j'ai cru personnellement que ça se suivait et j'ai un peu bugé.

- Pour "Sans Nom." Je le mettrais plutôt ainsi " Sans-Nom". Sinon on bug un peu!

- Comme dit sur skype, pour la façon de voir les androides/ réfra and co, je le vois bien avoir une pensée assez particuliére (comme on peut le retrouver dans ton histoire), courte, poétique, un peu bizarre mais au fond, proche de la vérité! :) Alban voit les choses, il les analyse mais les exprime de façon différente. :)

Voila! je suis toute heureuse que tu nous ais rejoind! ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: le gars du dep' - Alban   Jeu 2 Juin - 15:54

Je me ferai un plaisir de me faire Petit Bob pour vous. (Petit Robert version québécoise t'sais... xD)
Merci de tes commentaires cher et sage Léandre!
Je crois bien que tout y est maintenant, y'a que ce machin de lignes dont je t'ai parlé sur skype. *boulet alert* <_<
Pour Monsieur Chen, voici, que t'aies pas à chercher :
[...]Monsieur Chen est un homme discret et bon.
Pour preuve, sans lui, il y a des mois déjà qu’on m’aurait coincé. Il fait bon vivre dans son ombre et c’est le plus honnêtement possible que je m’efforce de travailler, pour lui, au noir. Ce que j’appelle ma petite liberté quand les autorités, elles, entendront « protection juridique ».
[...]
Si y'a autre-chose, tu sais où me trouver! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Léandre Luissier
avatar
Réfractaires


Mails : 511
Double-compte : Georges Adams/logan Duval
Surnom : L'albatros
Emploi/loisirs : porte-parole d'Espérancia/ magistrat
Portrait robot : - psychologie basée sur l'obéissance
- Très anxieux. Lévres en piteux état, fume.
- prêt à tout pour être enfin reconnu et aimé par sa famille
- incapable d'aimer autrui et soi-même
- conservateur trés croyant
- pense que les androides sont des créatures déviantes
- belle âme au fond qui attend son envol
- homosexuel refoulé
- espére un jour être soigné
- attiré par Antoine Dastre

- Juge en DarkSlateBlue



MessageSujet: Re: le gars du dep' - Alban   Jeu 2 Juin - 18:42

Ton probléme de code m'a pris environ... 1 mins. j'ai cru que j'y arriverais jamais :') (en fait tu avais mis de " français et non anglais comme c'est le cas ici. Et le code ne marche pas alors! (c'est sensible ces petites choses!)

Tout est parfait pour moi donc, l'archiviste n'a plus qu'à te mettre ta couleur et tout ( je lui laisse ce privilège!)

Tu peux dés à présent commencer à comploter par mp pour tes rps! (je crois que Swann est tout seul 8'D)

ps : j'ai cherché "petit bob" sur google car je savais pas si c'était de l'humour ou non... ahem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: le gars du dep' - Alban   Jeu 2 Juin - 23:01

Validation

Et parce que Léandre prend même pas la peine d'aller chercher ce petit bout de code avec tous les liens utiles, je le met avant d'aller te mettre ta couleur et ton groupe~

Et bien sûr rien à dire de plus sur la fiche que j'aime beaucoup ♥

(Merci de me laisser le privilège de faire ça 8D)

Voilà ! Maintenant tu es validé(e) !

▬ Tu peux dès à présent recenser ton avatar ICI et ton métier ICI.
▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !

Revenir en haut Aller en bas
 
le gars du dep' - Alban
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dreamland ? y'a des gars balèzes ici ?
» Espionner... [Avec Alban]
» Bonjour les gars.
» Impact de "ce gars est doué" et des rondaches.
» Alban

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Rebuts-
Sauter vers: