TOP SITES

1 - 2 - 3 - 4

LIENS UTILES

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Animations

NOUVEAUX VENUS


RPS LIBRE


PTI' CHOUX





Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.C’est la danse des humanités.
L'archiviste // Léandre Luissier
Fonda trop gentille
1/17 : Event 2 : Le Grand Débat
1/17 : MAJ 4 + secret santa (zieute)
25/08/17 :MAJ 3 et intrigue 2
06/16 :Ouverture d'Exantrop
Intrigue — Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…

voir les nouveaux messages (spéciale dédi'Toinou)

voir ses messages (pour les feignasses)
Marquer tous les forums comme lus

Partagez | 
 

 « Quelle vie compte le plus ? » [Jordan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ethan Duchesne
avatar
Humains


Mails : 16
Double-compte : Niet
Emploi/loisirs : Agent à l'U.A.D
Portrait robot :

-Hygiène de vie stricte
-Direct
-Efficace dans son travail
-Moins dans ses relations privées
-Pense agir dans le bien de tous
-Identité qui bat de l'aile



Présentation


Ethan descendit du fourgon pour rejoindre celui en charge de l’opération. Un bonhomme sec, les traits tirés, avec un léger strabisme. Partout autour y avait du mouvement. Journalistes, curieux reliés aux réseaux sociaux sur le dernier portable à la mode, agents chargés de maintenir un périmètre stable autour de la zone et agents d’intervention l’œil rivé sur leur objectif. Ethan avait déjà reçu sur son ATH les informations essentielles mais il préférait entendre de vive voix de quoi il retournait exactement.

-Ethan Duchesne. Renfort du central. La situation ?

Une poignée de main pour accompagner sa présentation.

-Ben Roy. Responsable de ce merdier.

Il fit signe à Ethan de l’accompagner. Plus loin derrière les barricades et les sentinelles, le dépôt. Un long bâtiment rectangulaire dans lequel plusieurs magasins du coin entreposaient leurs articles. De l’électroménager pour la plupart. Il jouxtait une habitation sur la gauche et un grillage cadenassé donnait sur l’entrée destinée aux transporteurs de marchandises sur la droite. La façade, rien de plus qu’une double porte vitrée barricadée de l’intérieur. Exception faite d’une voiture grise stationnée de leur côté, la rue qui passait devant était déserte grâce à l’intervention rapide des forces de police. Ben se posta à l’angle d’une poubelle pour son briefing.

-Ça a commencé en début d’après-midi vers 14h. Des passants ont vu cinq types prendre des otages avant de bloquer les fenêtres et les entrées. Ils sont peut-être plus que ça, on n’est sûr de rien. Pas de visuel et les témoins sont imprécis. On a juste eu une demande expresse de désactiver tous les androïdes de la ville sans quoi ils feront sauter le dépôt ce soir à 20h.

Un regard sur la vitrine révéla à Ethan une pancarte peinte en noire. « Quelle vie compte le plus ? ».

-Le négociateur n’a rien pu obtenir ?
-Ils refusent le dialogue. Depuis qu’ils ont fait savoir leurs intentions à l’aide d’un mégaphone, pas de nouvelles. On va devoir intervenir.

La seule information supplémentaire dont Ethan disposait, et la raison de de sa présence ici, était la présence probable d’un ou plusieurs détraqués dans les rangs des preneurs d’otage. Encore une situation où le principe d’innocence appliqué à ce genre d’androïde se révélait être une monumentale erreur. Au lieu de se contenter de les surveiller, l’U.A.D aurait dû les envoyer à la casse depuis longtemps.

De retour près des véhicules de police, Ben donna quelques consignes à ses hommes puis revint vers Ethan.

-Je vais être franc, je ne sais pas pourquoi vous êtes là. Les gars du GTI sont déjà sur le coup.
-C’est avec le central qu’il faut voir ça.
-Ben voyons. Comme s’ils n’étaient pas déjà au courant de ce que je pense. Je vous préviens juste. On n’a pas besoin d’un électron libre dans ce genre de situation. A partir de maintenant, vous suivez mes ordres, peu importe l’unité dont vous venez.

Ethan ne prit pas la peine d’entrer dans un débat. Même s’il avait ses propres directives, ils étaient tous dans le même camp.

-Compris.
-Bon. Je vous affecte au groupe deux. Présentez-vous aux gars, équipez-vous et attendez la suite. – il ajouta pour lui-même, presque en sourdine – Jordan ne devrait pas tarder non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan Blais
avatar
Réfractaires


Mails : 5
Surnom : Blaise
Emploi/loisirs : Policière
Portrait robot :


Jordan revoyait en boucle le raisin rouge, mastiqué par les puissantes molaires et incisives du Sergent Détective Brad Perreault. Un raisin tellement gros qu'il avait dû le prendre en deux bouchées. C'était une image claire, comme à l'instant vécu, du fruit enrobé de salive et écrasé par les dents jaunies de son patron. Parce que ses souvenirs étaient des copies conformes de son présent, présenté en vidéo que l'on fait joué sur notre ordinateur, extirpé de notre disque dur personnel. Pour les robots, oublier des fragments de souvenirs n'était pas une option, ni d'avoir cette sensation de se rappeler d'une vieille anecdote vague et ennuagée des limbes de notre cerveau. Il fallait soit effacer une mémoire complète, soit s'en souvenir complètement. C'était pratique, pour Jordan. Elle n'avait qu'à stocker les données visionnées sur le terrain dans la database principale des bureaux de la SPVM. Par le biais d'un scan ou des enregistrements de l'équipe l'ayant conçue.

Elle n'avait aucune vie personnelle, n'était qu'un jouet de la police. Un jouet de gros budget, une machine sophistiquée servant à se battre contre cette société malade.

- Hé, Jordan.

L'androïde le regardait déjà lorsqu'il l'interpella, avalant ses dernières bouchées de raisins, sans se préoccuper qu'on le dévisageait depuis longtemps.

- Tu ne travailleras pas avec moi aujourd'hui.  

Il s'était tourné, en symbiose avec son siège à roulettes, et se leva devant pour la regarder. Pour admirer les traits finement travaillés de son visage sans défaut par les artistes de SoftBank Inc. Pour s'émerveiller de ce regard faussement sensible d'une technologie qui le dépassait encore.

- Quel sera mon unité, aujourd'hui, monsieur ?

- Avec la GTI, Blaise. Tu peux mettre ta main sur le scanneur, que je puisse t'envoyer les informations.

En posant sa main sur la petite tablette touch que Perreault venait de sortir sur son bureau. Sur le symbole bleu lumineux par lequel elle enregistra le contenu dans sa base de données. Ça ne lui prit que quelques secondes pour appréhender la situation. Son patron s'en réjouit d'un subtil sourire satisfait.  

- Rejoins la deuxième équipe d'intervention, ils vont partir dans quelques minutes. Ils te donneront là bas tout ce dont tu auras besoin pour ta fonction.

- Bien.

- Et Blaise...

Les mains de son patron vinrent empoigner les épaules de la machine, lui présentant un regard lourd de revendications.

- Fais attention sur le terrain.

Il y eut d'abord un silence, trahissant la réticence de l'androïde.

- Bien sûr.    

[...]

Accompagnée d'une seconde équipe tactique, Jordan se rendit sur le secteur d'intervention par le biais d'un gros camion servant à transporter les membres de la GTI. Débarqués du véhicule, tous se rassemblèrent pour un court résumé de la situation, là où Jordan fit semblant de ne pas être au courant, puis marcha jusqu'à Roy, son supérieur du moment. On l'accosta avant qu'elle ne se rende tout près de lui. Un homme chauve, au nez aquilin et de carrure imposante s'était penché vers elle d'une main rangée dans son dos pour lui souffler à l'oreille:  

- Mademoiselle Blais. Vous passerez première dans l'intervention. Nous voulons à tous prix éviter la perte humaine, si vous voyez ce que je veux dire. Je suis certain que vous ne vous opposerez pas à mes demandes. Vous devez obéir, pas vrai ?

La femme n'avait pas prit la peine de répondre, aussi le laissait-elle repartir vers ses collègues en silence pour reprendre son chemin vers Ben, qui la salua d'un petit signe de la main.


Dernière édition par Jordan Blais le Mer 17 Jan - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Duchesne
avatar
Humains


Mails : 16
Double-compte : Niet
Emploi/loisirs : Agent à l'U.A.D
Portrait robot :

-Hygiène de vie stricte
-Direct
-Efficace dans son travail
-Moins dans ses relations privées
-Pense agir dans le bien de tous
-Identité qui bat de l'aile



Présentation


Ethan s’était délesté de son imperméable pour y préférer un simple gilet pare-balles et un casque d’intervention. De quoi protéger les rares parties de son corps encore organiques. Il récupéra un fusil à impulsion préréglé sur la position « non létal » ainsi que sa propre arme de poing qu’il glissa dans un holster de cuisse. Quelques calibrages de routine sur ses prothèses, un dernier check-up et il se retrouva avec le reste des forces d’intervention regroupées devant Ben Roy. Jordan Blais était arrivée aussi. Le visage semblable à un masque de plâtre, une démarche féline, sans un mot elle était simplement là sans chercher à interagir avec ceux qui l’entouraient. Le logiciel de reconnaissance facial d’Ethan l’informa directement sur son dossier et ce qu’il vit ne lui plut pas. La voix puissante de Ben balaya ses pensées comme poussière au vent.

-Ok tout le monde. Chargez le plan dans vos mirettes en enregistrez tout ce que je vais dire parce que on n’a le temps ni pour les questions ni pour les formalités.

Une seconde après, le temps que l’équipe ne charge sur leur ATH les informations tactiques, et il continua.

-Vous êtes répartis en trois unités chacune avec son objectif. La première étape sera l’infiltration. Vous passerez par le grillage qui délimite l’entrée des camions de marchandises, ici. – une lumière rouge sur la carte virtuelle clignota – Pour éviter de se faire repérer, vous longerez la rue depuis ce carrefour-là. Une fois que vous vous serez assurés que personne ne traine à l’extérieur, vous vous disperserez pour l’étape deux : l’intervention. L’équipe 1 se charge du hangar de stockage principal, l’équipe 2 du magasin et l’équipe 3 reste en stand-by pour couper la route à ceux qui réussiraient à se faufiler à l’extérieur. Le reste des forces de police fera barrage devant la vitrine pour s’occuper des autres fuyards.

A chacune de ses directives, un tracé luminescent détaillait précisément l’endroit où chaque équipe devait se rendre. Ben laissa le temps à chacun de noter mentalement son itinéraire et enchaina.

-La priorité ce sont les otages. Si on en croit les images thermiques des drones, ils seront dans les bureaux à l’étage du magasin. Ce sera donc à l’équipe 2 de gérer leur exfiltration. Localisez-les et agissez en conséquence pour les sortir de là. Vous tirez en premier lieu pour neutraliser mais vous avez autorisation d’abattre quiconque refuserait de se rendre. N’oubliez pas qu’ils ont menacé de faire sauter l’endroit si nous n’acceptions pas leur demande. Idem pour les autres équipes. Ça ne plaira surement pas aux politiques mais la vie de citoyens est en jeu. Une fois les lieux dégagés, la section anti-explosifs se chargera de trouver et de désamorcer les bombes s’il y en a. Maintenant, en piste !

Chacun rejoignit son groupe. Ethan faisait désormais équipe avec Jordan, son binôme pour l’intervention. Le temps qu’ils ne se rendent tous au carrefour pour passer sous le nez des preneurs d’otage, il se colla à côté d’elle. Pas une once d’odeur corporelle.

-Dis-moi, Jordan. Tu estimes nos chances de succès à combien exactement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordan Blais
avatar
Réfractaires


Mails : 5
Surnom : Blaise
Emploi/loisirs : Policière
Portrait robot :


Par le biais du signal WI-FI hautement sécurisé, elle recevait instantanément les données du Chef des opérations Ben Roy. Visionnant directement et en boucle certaines diffusions infrarouges et thermiques captées des caméras de drônes policiers. Les otages avaient bel et bien été perçus plus tôt dans les bureaux du deuxième étage des magasins. Elle pouvait également constater par les transmissions que deux d'entre eux demeuraient des enfants, sans pouvoir s'empêcher de ressentir une quelconque détresse dans ce qu'elle découvrait à travers les images partagées. Les enfants la marquaient spécifiquement pour leur intellect différent, leur pureté, leur joie naïve et facile d'atteinte. Un privilège qu'elle n'obtiendra pourtant jamais.

De retour à sa mission, elle enregistrait à la volée les paroles de monsieur Ben dans son espace mémoire, entreprit de les organiser de façon à ce qu'elle puisse aisément les réutiliser et rapidement durant l'intervention, comme elle ne pouvait oublier aucun détail. À la fin du discours, elle prit une minute pour vérifier ses armes et protections avant de se joindre aux autres. Ses longs et ondulants cheveux étaient collés dans du gel, tous coiffés en un chignon soigné, qu'ils puissent facilement se glisser sous son casque tactique à visière solidement installé. Une multitude d'armes spécialisés étaient accrochés à sa ceinture d'intervention et à son holster d'épaules, et certaines pièces plus lourdes lui avaient été autorisées, en raison de sa capacité physique supérieure.  

Les hommes de la GTI furent regroupés en nombre de deux à l'intérieur des rangs de chacun des groupes tactiques. Jordan, elle, fut jumelée à un homme dont elle fut mystifiée par le profil. Ses capteurs révélaient une personnalité humaine; homme de 35 ans, capacités physiques décuplées par un entrainement robuste et des prothèses robots, en bonne santé, une tension artérielle normale. Sauf qu'ils dévoilaient également un entité robotique, comme s'il était devenu plus robot qu'homme. C'était acceptable ? Plus qu'elle-même. Elle n'était qu'un mensonge à l'humanité, une fausse réplique essayant de se construire une identité parmi eux.

En route pour le carrefour, ils marchèrent synchronisés et hors des yeux des kidnappeurs. L'étranger avait dû sentir le mélange féminin d'un fragile parfum de rose et de produits capillaires aux arômes fruités, mais l'odeur âcre de la sueur et du sébum était évidemment inexistant. Si son modèle coûteux permettait à des fluides - tel que de la fausse salive ou du faux sang - de circuler dans son corps métallique, la sueur et les autres sécrétions éliminées par l'humain n'en faisait pas partie. C'était pratique, puisque ça rendait les douches beaucoup moins fréquentes.

- Dis-moi, Jordan. Tu estimes nos chances de succès à combien exactement ?

Elle captait quelques signaux de caméras à l'intérieur du building à proximité, le temps de se rendre plus près de l'énorme hangar, mais ses yeux obliquèrent rapidement vers l'agent de l'U.A.D à sa question et se concentrèrent sur les siens, plus vivants. N'y avait qu'eux pour impressionner la policière par un simple et petit échange de regards. Toute l'énergie et l'expression de l'être de la terre, charroyée dans deux petites billes vivifiantes et complexes. Si l'homme avait la carrure et l'expression d'un mur de briques, ses yeux parlaient pour lui. Ils ne mentaient jamais et offraient un passage vers l'âme, comme l'avait dit une fois une vieille, mais extraordinaire dame catholique au teint hâlée...

33.33% de chance de succès exactement, additionnant l'erreur humaine. Le tout s'était passé en l'intérieur d'une seconde et Jordan savait qu'une personne ordinaire n'arriverait pas à calculer avec la précision de la calculatrice en aussi peu de temps. Ou enfin ne penserait-il pas en algorithmes et en chiffres, mais plutôt se mettrait-il à imaginer comment se déroulerait le gros de leur mission.

- Cela va dépendre si tout se passe bien. Nous ferons de notre mieux.

Tous en position, ils ne perdirent pas de temps à se décomposer en petites unités pour rejoindre les trois secteurs. Le grillage franchit, ils inondèrent la cour arrière d'agents et inspectèrent les issues possibles, les entrées principales du hangar maître et des magasins adjacents. Jordan était restée en retrait un moment avec les autres hommes de son unité. Elle s'était posée en milieu ombré pour détecter de son scanneur intégré les caméras installées à l'intérieur de l'édifice. Les organisateurs de l'otage étaient déjà bien cachés quelque part, loin de leur portée. Les caméras serviraient à déclencher un alarme ultra-sonore imperceptible par l'oreille humaine. Seul un androïde ou robot serait capable d'écouter, ne serait-ce seulement de saisir le son. D'où elle se trouvait, trois caméras avaient été détectées. Il lui fallut un petit moment d'absence pour pirater le système mécanique des caméras et les désactiver.

- Nous te suivons, Blaise.

Un homme figurant parmi les plus près des portes menant aux magasins - et ayant été mis au courant de sa nature - s'était prostré près d'elle. Chuchotant à son intention. Jordan prit un temps supplémentaire pour déterminer s'il n'y avait pas d'avantage de pièges, sur les portes, sur les murs, des explosifs. Elle n'avait pas sentit le moindre danger magnétique ou à ondes radio, puis s'était fiée aux images des caméras qu'elle avait piraté.

- Maintenant.

À la charge, ils rentrèrent, se dispersèrent et évaluèrent les environnements. Jordan était passée première en cas d'attaque et pointait maintenant de sa lampe intégrée au canon les lieux obscurs. Le tout était calme, effrayamment calme. Les otages étaient à un étage seulement d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
« Quelle vie compte le plus ? » [Jordan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelle est la base du développement ?
» Quelle est votre bande de prédilection?
» Quelle bande de nazes!
» demande de suppression du compte
» Partage de compte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Quartiers résidentiels :: Commerces-
Sauter vers: