TOP SITES

1 - 2 - 3 - 4 -

LIENS UTILES

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist

NOUVEAUX VENUS


RPS LIBRE


PTI' CHOUX





Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.C’est la danse des humanités.
L'archiviste // Léandre Luissier
Fonda trop gentille
1/17 : MAJ 4 + secret santa (zieute)
25/08/17 :MAJ 3 et intrigue 2
06/16 :Ouverture d'Exantrop
Intrigue — Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…

voir les nouveaux messages (spéciale dédi'Toinou)

voir ses messages (pour les feignasses)

Partagez | 
 

 Camille Pelletier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Camille Pelletier   Dim 24 Sep - 22:12



(Ceci.. Est un cadeau de l'admin. Lisez ma fiche et vous comprendrez.)
NOM : Pelletier
PRENOM : Camille
SURNOM : Si on le surnomme, c’est rarement de façon élogieuse. Mais il s'en fout.
ÂGE : 25 ans.
METIER/OCCUPATION : Journaliste dans une revue miteuse. Vous savez, le genre de papier qu’on distribue vaguement dans les transports en commun ou qu’on trouve gratuit sur le net, mais dont les avis et les articles ne sont ni vraiment lus, ni vraiment suivis. Plus précisément, il alimente la rubrique dite « chiens écrasés », aka les faits divers. Si l’école maternelle organise le goûter d’anniversaire de Jean-Kévin ou si une mamie meurt étouffée dans un sapin de Noël, c’est à lui de trouver l’information et de l’écrire en petit pour remplir les trous après qu’on ait mis d’autres articles moisis.
NATIONALITE : Canadien

Exovedat (officiellement)

Caractère & Physique


Note sur le physique : Normalement, l'avatar de Camille a les yeux violets, mais par facilité scénaristique, ils sont en fait bleus.


Camille, c’est ce type qui pue l’égoïsme, le faux et le narcissisme.

Toujours vêtu de son pauvre petit sourire en coin, de sa clope pour la frime et de son accoutrement de hipster du dimanche, il va régulièrement de soirées en soirées et de cafés en restaurants, grattant le moindre numéro de téléphone, la moindre entrevue et – surtout – la moindre occasion de montrer qu’il est un as. Sans cacher ni son amour de lui-même, ni sa confiance démesurée en lui. Camille fait attention à son apparence et enchaîne les blagues moisies qui provoquent des rires de sympathie tout en se donnant un léger côté « unique » par l’utilisation de petites expressions vintages qu’il prend plaisir à expliquer à ses interlocuteurs – tout ça uniquement pour étaler une science qu’il tire de Wikipédia.

Camille est un rat. Mais, il faut le lui reconnaître, il s’acharne. Et il réussit parfois à avoir ce qu’il veut. Parce qu’il part terriblement de rien – qui voudrait passer sa vie au poste qu’il a actuellement ? – et qu’il n’a terriblement rien à perdre. Il avance sans naïveté, sans idéal, vers la moindre chance de changer sa situation. S’il y a bien du vrai en lui, c’est tout ce qu’il fait pour être faux.

Il va de soi, il ne poursuit pas de nobles intentions. Il ne désire ni sauver qui que ce soit, ni améliorer le monde tel qu’il est. Camille ne. Pense. Qu’à lui. Mais peut-être bien qu’il pourrait faire le bien, si cela lui apportait quelque chose. Peut-être bien qu’il suivrait les bons idéaux, soutiendrait les personnes qu’il méprise. Si c’était le meilleur moyen pour être riche et célèbre. Ou peut-être pas. En ce qu’il ne pense pas tant au bien et au mal ou à l’intérêt du plus grand monde, la religion ou ce genre d’ineptie, il ne sera jamais extrême. D’un côté. Comme de l’autre. Il gratte au milieu des affaires de la société et creuse son trou là où il aura une bonne place, sans trop de risque, jusqu’à ce que la situation change et qu’il flaire un autre coup.

En cela, il n’ira jamais là où il ne peut revenir en arrière. C’est ce qui assure à tous que Camille n’est pas plus qu’un opportuniste, et qu’il se mêlera de tout sans rien compromettre. Il n'est rien d'autre que ce connard empli d'égo, bien moins dangereux que beaucoup d'autres.

C’est là ce qui le rend sympathique, une fois qu'on l'a compris. Ou du moins. Fréquentable du moment qu’il peut vous être utile.

Et c’est bien sur cela qu’il compte.


Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ?
Camille n’a rien d’un idéaliste, et rien d’un extrémiste. Il a autant d’opinion sur les androïdes que sur les ordinateurs, avec cela de plus qu’il trouve amusant tout ce qui se déroule autour d’eux. Pourtant, il le sait, ce sujet est une vraie poule aux œufs d’or. Il y a du fric à se faire sur tout, du moment que ça touche aux androïdes, et les questions éthiques que cela soulève n’intéressent le journaliste que dans la mesure où les gens ne sont pas d’accord. Faut-il avoir peur de la machine ? Faisons un documentaire pour dire que oui, et puis quelques articles la semaine d’après pour dire qu’il ne faut pas céder à la paranoïa. De toute façon, les gens ne verront pas que les auteurs de ces mots auxquels ils s’accrochent se fichent totalement d’eux.

Quel est votre avis par rapport aux Humains ?
Si Camille se moque des androïdes en tant que tels, il se soucie à vrai dire aussi peu des humains. Tromper, mentir, exagérer les faits ou les cacher, être, paraître, la différence est ténue. Il joue de cette nuance pour s’intégrer parmi ses pairs, considérant – à juste titre, selon lui – que le monde est peuplé de requins et qu’il faut savoir jouer des situations. Répandre l’information est une noble cause qui nécessite souvent les mauvais moyens. Et en la matière, Camille est loin d’être pire, puisqu’il n’est au final qu’un petit poisson dans cet aquarium dangereux. Il suffit de voir les fous furieux qui passent au JT, et toutes ces histoires sordides qui passent dans les faits divers, n’est-ce pas ?

Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ?
Dès qu’il se passe quelque chose, il y a toujours des réfractaires. Les voir s’acharner en utilisant tous les moyens dont ils disposent crée l’action, et Camille a bien hâte de voir de quelle façon Montréal va brûler. En parallèle de son boulot, il fréquente vite fait quelques communautés de réfractaires, sans pour autant partager leurs opinions, armé d’hypocrisie et de patience. Mais, barf, il n’est pas le seul, après tout. Entre les trolls, les infiltrés, les curieux, il n’a qu’à se faufiler dans les portes ouvertes de temps à autre.

Quel est votre avis par rapport aux Exovedat ?
Sur le principe, même avis que pour les réfractaires. Plus impliqué cependant dans ce camp-ci, il échange des informations avec d’autres idéalistes plus ou moins convaincus, des industriels et tous ceux qu’il pourra trouver dans ces communautés. Tous ne sont pas dupes, d’un côté comme de l’autre, mais il y aura toujours quelqu’un de prêt à faire un deal. Camille est persuadé d’avoir assez de ruse pour se glisser là où les plus grands secrets sont cachés, le tout sans avoir la moindre honnêteté en lui. À tort ? Qui sait. En tout cas, il cherche à devenir une source d’information importante et nécessaire pour cette communauté, plus qu’un simple curieux, afin d’étendre son influence et de mettre plus rapidement le doigt sur ce qui est le plus « croustillant. »

Quel est votre avis par rapport aux Artilect ?
Ils sont tout simplement géniaux. Les graines d’un conflit éthique qui va tôt ou tard produire de merveilleuses fleurs qu’il sera le premier à cueillir – du moins l’espère-t-il. Il s’époumone à récupérer toutes les informations à ce sujet, sachant qu’elles forment une très bonne monnaie d’échange – et surtout, une monnaie reconnue par n’importe qui. C’est sa chance de quitter son boulot pourri, son appart’ moisi et sa vie dans l’oubli. Il le sait, il y pense souvent.

Et pourtant, c’est peut-être le seul point sur lequel il ait réellement un soupçon d’opinion.
Mais c’est vague. Très vague. Et il se défend d’y penser.


Histoire


« Pour légitimer la supériorité de l’Homme par rapport à l’androïde, certains disent que l’Homme est constitué de chair, de cellules, d’ADN, qu’il est une création de Dieu ou qu’il est doté de sentiments, d’affects qui le rendent en cela supérieur à n’importe quelle mécanique.
- C’est bien ce que l’on dit en général.
- Et alors, ce que j’en pense… Si l’on utilise le terme « intelligence artificielle » pour parler de la capacité à prendre des décisions et à traiter les informations des robots, dans ce cas, le terme « artificiel » implique que toute cette intelligence n’est que le résultat d’un mécanisme implanté par quelqu’un d’autre, n’est-ce pas ? »

Camille fit une pause pour avaler une gorgée de vin, tandis que Lucy, la brune en face de lui, le dévorait des yeux. Il lui décocha un petit regard en coin avant de reprendre :
« L’homme n’est-il pas, dans ce cas, bien plus artificiel que lui ? Lui que la société façonne dès sa plus tendre enfance pour respecter tout un tas de codes moraux, vestimentaires, sociaux ? Lui qu’on programme pour être, penser, lire, écrire, imaginer d’une certaine manière ? Quand bien même on stocke son information dans de l’ADN plutôt que dans des circuits électriques, des registres ou des disques durs, il n’est lui-même que le pur produit de mécaniques qu’il n’a pas créé. »

Ces interrogations avaient eu leur petit effet. La miss restait pensive, faisant tourner la paille de son cocktail juste devant elle.

En même temps, il aurait été dommage que l’effet foire, tant Camille s’était donné du mal à apprendre par cœur, mot par mot, cet enchaînement aux airs pseudo-philosophiques. De mémoire, il avait piqué ça à un type sur internet, sur un forum qu’il fréquentait – peu importe, en fait.

« Vous vous intéressez de près à ces questions, n’est-ce pas ? Je le vois à votre petit air intéressé, lui susurra-t-il, clin d’œil à l’appui.
- Ou alors vous vous renseignez convenablement… lui répondit-elle, un peu moins dupe qu’elle n’en avait l’air. Vous voulez bien aller droit au but ?
- Voyons, nous étions dans la rue comme par hasard, lorsque mon chien vous a foncé dessus… Et je vous ai invité à prendre un verre par galanterie.
- Vous serez aussi assez galant pour payer l’addition ?
- Hmm… »
À côté d’eux, assis sur le sol du bar, le vieux cocker le regardait avec un air de connivence.
« Jonathan, c’est ça ? Le nom de l’androïde modifié que vous avez recueilli récemment.
- Comment le savez-vous ?
- Je suis renseigné convenablement, mademoiselle. »

Un coup de bluff basique, à vrai dire. Il avait également prévu une parade au cas où la pièce tomberait sur la mauvaise face, mais elle était du bon côté pour cette fois.
La conversation tomba à plat quelques instants, sans doute pour laisser le temps aux deux interlocuteurs de se jauger mutuellement. Camille tira de sa poche un paquet de clopes, qu’il tendit d’abord à la minette avant de se servir lui-même. Rien de tel que la fumée toxique se répandant dans l’atmosphère pour illustrer une telle conversation. Et puis il se trouvait classe, le bougre, avec son bâtonnet dépassant de la bouche. Cela lui donnait un « air. »

« Vous êtes journaliste, n’est-ce pas ? M… Pelletier, c’est ça ? reprit-elle, lui rendant son sourire en coin.
- Ravi que mon nom vous soit revenu – vous pourrez bientôt vous vanter de m’avoir rencontré.
- Qu’est-ce que cela vous fait, d’être dans ce monde encore plus artificiel que l’être humain lui-même ? Vous êtes sans doute parmi la pire espèce de journaliste, celle qui cherche à tout prix l’information croustillante, la une, le scoop qui vous mettra sous le feu des projecteurs quitte à devoir incendier des vies entières pour cela…
- Il semblerait que vous me méprisez.
- N’est-ce pas vous qui êtes méprisant ? Vous prônez l’égalité entre Hommes et androïdes quand cela vous arrange, et seriez bien prêt à clamer le contraire si cela met l’opinion de votre côté.
- Les avis sont changeants. Il faut bien peu de choses pour que le commun des mortels tangue d’un côté ou de l’autre. Un reportage choc, une photo, un fait divers qui fait le buzz… L’esprit humain se reprogramme facilement. J’ai juste le mérite de le faire consciemment. »

Nouveau vide. La fumée créait comme un écran entre les deux interlocuteurs, à tel point que dans un instant d’égarement, il eut pu croire que la femme en face de lui n’était qu’un genre d’apparition. Vous savez, comme dans les films, lorsqu’un personnage se retrouve à discuter avec un esprit, voire avec sa propre conscience, lui reprochant ses torts un à un. À cet instant, Lucy lui donnait cette même impression d’irréalité.

« Dites, M. Pelletier, pourquoi faites-vous tout ça ? Le titilla-t-il à nouveau, la voix grave.
- Je fais mon boulot.
- Faux. Vous ne connaissez pas le sens du devoir. Vous cherchez l’argent ? La gloire ? Ou alors vous voulez l’intégration sociale, la popularité, le plaisir de voir votre nom écrit partout, votre numéro de téléphone convoité ?
- Vous êtes bien curieuse. Pourquoi ne pas juste dire que j’exécute, comme chaque être humain, mon algorithme ? Pour accéder au bonheur dans ce monde, il faut se diriger vers l’argent, la gloire, l’intégration sociale, toutes ces choses. Dans mon métier, le seul moyen d’y parvenir, c’est de chercher les informations qui se vendront le mieux. Ce n’est pas moi qui ai défini les règles avec lesquelles je joue.
- Vous le pensez sincèrement, ou vous tirez encore ça d’Internet ?
- Quelle différence cela fait-il ? Je suis ce que je dis. »

Le chien moribond gratifia Camille d’un regard à nouveau empli de vide, avant de reculer, disparaissant ainsi dans la fumée qui s’était répandue vers les autres tables. Outre le fond de son verre, la moitié de la table et ses propres mains, le journaliste ne voyait plus rien.
Lucy ne lui laissa pas le temps de réfléchir à la situation :

« Est-ce que vous avez peur ?
- Peur d’une belle femme comme vous ?
- Peur que tout soit vain. Peur du jour où vous réaliserez que vous n’êtes qu’un vantard à l’égo démesuré, aux relations superficielles et à la morale artificielle. Peur d’être entièrement ce que votre jeu a fait de vous.
- Vous semblez aimer le drame, pour me voir une peur cachée. Je n’ai rien de tout ça.
- Mais qui penses-tu que je sois, Camille ?» demanda-t-elle avec une voix qui semblait s’éteindre.

Il remua son bras dans la fumée envahissante, réalisant alors qu’il n’avait à aucun moment allumé sa cigarette. Et, surtout…

La femme en face de lui avait disparu, ne laissant à sa place qu’un clébard buvant allègrement la fin du cocktail.

*

« Gnhhngg….. »

Camille avait passé une nouvelle nuit la tête au milieu de ses touches d’ordinateur. Encore dans les vapes, il resta quelques secondes comme ça, allongé sur son bureau, à se passer le film des « évènements » récents.

Chaque seconde lui fit oublier un peu plus, jusqu’à ce qu’il ne se rappelle plus que d’images embrouillées, noyées dans un brouillard qui n’avait rien de naturel. Un foutu rêve qui se terminait par la vision de Murphy, son propre chien, sirotant une boisson alcoolisée en face de lui dans un bar. Et cette femme…

Il se leva prudemment et lança quelques regards perdus à son appartements jusqu’à tomber sur ce qu’il convoitait. Son agenda. Ou, plus précisément, son smartphone qui faisait office d’agenda. À la date du jour, point de doute, un rendez-vous avec une fameuse « Lucy » qu’il avait rencontré sur le net, et à laquelle il devait soutirer quelques informations. Et le lendemain, il voyait Aicha, sa préférée.

Derrière lui, il entendit les pas de Murphy qui venait certainement réclamer quelque chose à manger.

« Morbleu, j’en viens à rêver de toi. »

Le cocker répondit par un couinement, peu sensible aux expressions dépassées. Il lui tapota la tête avant d’embrayer vers la seule autre pièce de son petit appartement - la cuisine. Après avoir vaguement marmonné quelque référence à son réveil difficile, il le suivit. Il lança le café, remplit l’assiette du clebs et alluma la télé 3D – un tout petit poste qu’il avait tant bien que mal réussi à caser à l’autre extrémité de la pièce.

Ce matin, la routine a mauvais goût.

Camille détestait cet endroit. Une putain de boîte à souris, datée du siècle dernier, collée contre d’autres appartements probablement pas mieux foutus. Pas de lave-vaisselle – à l’ère où les androïdes équipent la plupart des foyers ! -, un lit assez confortable pour qu’il ait une tendance naturelle à préférer dormir sur son PC et une salle de bain dans laquelle il ne rentrait que grâce à sa taille. Sa seule lumière était une malheureuse vitre dont il avait envie d’abréger les souffrances tant elle paraissait haïr la pièce qu’elle éclairait. Paradoxalement, Murphy l’aidait à tenir le coup, quand bien même il était vorace en place, en bouffe et en temps. Camille ne l’aurait pourtant laissé chez ses parents pour rien au monde.

Une fois son café avalé, il s’était préparé pendant une grosse demi-heure (tout devait être impeccable, de la coiffure aux plis de la chemise), avait dit au revoir à son colocataire et s’était dirigé vers le métro pour rejoindre son lieu de travail. Vingt minutes à côtoyer littéralement de près la population de Montréal. Cette fois, poussé par son rêve envahissant et la fumée qui demeurait dans le creux de sa tête, il avait décidé de faire une sorte de point.

Cela faisait deux ans qu’il faisait un boulot qu’il détestait. Ses collègues étaient pour la plupart des jeunes sans talent et des vieux qui n’aspiraient qu’à se la couler douce à la rédaction. Malgré son ambition initiale, il n’avait pas bougé de son poste, considérant qu’il n’avait de toute façon pas la moindre envie de rester dans cette boîte. Dès lors, il s’était contenté du minimum et masquait en partie son mépris pour ses collègues, considérant qu’il fallait agir de manière à ne pas être viré avant d’avoir lui-même claqué la porte.

Pour en arriver là, il avait commencé un baccalauréat en sciences sociales, arrêté au bout de deux ans au profit de cours de journalisme. À l’époque, il n’était qu’un connard se foutant éperdument de toutes les problématiques qui pouvaient avoir lieu autour de lui. En fait, il n’avait jamais particulièrement fait preuve de curiosité, et les études n’avaient pas été son truc, quand bien même il se pensait intelligent – c’était quelque chose qu’il n’avait pas senti nécessaire de démontrer.

Pourquoi devenir journaliste, alors ? Sans doute parce que le milieu était facile d’accès, et qu’il dépendait en grande partie de la capacité à se faire un réseau et à trouver les bonnes informations, ce qu’il savait faire. Sans doute aussi parce qu’il avait ça dans le sang – tout du moins selon son propre avis. Il s’était lancé sans plan précis, avec la seule ambition de devenir riche et de finir sa vie dans une maison qu’il ne détesterait pas. Enfin, d’abord, il avait pensé s’intéresser à la politique ;  commencer par couvrir des évènements sans importance jusqu’à devenir un Expert avec un grand E, celui qu’on appellerait pour les présidentielles ou d’autres conneries du genre.

Mais la politique n’était qu’un petit théâtre qui lassait. Une comédie dans laquelle personne n’était impliqué, ou seulement pour défendre ses petits intérêts. Ce n’était pas… Pas aussi sensationnel que les androïdes. Pourquoi choisir de couvrir le dernier scandale, dépassé dans deux semaines, quand on peut attendre un peu plus et tomber sur l’eldorado journalistique ? Camille avait choisi de miser son avenir là où ça rapporterait le plus. Parce qu’il voulait être là si un Noël 2030 se repointait, ou pour guetter le moindre débordement prometteur. Parce qu’il était certain d’y arriver. Parce qu’il le fallait.

Penser trop loin dans le futur n’était pas son délire. Tout au plus était-il persuadé qu’il fallait s’élever et que ni sa situation actuelle, ni celle qu’il avait connu toute sa vie, n’était souhaitable. Son enfance n’avait absolument rien de mémorable ni d’intéressant, mais elle avait elle aussi mauvais goût. Une mère perdue dans les apparences au point d’être sans cesse effacée, dénuée de personnalité propre. Un père qui avait toujours bossé dans la même boîte sans se poser de questions. Ils avaient quelque chose de frustrant dans leur résignation face à un jeu qu’ils perdaient.

Les portes du métro s’ouvrirent sur la station qu’il convoitait. Il se glissa tant bien que mal sur le quai, puis avança main dans les poches dans une allée qui menait à la sortie. Et c’est parti pour une journée de boulot à recenser toutes ces histoires qui n’intéressaient personne, en attendant d’écrire un jour la sienne. Il sortit une clope, qu’il n’oublia pas d’allumer cette fois.

Rassurez-vous, Lucie, je n’ai pas peur de n’être qu’un connard noyé dans son égo et dans son petit jeu hypocrite. S’il le faut, je cramerai dans les feus des projecteurs, avec tout ce que j’aurai brûlé.

La fumée disparut dans l’air des rues de Montréal. Il apprécia sa silhouette fine et sa pose plutôt classe un moment, avant de se débarrasser de ce bâtonnet toxique, se demandant si des gens pouvaient sérieusement en apprécier l’odeur.

En revanche, vous avez raison, sans tout ça, je ne suis rien.

C’est pour ça que je continue.


Derrière l'écran

PSEUDO : J’ai plus trop de pseudo ces temps-ci. Je suis donc un être chargé de mystèrrre. (Bon, vous pouvez m'appeler Eelis)
ÂGE : 20 ans.
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Mon forum est partenaire avec. Entre autres.
AVATAR : Canada, de Hetalia.
UN PETIT MOT ? J’espèrequej’aipastropmassacréleprédef. Enfin, j’ai essayé de faire une fiche sur un ton assez sérieux, en explorant à peu près la profondeur du personnage, et en me l'appropriant (d'où l'ajout d'éléments qui n'ont rien à voir avec ce qui était écrit) mais euh. Très fort probable qu'en jeu tout ça n'apparaisse pas trop (déjàquejesaispassic'estcorrect), au profit de sa "façade" et de points que j'aurais envie de développer sur son passé ou ses activités actuelles.
Ah et. "Pelletier", c'est le nom de famille de mon médecin traitant, ça me trouble encore énormément.  scar
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Faites-vous plaisir ! ♥️



Dernière édition par Camille Pelletier le Lun 25 Sep - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grim
avatar
Artilect


Mails : 172
Double-compte : Esha Lemire
Surnom : Grimmouille
Emploi/loisirs : Héroïne, cannabis, LSD, demandez mes hallucinogènes !
Portrait robot : - Manipulateur
- Observateur
- Délicatesse zéro
- Curieux
- Philosophe
- Adore les livres et les contes
- Détraqué
- Fou
- Méchant
- Possède deux poissons rouges
- Possède un capital choupitude profondément caché
- Dealeur option marchandage possible
- Intelligent
- A l'air très humain, sa condition d'androïde ne saute pas aux yeux.

Bug en #0000ff

RP : 1/3

MessageSujet: Re: Camille Pelletier   Lun 25 Sep - 9:32

Bienvenueeeeeeeeee rainbow sheep


Le Grim aime le bleu : #0000ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Archiviste
avatar
PNJ


Mails : 348

MessageSujet: Re: Camille Pelletier   Lun 25 Sep - 10:43

Validation

Bon, tu sais à quel point je kiffe profondément cette fiche et ce que tu as fait de ce prédéf; à quel point ta narration est drôle, vivante, intelligente et cynique.
Tu sais aussi que rien n'empéche cette validation haut la main et du coup, vu que c'est déjà moi qui t'es fait ton vava (et qu'il est irremplaçable huhu) et que tu n'avais pas d'image d'en tête, ça sera ton cadeau de bienvenue.

Ne me remercie pas, on sait tous que Camille au fond de son coeur est un fragile face à Murphy 8'D

/fuit/

Voilà ! Maintenant tu es validé(e) ! Ton avatar et ton métier ont été ajouté automatiquement aux listes de référencement.

▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
▬ Pour encourager les membres à s'impliquer dans le développement du forum, la partie secréte où sont gérés les events et les intrigues à venir t'est ouverte -selon ta volonté-. Tu peux ainsi donner ton avis, enrichir les idées ou juste regarder. Il suffit d'en faire la demande par MP à Léandre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exanthrop.forumactif.org En ligne
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes


MessageSujet: Re: Camille Pelletier   Lun 25 Sep - 18:37

wesh


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Camille Pelletier   Lun 25 Sep - 19:18

Grim : Merci à toi !

M. l'archiviste : jllslkjfslk J'ai déjà un peu réagi donc tu sais que je suis joie, mais je te remercie encore pour la rapidité de la validation et tout. Et. Cette image.. Absolument merveilleuse, je me permets de la garder pour le jour où je ferai une fiche de Résumé. Me reconnaissant, je vais le faire une fois et jamais mettre à jour, en me disant que "Boah, j'ai tout dans la tête" Je risque d'être longue aussi pour le logement, mais j'y passerai.

Caïn : /salue l'autochtone/ Wesh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
Camille Pelletier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Camille Silvan [Pouffy]
» répartition camille
» Camille Kovenbourg [Abeille]
» ¤ Camille Moreau ¤

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Validés-
Sauter vers: