Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Discord des Membres

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 Step out beyond the edge and start the motion ▬ Cybèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar







PRENOM : Cybèle
ÂGE : 13 ans
TYPE : Type-4
METIER/OCCUPATION : Chanteuse au « Signal », occasionnellement serveuse
NATIONALITE : Canadienne

Artilect

Caractère & Physique

Cybèle c’est cette jeune femme qui monte trois soirs par semaine sur la scène du « Signal », cette jeune femme rousse qui donne l’impression de n’avoir pas plus de vingt-cinq ans. Elle est la fierté de son propriétaire qui ne lésine pas sur les moyens pour entretenir son androïde malgré son âge. De près, les signes ne trompent pas, elle est une androïde d’ancienne génération qui a été rafistolée de part et d’autre pour ne pas tomber en ruine. Certains iraient jusqu’à dire que Léonard est bien trop attaché à son androïde, qu’il devrait la remplacer par un modèle plus récent. Non. La réponse est claire. Mais ne vous y trompez pas, il n’y a aucun sentiment romantique entre ces deux êtres, juste un profond attachement après treize années passées en compagnie de l’autre.

Treize années où Cybèle a bien changé. Cybèle aime toujours chanter, non pas seulement parce que c’est dans son programme mais aussi parce qu’elle a appris à aimer de tout son coeur suite à ces changements qui se sont opérés en elle sept ans auparavant. Mais aussi parce que ça l’emplit de joie de savoir qu’on l’écoute, un moment de répits dans ses tourments.

La douce Cybèle, la figure du « Signal » compte ses jours en tant que « Cybèle ». Sa mémoire commence à lui faire défaut et cela l’attriste autant qu’elle sait que c’était inévitable, que ce jour devait venir. Il lui manque ses plus anciens souvenirs, certains ne sont plus que des bribes, des images, des sons, des mots, rien qui ne fait sens mis bout à bout. Plus récemment, Cybèle semble avoir des moments d’absence, des moments qu’elle va oublier quand elle reprendra conscience. Seul l’informaticien qu’elle va voir régulièrement est au courant de ce problème récurrent bien qu’elle lui ait demandé de ne le mentionner à personne. Elle refuse également qu’il lui remplace sa carte mémoire, aucun d’eux ne sait exactement à quoi est lié le fait qu’elle ait une conscience et ne veut remplacer aucun élément interne de peur de tout perdre.

Cybèle reste en apparence une femme forte, calme et qui garde la tête haute. Elle est amicale avec les personnes qu’elle connaît, leur offrant facilement un sourire sincère. À contrario, avec les étrangers, son faible sourire est là pour garder l’apparence d’un androïde aimable envers les personnes autres que son propriétaire, l’apparence d’un androïde sans conscience, sans sentiments.

Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ? Elle les envie un peu. Elle a parfois l’impression qu’ils sont plus libres qu’elle, ils n’ont pas à se cacher, à vivre dans le mensonge, dans la peur de ne pas se faire accepter pour ce qu’ils sont. Certes il y a toujours le cas des réfractaires mais ils n’en ont pas autant conscience que peut l’être un Artilect. Elle leur sourit faiblement, pensant à ce passé qu’elle oublie petit à petit, ce passé où elle était comme eux.

Quel est votre avis par rapport aux Humains ? Son avis est mitigé, elle fait confiance à seulement une poignée d'entre eux et s'avère avoir une attitude détachée envers les autres. Elle apparaît comme une simple androïde de Type-5 à leurs yeux. Elle les observe par intérêt de leur société mais aussi par curiosité, pour se comparer à eux et noter leurs différences et leurs points communs sur le plan psychologique.

Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ? Cybèle les évite. Elle les observe d'une distance plus que raisonnable. A voir comment ils sont envers les androïdes normaux, elle ne veut pas croiser leur chemin et qu'ils découvrent d'une manière ou d'une autre que son programme a un défaut majeur, qu'elle se rapproche encore plus de l'humain qu'ils ne peuvent l'imaginer. De son côté, elle ne veut pas imaginer les conséquences que cela aurait.

Quel est votre avis par rapport aux Exovedats ? Elle comprend leurs idées. Elle-même pense que la condition des androïdes devrait être améliorée dans certains cas. Mais elle ne cherche pas plus que ça à les joindre, comme les autres humains, elle observe leurs mouvements de loin.

Quel est votre avis par rapport aux Artilects ? Elle compatit avec la plupart d'entre eux et n'hésitera pas à aider un Artilect dans le besoin, le recueillir le temps de le remettre sur pied...ou de l'accompagner dans ses derniers jours. Elle évite ceux qui pourraient attirer l'attention autant que possible, elle préfère garder profil bas, non pas qu'elle soit dans l'illégalité comme certains, elle a toujours un propriétaire après tout.

▬ Maintenant qu'il y a assez de main d'oeuvre au « Signal », elle occupe son temps libre - pendant les heures d'ouverture - à se balader entre les tables pour parler avec les habitués ou à aider les serveurs.

▬ Le reste du temps elle est soit avec Léonard soit dehors utilisant le prétexte d'une course pour Léonard.

▬ Elle se rend chez l'informaticien en cachette.

Histoire

Treize ans. Elle est vieille Cybèle. Elle est loin d'être à la pointe de la technologie et bien des personnes considéreraient l'androïde obsolète, bon à jeter dans la benne à ordure d'une ruelle et oublier son existence, laisser les pilleurs de poubelles la réduire en pièces détachées. Mais pas Léonard, son propriétaire, ni les habitué du « Signal ». Elle est la figure de proue du bar. Treize ans qu'elle y chante sous le spot de cette petite scène qui fait l'angle de la salle. Treize ans que les habitués viennent dans ce bar miteux des quartiers malfamés avec son insigne qui clignote et ses vieux meubles pour l'écouter. Treize ans où rien a changé en dehors d'un élément.

Artilect. C'est ainsi qu'ils furent nommés lorsque les humains se rendirent compte de leur existence.

Artilect. Cybèle fait partie des premiers androïdes qui ont développé une conscience et des sentiments il y a sept ans de cela.

Un grand nombre de questions se sont posées à elle lors de sa sixième année au « Signal ». Comment ? Pourquoi ? Qui ou quoi ?

Ce fût la période la plus perturbante de sa vie. Un moment d'errance, dominé par la peur qui la rongeait de l'intérieur. Elle était une simple androïde de Type-5 achetée par Léonard pour l'ouverture de son bar. Elle était programmée pour chanter mais il la faisait également travailler en tant que serveuse par manque de main d'oeuvre aux débuts du « Signal ». Puis commença son éveil... Elle qui était considérée comme une androïde de l'ancienne génération, elle devenait une des pionnières de cette nouvelle génération.

Des androïdes « défectueux », ils disaient. Ils ne croyaient pas si bien dire. Cybèle se sentait ainsi. Elle ne pouvait que penser que quelque chose n'allait pas avec son programme. En parler ? Cela aurait le choix correct afin de rectifier le problème mais et ensuite ? Qu'allait-on faire d'elle ? Si elle était vraiment défectueuse, allait-on la réinitialiser ? Ou la détruire ? Elle décida alors de se cacher. De son propriétaire comme des autres humains. Elle n'avait pas fui, se cacher physiquement n'aurait avancé à rien avec la puce qui permettait de retrouver sa position. Tout ce qu'elle pouvait faire était de cacher ce qui lui arrivait au plus profond d'elle-même et de traiter toute seule son problème. De faire face toute seule...ou de fuir ce qu'elle devenait. Quel que soit sa raison, elle ne voulait pas que les autres voient quelque chose qu'ils ne voulaient pas voir dans un androïde. Quelque chose qui commençait à se rapprocher bien trop de l'humain sur le plan psychologique.

Chaque regard qu'elle croisait, elle le pensait accusateur. Accusée d'être hors norme, dans le mauvais sens du terme. Elle qui avait trouvé un propriétaire si bon avec elle, elle qui travaillait dans des conditions qu'on pouvait qualifier de correct, elle avait honte de ce qu'elle devenait. Plus elle ressentait de sentiments, plus elle devait faire face à la vérité. Mais on ne passe pas de « machine qui obéit à un programme » à « machine qui va pouvoir être maître de ses propres décisions » du jour au lendemain. Et cela la rongeait. Elle se mentait à elle-même, elle mentait à son propriétaire, elle mentait à ceux qui l'appréciaient.

A plusieurs reprises elle se pris à penser qu'elle devait en parler à Léonard avant de repousser cette idée dans un coin. S'il la rejetait ? Il ne faisait pas partie de ces personnes qui sont contre les androïdes mais pas non plus de ce qui étaient pour eux. Il appréciait Cybèle pour ce qu'elle était. Serait-ce toujours le cas si elle avouait la vérité ? Puis il y en a eu d'autres, d'autres qui furent connus du grand public qu'ils l'aient voulu ou non pendant qu'elle se cachait dans son bar, pendant qu'elle observait ce nouveau monde d'un œil discret.

Finalement, vint le moment de tout avouer à Léonard, de découvrir cette nouvelle notion qu'il nommera plus tard « le courage » pour qu'elle comprenne ce qui l'avait poussée à dépasser ses peurs, surmonter ses propres monstres. Étonné ne ferait pas justice à la réaction qu'aura eu Léonard à l'annonce de la nouvelle. Elle avait attendu plus d'un an pour lui dire ce qui se passait avec son programme. C'est la seule raison pour laquelle il lui cria dessus. Lentement, elle lui sourit, soulagée, rassurée et confirmait son envie de rester auprès de son propriétaire malgré cette nouvelle « liberté » qu'un élément inconnu lui avait offert. Quelle meilleure place que de rester auprès de celui qui l'acceptait pour ce qu'elle était ?

Puis elle rencontra Grim près de deux ans plus tard. Elle était chez cet informaticien des quartiers malfamés pour en apprendre plus sur sa condition, un habitué du bar en qui elle avait confiance pour garder son « secret ». Lui était venu pour essayer d’être reprogrammé afin de ne plus dépendre des lois de la robotique. Grim lui fit bien comprendre une chose : les androïdes ne réagissaient pas tous de la même manière face à cette prise de conscience, face à cette « liberté ». Elle était devenue plus forte grâce au soutient des personnes qui lui tenaient à coeur. Lui avait viré vers la folie. Et bien qu’elle ne veuille pas s’associer avec cet androïde dangereux, à son plus grand damne, elle le croise plus souvent qu’elle ne le voudrait et refuse toute invitation à le rejoindre ainsi que ses idéaux.

Treize ans. Rien a changé au « Signal », Cybèle chante toujours pour le plus grand plaisir des clients. Et pourtant bien des choses ont changé, les habitués sont au courant pour Cybèle et protègent le secret de leur demoiselle lui laissant le choix ou non de révéler son identité à qui bon lui semble, la protégeant de ceux qui voudraient lui faire du mal - physiquement ou psychologiquement - au sein du bar. Elle ne pourrait jamais assez les remercier pour cela et ne peut que leurs offrir ses plus belles chansons ou une tournée à l'occasion.

Et pourtant elle leurs cache encore des secrets, elle qui tombe petit à petit en ruine. Même avec tout ce que fait Léonard pour l'entretenir, il ne peut rien faire pour ce que Cybèle ne lui dit pas et n'est pas visible.

Derrière l'écran

PSEUDO : Piou
ÂGE : 21 ans
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? D'une ancienne version toute pourrie. J'en suis l'éternelle fondatrice~
AVATAR : Red - Transistor
UN PETIT MOT ? *Donne les macarons promis à ceux qui ont laissé un mot sur la CB avant l'ouverture du forum.*
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Oui

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar




Validation

Par le pouvoir de la fondatrice je m'auto-valide ! (J'ai toujours rêvé de faire ça =') )

Voilà ! Maintenant tu es validé(e) !

▬ Tu peux dès à présent recenser ton avatar ICI et ton métier ICI.
▬ Dans les plus bref délais ton dossier personnel sera créé ICI et tu pourras en faire ce que tu veux (explications).
▬ Si tu n'es pas SDF tu peux aller faire ta demande de logement.
▬ Et comme un androïde a normalement un propriétaire tu peux aller faire un tour sur ce sujet pour te trouver un propriétaire ou un androïde si tu es humain.
▬ Tu peux bien évidemment faire des demandes de RP, vérifie juste les demandes précédentes au cas où il y aurait compatibilité des demandes !
Revenir en haut Aller en bas
 
Step out beyond the edge and start the motion ▬ Cybèle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agnar.d.Edge[terminer]
» Kane, Dolph Ziggler & Randy Orton VS Edge, Justin Gabriel & Chris Jericho
» One step ahead
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Fatal Four Way : MVP VS CM Punk VS Edge VS Kane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Rebuts-
Sauter vers: