Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Contexte
Intrigue
Scénariis
Effectif
Pinterest
Playlist

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 n'écoutant aucun des deux partis, ils donnent la gloire aux deux ; victoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Priam Mansaa Sulaymaan
avatar
Exovedat


Mails : 37
Double-compte : 162.73.142.41.e || A.
Portrait robot :

• quarante-cinq ans • animateur télé, philosophe, écrivain, professeur, conférencier et éleveur de dobermans ; ancien trader • situation aisée • défiguré et impressionnant physiquement • bon caractère mais très exigeant • impliqué dans de très nombreux domaines • philosophie spécialisée dans la robotique, fait partie des pionniers de son mouvement • travaille en partenariat avec une type-1 •
biors



ils donnent la gloire aux deux - victoria
Chez le coiffeur le matin même, le sujet de conversation principal tombait sous le sens. Victor Hugo, scandalisé par les dernières informations concernant le militantisme anti-androïdes, prévoyait d'ores et déjà la contre-offensive, et se rendait fier de figurer parmi les rares à motiver les esprits qu'il savait de son avis à le suivre ; beaucoup de ses clients étant eux-même exovedats, certains plus engagés que d'autres, tous soutenaient son initiatives et très vite il fut question du design des banderoles, de la composition des slogans et de la mise en page des tracts à distribuer.
Si le sujet de conversation brûlait toujours à vif, c'était en partie de la faute de Priam. Victor Hugo était au fait de son témoignage et avait juré de ne pas remuer le couteau dans la plaie, mais aucun d'entre eux n'ignorait le combat intérieur qu'il menait contre sa nature de coiffeur à ragots. Leur amitié avait gain de cause, jusqu'à présent ; Victor Hugo changeait de sujet en présence de Priam, et était suffisamment adroit pour convaincre ses autres clients d'en faire autant. Cependant, rien dans l'amour qu'ils se portaient ne pourrait lui retirer de l'esprit que trop, c'était trop. Quand Priam lui avait raconté les malheureux événements de la Robotic for Humans Exposition, Victor Hugo, fou d'angoisse, s'était mis à pleurer.

La contestation dans le salon était d'autant plus importante que Victor Hugo, dans sa grande mansuétude, avait blacklisté de son affaire Marylou Laliberté, une amie de longue date, cliente fidèle et réfractaire convaincue du danger que représentaient les androïdes pour l'humain après ces mêmes événements. Son opposition, simple divergence d'opinion, avait eu le malheur d'être exprimée à voix haute ; Priam, absent ce jour-là, n'avait que les témoignages des autres clients pour s'imaginer la scène, et c'était amplement suffisant.
Un scandale si violent que la pauvre Marylou, à ce moment-là d'une innocence parfaitement justifiable et excusable, en était venue à reconsidérer son opposition avec plus de véhémence qu'elle l'aurait elle-même cru. Elle faisait désormais partie d'Esperencia, et si nul ne savait jusqu'où ses revendications coïncidaient avec celle de l'association, nul ne se privait de commenter son parcours avec une médisance que Priam condamnait fermement, mais en silence. Depuis la convention, il y trouvait un confort certain.
Nombreux au salon trouvaient ce silence suspect. La vérité, c'était que Marylou Laliberté était la voisine de Priam, et qu'il était suffisamment fatigué d'avoir perdu une connaissance aussi charmante pour s'abaisser à la fustiger gratuitement.

Les cheveux blancs couverts et la nuque rasée, Priam accepta l'embrassade de Victor Hugo à peine plus froidement qu'à l'accoutumée. Il passait par les halles pour chercher des fruits et légumes frais et rentrait chez lui à pieds. Il avait prévu un après-midi d'entraînement pour les chiens et de cours du soir pour les élèves en difficultés des quartiers alentours, de quoi s'occuper pour ne plus penser à son probable départ du Canada dans les mois qui viendraient.
Le sac de courses plus lourd que prévu, il arrivait devant sa porte d'entrée et la constatait plus colorée qu'il ne l'avait quittée. C'était aussi le cas de sa boîte aux lettres, qu'il reconnut bien plus chatoyante ainsi ; dommage que le fond n'eut pas été aussi plaisant que la forme. Il fut un temps pas si lointain où les « shame on you » étaient destinés à sa peau bronzée et à la personne qu'il invitait dans son lit. Il n'aurait jamais pensé les jeunes gens, surtout aussi haut en couleurs, capables d'attaques aussi grossières.

Il afficha un sourire radieux à la jeune femme qui, si elle n'était pas aveugle, n'avait pas pu le manquer. Le calme dont il fit preuve était olympien.

- Si vous cherchez madame Laliberté, elle habite en face.

Elle n'avait de toute façon plus aucun autocollant à gaspiller. L'information était gratuite.



cultural high
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Roy
avatar
Exovedat


Mails : 29
Double-compte : nop'
Surnom : Vic'
Emploi/loisirs : étudiante en esternat dans le domaine médicale


La bataille des autocollants faisait rage.

L'idée de base venait de Vic après avoir lu des récits de luttes féministe. Elle s'était dit que c'était une bonne idée pour faire réagir l'opinion public. Ce qui était le cas, au début. En fait, une semaine après les premiers autocollants posés, les autres assos avaient réagis en copiant leur idées. Maintenant, il ne pouvait pas se passer une journée sans avoir de nouveaux autocollants dans la fac. C'était pareil dans la rue, sur les portes, sur les boîtes aux lettres, sur les voitures et même sur les sacs. Vic en mettait généralement sur les boîtes aux lettres. C'était suffisant.

Une autre chose, c'est que Victoria ne se basait pas uniquement sur les rumeurs. C'était trop facile de raconter n'importe quoi sur son ennemie juré pour le voir ensuite harcelé. Vic' n'aimait pas les rumeurs et préférait vérifier les infos par elle même. Il lui arrivait d'être terriblement franche, ce qui lui avait valu des ennemis et des alliés insoupçonnés. Enfin beaucoup d'ennemie. Mais elle s'en foutait parce qu'elle faisait ce qui était juste.

L'étudiante avait d'ailleurs était témoin direct d'un acte de violence envers un androïde. C'était le genre de chose qui la mettait hors d'elle. Pour une fois Vic était resté un peu près calme sur le moment. Mais son maître de stage l'avait tout de même noté.

Madame Laliberté était au service de Rhumatologie pour quelques de problèmes de santé. L'étudiante en était en stage pour toute la fin de semaine. Elle était suffisamment compétente pour aider aux diagnostiques et participer à la vie du service. Son look atypique lui avait valus pas mal de remarques et de méfiance mais final cela allait.

Sauf avec Madame Laliberté. Un conflit avait explosé avec une autre personne. Une dame était venue avec un androïde. Celle-ci le considérée comme un membre de sa famille, ce qui avait amené Madame Laliberté à être extrêmement grossière dans ses propos. L'autre personne avait réagit elle-aussi, ce qui c'était terminé avec un échange de claques. Vic avait réagi elle aussi, son tuteur avait dû intervenir. Victoire avait été envoyé en pose d'ailleurs.

La jeune savait que cette personne n'aurait jamais de retour. Elle ne serait jamais menacé par la justice, ce qui était le cas d'une grande partie des actions contre les androïdes. Vic essayait d'agir dans ce cas. Elle savait que cette dame avait un examen cet après-midi.

La jeune femme avait récupéré l'adresse assez facilement. Et c'était avec la conscience tranquille qu'elle s'était mise à coller quelques autocollants sur la boîte aux lettres de cette dernière.

Bon, il y en avait aussi quelques un sur la porte.

Rien d'aussi impressionnant de ceux qu'elle avait mis sur la porte d'un de ses profs.IL ne fallait pas le plaindre. Il l'avait vraiment mérité.

Vic était en train de ranger ses étiquettes quand elle vit une ombre se poser sur la porte. Elle se retourna et vit un homme avec ses sacs de courses. Il était grand avec une belle cicatrice sur le visage. L'étudiante se releva et fit un petit sourire confus.

Victoria allait sans doute se faire casser la gueule.

- Si vous cherchez madame Laliberté, elle habite en face.

Non pas tout de suite.

Le mec restait super calme. L'étudiante se sentie conne. Elle avait mal recopié l'adresse c'est ça ? Vic était un peu prise au dépourvu. Non en fait, elle était complétement déstabilisé. Sa première pensée fut "Ha c'est dommage". Puis à la tête de son interlocuteur, elle se rendit compte qu'elle avait dit à voix haute. Victoire avait le défaut d'être un peu trop spontanée parfois.

C'était le moment de s’éclipser. Tempi pour le côté discret. Vic était assez rapide et agile pour se sortir de cette impasse. Ou du moins, c'est ce qu'elles espérait. Très fort.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priam Mansaa Sulaymaan
avatar
Exovedat


Mails : 37
Double-compte : 162.73.142.41.e || A.
Portrait robot :

• quarante-cinq ans • animateur télé, philosophe, écrivain, professeur, conférencier et éleveur de dobermans ; ancien trader • situation aisée • défiguré et impressionnant physiquement • bon caractère mais très exigeant • impliqué dans de très nombreux domaines • philosophie spécialisée dans la robotique, fait partie des pionniers de son mouvement • travaille en partenariat avec une type-1 •
biors



ils donnent la gloire aux deux - victoria
Une chance qu'il ait l'habitude de courir.
Priam vit sa charmante compagnie s'enfuir sur ses petites pattes et mit un temps certain avant de convenir de la meilleure chose à faire. Ce n'était rien, a priori, une broutille, le cadet de ses soucis ; qu'aurait-il pu lui reprocher sinon d'être jeune ? Il en avait fait autant par le passé, à un âge déjà considéré comme inapproprié. Il était trop tard trop vite. Quant à la sanction, c'était chercher la petite bête à laquelle il ne pensait pas. La retenir, à quoi bon ? Ils n'auraient probablement pas grand-chose à se dire.

Mais il était persuadé de la connaître. De l'avoir déjà vue, peut-être, puisqu'une telle coiffure ne s'oubliait pas vraiment. Une élève, et Dieu oui c'était la présidente de l'Aéronef il fallait qu'il lui parle.
Priam n'eut même pas la présence d'esprit d'arrêter de lui courir après, et il avait l'air bien malin à vouloir jouer au professeur.

L'erreur de la jeune femme fut de vouloir s'enfuir en prenant le trottoir bordé par d'immenses érables, dont les racines soulevaient les dalles. Un pas de côté pour en éviter une, et Priam fut capable de la rattraper, de lui agripper le bras et, comme il perdit l'équilibre, de la prendre dans ses bras. Il tomba sur le dos, avait écrasé la clôture décorative de son voisin, mais il avait l'élève sur lui et à première vue, elle n'avait rien.

- Oh mon dieu je suis confus. Est-ce que ça va ?

Pour être sûr, surtout. Il se releva et la déposa sur ses jambes d'un geste précieux. Comme son souffle s'était coupé en tombant, il avait un peu de mal à respirer.

- Excusez-moi, la réaction était un peu excessive et-

Ce n'était pas l'élève souffrant d'une malformation cardiaque ? Il avait eu vent d'autocollants dans les couloirs de l'université sur le sujet. Il ne souriait pas et paraissait inquiet. Il en avait même oublié les sacs de courses qu'il avait du jeter sur le pas de sa porte pour la poursuivre.



cultural high
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Roy
avatar
Exovedat


Mails : 29
Double-compte : nop'
Surnom : Vic'
Emploi/loisirs : étudiante en esternat dans le domaine médicale


Vic pensait pouvoir lui mettre une bonne dizaine de mètres dans problème. Mais ce ne fut pas le cas. Le vieux était un sportif. Elle fallait qu'elle tombe sur une exception ! Évidemment !

La jeune femme allongea le pas. Elle n'allait de toute façons pas tenir éternellement. Heureusement qu'elle faisait du sport tout les jours. De toute façon son cardiologue l'engueulait tout le temps. Les trottoirs étaient longs avec pleins de racines. Vic les vit au derniers moment et risqua un pas sur le coté. Elle allait perdre quoi ? Une poignée de secondes ?

Victoire se sentie partir en arrière. Le vieux l'avait attrapé par le bras. La jeune femme fut déséquilibrés. Lui aussi. De toute façon, ils allaient trop vite pour ne pas tomber tout les deux. Elle ferma les yeux et serra les dents.

Ils tombèrent tout les deux. Le mec était sur le dos et elle était coincé dans ses bras. Victoire eut la respiration coupée. Complétement essoufflée, elle allait hurler de toutes ses forces quand elle entendit le mec s'excuser.

Vic fut tellement surprise qu'elle resta silencieuse. Elle essayait juste de reprendre son souffle. Elle se rendit compte qu'elle était allé trop vite quand elle sentie une douleur lancinante dans la poitrine. Ca allait passer, comme d'habitude.

Le vieux la releva et la reposa sur ses jambes. On aurait dit qu'elle ne pesait rien. Genre vraiment rien.  Elle était impressionnée. Le mec avait réussi à la rattraper, à la soulever, comme ça, tranquille. Il avait sur le visage un air inquiet.

Ce type de personne existait vraiment ?

Alors qu'il s'excusait, Vic' se laissa tomber par terre. Elle s’essaya en tailleur. Le sang lui battait les oreilles. Cette fois elle avait bien la confirmation qu'elle était allé trop vite. Son corps allait lui faire regretter. Son cœur faisait n'importe quoi. Vic avait pris tout ses médocs comme il faut... C'était juste douloureux, mais ça passerait.

La main fermé sur sa poitrine. Elle releva la tête vers le vieux. Complétement essoufflée, elle articula lentement :

-Ok... Tu as gagné...


Il avait encore l'air inquiet.

-Ça va passer... Juste, juste 2 minutes.


Elle prit le temps d'observer la situation et vit la barrière complétement détruite. Essoufflée mais amusée, elle ajouta :

-Oh la barrière... On a tout cassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
n'écoutant aucun des deux partis, ils donnent la gloire aux deux ; victoria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moins deux, moins deux, moins deux, moins deux , font que nous somme plus que deux. [Matthias et Artémis]
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Le bloc Espoir contre des representants de partis au CEP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Quartiers résidentiels-
Sauter vers: