Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Contexte
Intrigue
Scénariis
Effectif
Pinterest
Playlist

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 Livraison à domicile [Kiara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Grim
avatar
Artilect


Mails : 156
Double-compte : Esha Lemire
Surnom : Grimmouille
Emploi/loisirs : Héroïne, cannabis, LSD, demandez mes hallucinogènes !
Portrait robot : - Manipulateur
- Observateur
- Délicatesse zéro
- Curieux
- Philosophe
- Adore les livres et les contes
- Détraqué
- Fou
- Méchant
- Possède deux poissons rouges
- Possède un capital choupitude profondément caché
- Dealeur option marchandage possible
- Intelligent
- A l'air très humain, sa condition d'androïde ne saute pas aux yeux.

Bug en #0000ff

RP : 2/3


"On m'a recommandée de vous contacter. Est-il possible de livrer à domicile ? Paiement immédiat, supplément pour la livraison. "

La suite du message indiquait l'adresse de livraison, le jour, l'heure du rendez-vous, ainsi que le produit souhaité. Grim avait reçu ce message un soir qu'il était chez lui, à préparer ses biens pour la prochaine tournée. Nouveau client. On le contactait souvent de la sorte, pour les personnes les plus ... les moins à la ramasse en fait. Les autres se contentaient de le héler en pleine rue ou de venir le voir après avoir compris ce qu'il faisait. En général ceux-là repartaient les mains vides. Grim ne vendait pas n'importe quoi à n'importe qui. S'il était relativement cher, ses produits en valaient largement le prix.
Il ne se livrait pas souvent à ce genre de service, probablement parce qu'on le lui demandait rarement. En fait c'était même la première fois qu'on lui demandait. Après avoir examiné la requête, l'androïde en était venu à la conclusion que cela ne changeait rien à ses plans et que de toute façon de l'argent restait de l'argent. Alors il avait répondu, aussi concisément que son interlocuteur.

" D'accord."

Simple, clair, on ne pouvait faire mieux. Ce ne fut que le jour même, lorsqu'il arriva non loin du point de rendez-vous, que l'Artilect se demanda s'il ne s'agissait pas d'un piège. Peut-être la police cherchait-elle à attraper le dealeur de cette manière ? Après quelques calculs, il en vint à la probabilité que non. Les forces de l'ordre avaient d'autres chats à fouetter, et on ne s'intéressait pas à un petit vendeur dans son genre. Les gros réseaux mafieux, ceux brassant des milliards, voilà qui était autrement plus intéressant. Lui ne gagnait que de quoi vivre correctement et assez pour investir dans ses futurs plans. Il ne savait pas trop encore dans quoi investir d'ailleurs, mais ça viendrait.

L'immeuble était chic, situé en vieille ville. De toute évidence son client était fortuné. Grim se fondait allégrement dans le décor. Bien habillé, sa sacoche en main, il passant sans problème pour u homme rentrant chez lui après une dure journée de travail. Il ne s'attarda pas sur la beauté du quartier, ses terrasses pleine de gens, ses boutiques aux vitrines éclairées, ni le passage relativement important malgré l'heure tardive. Non, lui avançait d'un pas rapide et sûr vers l'adresse enregistrée dans sa mémoire. Le nom du client, parce qu'il en fallait bien un pour savoir à quelle porte sonner, ne lui disait évidemment rien. Grim n'était pas coutumier de l'industrie pornographique, sans quoi il aurait immédiatement reconnu la personne derrière le message. C'était en totale innocence qu'il entra dans le hall après avoir annoncé sa présence. Le concierge, occupé à lire un livre dans sa cabine, lui jeta un regard méfiant. L'androïde le salua d'un signe de tête ainsi que d'un sourire poli, mais ne s'attarda pas pour faire la conversation. Pas de service de sécurité, en revanche il avait noté la présence d'une caméra de surveillance à l'entrée de l'immeuble. Et à en juger par la grandeur du hall, le luxe apparent de l'endroit, il ne s'était pas trompé sur le compte en banque de son client. Un nouveau. Et comme tous les nouveaux il méritait ce qu'il y avait de meilleur pour commencer. En plus de sa commande, Grim avait apporté des échantillons de divers autres produits, au cas où.

Arrivé devant la porte, il frappa quelques coups secs. Ne pouvant annoncer son identité et la nature de sa venue ici, il se contenta d'un simple :

- C'est moi.

Sa voix était calme, naturelle, impossible de deviner sa nature. Il se redressa en voyant la porte s'ouvrir et colla un mince sourire sur ses lèvres.


Le Grim aime le bleu : #0000ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiara Gorthman
avatar
Réfractaires


Mails : 44
Double-compte : Non
Surnom : K'
Emploi/loisirs : Responsable marketing pour un studio de production pornographique
Portrait robot : - Hyper froide
- Droguée
- Fait semblant d'apprécier les robots
- Craque parfois
- Achete des robots pour les massacrer
- Bosse beaucoup trop
- parle d'un ton platonique (#583657)
- Est parfois confondu avec un robot à cause de sa froideur.


Le message envoyé, Kiara se permit enfin de souffler tout en se laissant tomber sur son canapé, seul meuble sorti indemne de la tempête. Cette journée avait été terriblement longue et la nuit ne s’annonçait pas plus réjouissante. Son regard bleuté se balada sur les dossiers éparpillés sur les coussins. Elle s’y mettrait plus tard, après avoir acheté sa dose tel un vulgaire junky. La jeune femme se haïssait d’avoir besoin de ça pour tenir, mais l’autre option était l’échec et ce n’était pas envisageable. Vibrement. Un nouveau message, expéditeur non-enregistré. Contenu : "D’accord". Bien. Elle froissa le bout de papier où avait été gribouillé le numéro de téléphone et le jeta dans un coin de la pièce. Son nouvel homme de ménage s’occuperait de ça demain. Kiara se leva tout de même pour ramasser une plante dont le pot avait roulé au sol. Elle ne prit pas la peine de nettoyer la terre. Elle se dirigea ensuite vers la cuisine où elle se servit un grand verre de vin, attrapa son paquet de cigarettes, le cendrier et son briquet avant de revenir à son point de départ et s’installer sur le canapé, la jambe droite pliée sous elle.

Son esprit était vide à présent. Ses crises de colère avaient le don de la vider et, si elle avait pu s’allonger un instant, la jeune femme serait tombée dans un lourd sommeil. Fort heureusement, elle resta éveillée. Son regard contemplait la vue offerte par l’immense baie vitrée alors que sa clope se consumait lentement entre son majeur et son index. De temps à autre, elle portait le verre à pied à sa bouche, marquant le rebord de son rouge à lèvres. Combien de temps cela pouvait-il prendre pour une livraison à domicile ? Impossible de savoir si on ignorait dont le vendeur partait. Il fallait prendre son mal en patience. Une fois réapprovisionnée, elle aurait toute la nuit pour finir ce fichu rapport annuel sur l’évolution des fantasmes chez les hommes blancs d’entre 15 et 22 ans. De quoi perdre foi en l’humanité. Les recherches n’incluant pas d’androïdes étaient racistes ou dégradantes pour la femme. Pas étonnant que ces gars-là se retrouvaient avec le porno comme seule passion. Cependant, Kiara leur devait son train de vie et ne pouvait que les remercier pour cela. Elle bue une nouvelle gorgée de vin et se força à marcher au milieu du carnage pour se maintenir éveillée. Il allait lui falloir une nouvelle table basse. La partie en verre avait cédé lorsque la demoiselle l’avait violemment frappé à l’aide d’une chaise. Cette dernière n’avait pas bougé, d’ailleurs. Heureusement que la propriétaire ne retirait jamais ses chaussures, même à l’intérieur, avant d’avoir fini de travailler. Des morceaux coupants gisaient ici et là, dissimulés entre les poils du tapis. L’homme de ménage se chargera de ça…

La femme ouvrit la porte-fenêtre et sorti l’espace d’un instant sur son balcon. Le vent était frais mais les bruits de la ville étaient toujours plus calmes à cette heure-ci, rendant la sortie agréable. Il était impossible d’avoir la paix en journée, surtout en plein centre-ville. Elle profita de la terrasse quelques minutes avant de retourner à l’intérieur lorsque les frissons l’assaillirent. Combien de temps encore à attendre ? Kiara alluma la chaîne hi-fi et choisi sa playlist excentrique. Celle qu’elle écoutait pour évacuer ses envies animales. Elle rechargea son verre, alluma une nouvelle cigarette et s’installa une énième fois sur le canapé. Elle tendit les bras sur le dossier, croisa les jambes et fixa un point invisible en face d’elle alors que la musique de sauvage continuait de crier derrière elle.

La playlist (si tu veux un aperçu sinon osef):
 

TOC TOCC’est moi.

Enfin. Kiara avala la gorgée d’alcool dans sa bouche et, sans prendre la peine de baisser la musique, cria à l’homme d’entrer. Il n’entendit pas. Merde. Grognant dans sa barbe, elle posa son verre de vin à ses pieds et traversa le salon afin de rejoindre le hall. Derrière la porte, un homme. Pas trop la gueule de l’emploi. En même temps, ceux qui l’avaient se faisaient vite coffrer. D’un geste de tête, Kiara l’invita à entrer. Elle ne devait pas paraître très en forme, les yeux rouges, les cheveux ébouriffés et sa magnifique robe tailleurs plissée. Mais c’était un dealer, alors elle se moquait bien de ce qu’il pouvait penser d’elle.

- Allez-vous installer dans le salon, je vous rejoins.

Elle s’approcha de la patère et plongea la main dans sa poche de manteau, en sortant son portefeuille. Un nombre suffisant de billets récupérés, elle rejoignit le dealer et posa la liasse sur le cadavre de table basse, bien en vue, avant de s’échouer dans le canapé et récupérer son verre de vin. La musique continuait de résonner dans l'appartement.

- Voilà qui devrait suffire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://z-epidemie.forumactif.com/
Grim
avatar
Artilect


Mails : 156
Double-compte : Esha Lemire
Surnom : Grimmouille
Emploi/loisirs : Héroïne, cannabis, LSD, demandez mes hallucinogènes !
Portrait robot : - Manipulateur
- Observateur
- Délicatesse zéro
- Curieux
- Philosophe
- Adore les livres et les contes
- Détraqué
- Fou
- Méchant
- Possède deux poissons rouges
- Possède un capital choupitude profondément caché
- Dealeur option marchandage possible
- Intelligent
- A l'air très humain, sa condition d'androïde ne saute pas aux yeux.

Bug en #0000ff

RP : 2/3


C'était une femme. Une cliente aisée par dessus le marché. Des comme ça il n'en avait pas souvent. D'ordinaire il s'agissait plutôt d'hommes, pas forcément fortunés mais pas pauvres non plus. Et cette cliente-ci était particulière. Heureusement que son allure n'était pas trop soignée, ce qui devait être le cas d'ordinaire, car Grim nota qu’elle ressemblait terriblement à une androïde autant que lui pouvait ressembler à un humain. Ca avait quelque chose de perturbant. Cependant il ne fit aucune remarque et se contenta d'entrer. Lire les émotions sur elle ne serait sans doute pas facile, pas si la similitude avec la machine s'étendait jusqu'à l'attitude. Il espérait que non.

Si l'appartement devait être d'ordinaire grand et superbe, une tornade était passée par là. Meubles renversés, verre brisé, décoration arrachée, on avait l'impression qu'une lutte féroce s'était déroulée ici. Pourtant il n'y avait personne. A en juger par les yeux rouges de sa cliente et sa tenue débraillée, elle devait être l'auteur de ce désastre. Souffrait-elle de troubles psychiques ? Grim se souvenait avoir vu de tels comportements chez des personnes atteintes de pathologies mentales. Là encore il ne dit rien et se contenta d'éviter les obstacles pour aller s'installer sur la banquette. Une musique terrible ajoutait à ce décor digne d'un squat. Grim n'y connaissait pas grand chose en musique, mais de ce qu'il percevait des paroles ça n'avait rien de très profond. Enfin si, mais pas dans le sens philosophique de la chose.
Tandis que sa cliente revenait avec une liasse de billet, l'androïde posa sa sacoche sur la banquette. Il prit l'argent qu'elle lui tendait et compta d'abord la somme. Il approuva d'un hochement de tête puis rangea le tout dans la poche intérieur de sa veste. La transaction faite il ouvrit le sac face à sa cliente, étendant sous es yeux tout ce qu'il avait à proposer.

- J'ai de tout, du plus classique au plus exotique. Et je peux vous obtenir certains produits plus spécifiques. Évidemment ce sera plus cher.

Il exposait d'une voix calme, il connaissait le tout sur le bout des doigts ainsi que les effets néfastes de chaque drogue. Mais inutile d'en parler à la demoiselle, elle devait forcément savoir.

- Cannabis, un incontournable. Et il n'est pas coupé avec les cochonneries que l'on peut trouver chez d'autres. Amphétamines, cocaïne, ecstasy, crack, champignons hallucinogènes, héroïne, LSD.

A chaque fois il déposait le sachet contenant le produit. Il y en avait si peu à l'intérieur, à chaque fois Grim s'étonnait de voir combien on pouvait payer pour ça.

- Salvia divinorum, il désigna un sachet contenant les feuilles d'une plante, ou sauge des devins sans utiliser son nom scientifique. Datura, khat, GHB, kétamine. Et c'est à peu près tout.

Il s'était cantonné à "la base". Pour des raisons évidentes il avait plus de mal à se procurer des médicaments. Et il ne vendait pas ces nouvelles drogues surpuissantes aux effets dévastateurs telles la crocodile. Le but était quand même que ses clients reviennent.
Grim la laissa choisir et en profita pour la détailler. Il y avait quelque chose d'étrange chez cette femme, de dérangeant. Elle avait l'air plus jeune que son âge réel, elle devait bien être majeure, et ses lèvres colorées tranchaient terriblement avec sa peau pâle. Il sentait l'odeur de la cigarette. Mêlée à celle du vin. Alcool, tabagisme et drogue, encore une qui allait détruire sa santé et griller sa vie à toute allure.

- Si vous avez des questions ou une demande particulière, je vous écoute.

La satisfaction du client avant tout. Et puis il était assez pressé de repartir. Quelque chose le mettait mal à l'aise, il n'arrivait pas à savoir quoi. Comme si une petite voix lui signalait un danger. Son "instinct" peut-être ?


Le Grim aime le bleu : #0000ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiara Gorthman
avatar
Réfractaires


Mails : 44
Double-compte : Non
Surnom : K'
Emploi/loisirs : Responsable marketing pour un studio de production pornographique
Portrait robot : - Hyper froide
- Droguée
- Fait semblant d'apprécier les robots
- Craque parfois
- Achete des robots pour les massacrer
- Bosse beaucoup trop
- parle d'un ton platonique (#583657)
- Est parfois confondu avec un robot à cause de sa froideur.


Kiara profita du fait que le dealer comptait les billets pour l’observer un instant. C’était un homme sans âge, soigné, passe-partout hormis sa chevelure soyeuse. Son attention se reporta sur son verre d’alcool alors que l’inconnu présentait son stock qu’il connaissait sur le bout des doigts. Il devait réciter la même comptine à tous ses clients. Ce boulot semblait être terriblement routinier. Elle le laissa parler par politesse mais savait exactement ce qu’elle voulait. Se précipiter pour demander sa came faisait mauvais genre. Droguée de bas étage en manque. Se contrôler pour avoir l’air de détachée, pas accros. Ce genre de règle était complètement stupides et pourtant elle s’évertuait à les respecter. Lorsqu’il eut fini son petit discours, elle posa le verre à pied au sol et se pencha pour étudier les produits. Elle sentait son regard sur elle mais fit mine de rien. Finalement, elle se redressa et s’installa au fond de son siège.

- Speed et cocaïne. À condition que cette dernière ne soit pas coupée à un poison quelconque.

Kira était toujours émerveillée de voir jusqu’où certains allaient. Pesticide, médicament. Elle avait posé la question mais faisait confiance en la marchandise du dealer : jamais on ne lui aurait recommandé un vendeur de pacotille. Les meilleurs vendeurs étaient ceux qui coupaient à l’ancienne, avec des ingrédients de cuisine. À peine avait-elle fini sa phrase qu’elle se leva pour se diriger vers la cuisine ouverte. Kiara se servit un nouveau verre. Elle en profita pour baisser légèrement la musique qui commençait à lui déclencher une vilaine migraine. Appuyée sur l’îlot central, elle se permit d’extérioriser un long soupire. Elle était si fatiguée. Même la drogue ne lui faisait pas envie. Pourtant, il lui en fallait afin de respecter les délais sur les enquêtes. Après une énième gorgée d’alcool, elle hésita à en proposer à son « invité ». La coutume voulait qu’un dealer entre, vendre et reparte aussitôt mais une fois seule, la jeune femme n’aurait pas d’autre choix que de prendre sa dose et se remettre au travail. Or, elle avait besoin d’une pause. Elle la méritait, même. Elle bûcherait ses dossiers toute la nuit, de toute façon. La responsable marketing n’avait pas reçu d’homme chez elle depuis plusieurs jours et commençait à se sentir un brin isolée. Exception faite pour Sean, l’homme de ménage qui allait la détester en voyant l’état de l’appartement. Peut-être allait-il même démissionner, lui aussi.

- Je vous sers un verre ? Moi aussi, j’ai de tout, du plus classique au plus exotique

C’était une… taquinerie ? Disons une petite phrase amusante balancée avec son ton plat habituel, déconcertant pour certains. Malgré tout, c’était bien pensé sur le ton amical. Et c’était vrai : en matière d’alcool, son stock était proche de la collection. Si les vins restaient son premier amour, elle ne crachait pas sur le wishy japonais ou encore sur les meilleures vodkas d’Europe de l’Est. Elle était toujours derrière l’îlot de cuisine, l’observant. Elle avait retrouvé sa posture de poupée rigide malgré ses cheveux emmêlés et sa tenue froissée. Chassez le naturel, il revient au galop. Cette phrase avait été inventée pour Kiara Gorthman.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://z-epidemie.forumactif.com/
Grim
avatar
Artilect


Mails : 156
Double-compte : Esha Lemire
Surnom : Grimmouille
Emploi/loisirs : Héroïne, cannabis, LSD, demandez mes hallucinogènes !
Portrait robot : - Manipulateur
- Observateur
- Délicatesse zéro
- Curieux
- Philosophe
- Adore les livres et les contes
- Détraqué
- Fou
- Méchant
- Possède deux poissons rouges
- Possède un capital choupitude profondément caché
- Dealeur option marchandage possible
- Intelligent
- A l'air très humain, sa condition d'androïde ne saute pas aux yeux.

Bug en #0000ff

RP : 2/3


Un mince sourire passa sur les lèvres de Grim, ni bon ni mauvais, de ces sourires dont on ne savait trop comment les interpréter. Il rangea ce qui ne convenait pas tout en laissant sur le côté les produits désirés.

- Il n'est pas dans mon intérêt de perdre ma clientèle.

Raison pour laquelle il ne coupait pas ses produits avec ces cochonneries que l'on trouvait ailleurs. Raison pour laquelle également il était un poil plus cher que d'autres. Même s'il adaptait sa marchandise au client. Pour ceux qui n'avaient pas les moyens, pour ceux qui devenaient trop gênant, il n'appliquait pas les mêmes précautions. Combien étaient morts d'une overdose à cause de lui ? Ou pris dans un règlement de compte pour des histoires d'argent ? Le médecin en lui répugnait à cela. Mais il n'en laissa rien paraître et se contenta de refermer soigneusement son sac.

Elle s'éloigna à la cuisine,baissa le son de la musique au grand soulagement de Grim qui notait ne pas aimer ce style. Ou alors le volume trop élevé qui l'empêchait de se concentrer. Elle lui proposa à boire. Problème. Il pinça les lèvres, heureusement de dos à sa cliente cela ne se vit pas. Il n'avait guère envie de se trahir quant à sa nature.

-Je vous remercie pour la proposition cependant je ne bois pas.

Il se tourna légèrement vers elle en affichant un sourire amusé, mimique apprise de ses longues observations.

- J'aime garder les idées claires lorsque je travaille.

Si elle lui proposait un verre c'était pour le voir rester. Donc discuter. Comportement classique chez une personne souhaitant de la compagnie. Et à en juger par l'état de sa maison, elle était en proie à un violent trouble émotionnel, d'où la requête. Grim joua le jeu et décida de rester. Ses yeux se baladèrent sur le décor dévasté et s'égarèrent sur un dossier.

- Je vous interrompt en plein travail j'ai l'impression. La taille de votre pile de paperasse est impressionnante.

Il avait au moins la délicatesse de ne pas questionner sur les raisons d'un tel capharnaüm. La curiosité était forte cependant de survoler ce que racontaient ces feuilles. Un surmenage professionnel expliquaient parfaitement l'état émotionnel de sa cliente ceci dit. Il sentait son regard dans son dos et ça éveillait chez Grim des sensations étranges, désagréables. Sans doute parce qu'il avait pris l'habitude de se fondre dans le décor.


Le Grim aime le bleu : #0000ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiara Gorthman
avatar
Réfractaires


Mails : 44
Double-compte : Non
Surnom : K'
Emploi/loisirs : Responsable marketing pour un studio de production pornographique
Portrait robot : - Hyper froide
- Droguée
- Fait semblant d'apprécier les robots
- Craque parfois
- Achete des robots pour les massacrer
- Bosse beaucoup trop
- parle d'un ton platonique (#583657)
- Est parfois confondu avec un robot à cause de sa froideur.


En entendant son refus, Kiara ouvrit la bouche pour lui proposer de l'eau mais il changea de sujet. Son boulot. Hm. Elle n'aimait pas tellement expliquer qu'elle travaillait pour des studios de film pornographique aux inconnus. Certains avaient des idées très arrêtées sur ce qu'une femme "respectable" doit ou ne doit pas faire. La jeune femme était trop occupée pour réfléchir au féminisme, mais elle savait que ce genre de paroles la mettait hors d'elle. Bien que ce dealer semblait avoir une certaine tenue, elle préféra taire le nom de son employeur pour le moment.

-Remerciez cette pile, c'est grace à elle que je fais appel à vous.

Elle soupira en pensant à ce travail qui l'attendait et qui l'attendrait toujours, peu importe à quel point elle repousserait le moment de s'y mettre. Elle bu quelques gorgées de son verre avant de le remplir une nouvelle fois et l'emporter avec elle. L'hôte refit le tour de son ilôt de cuisine et revint s'installer à sa première place. Elle agissait de façon naturelle, comme si elle ne voyait pas le chaos qui régnait dans l'appartement. Elle avait réussi à ne marcher sur aucun bout de verre ou écharde qui jonchaient le sol. Son regard froid se balada dans la salle et s'arrêta sur la pile en question. Elle ne pu s'empêcher de pincer les lèvres, adoptant une moue boudeuse l'espace d'un instant. Lorsqu'elle se rendit compte de ce qu'elle faisait, elle se força à soupirer et faire "non" de la tête comme pour oublier ce qu'elle venait de voir. Peut être serait-elle obligée de dormir une heure avant de s'y mettre. Son corps était à bout. Le moindre courant d'air la faisait frissonner, signe de fatigue qui ne trompait pas. Pour l'instant, son seul plan consistait à parler à ce dealer jusqu'à ce qu'elle n'ai plus d'autre choix que de s'y atteler.

-Je suppose que le surmenage au travail doit être une aubaine pour vous. Ca, et les riches qui s'ennuient, désireux de découvrir de nouvelles sensations.

Sa voix était teintée de dédain. Elle vilipendait réellement ces personnes. La drogue "récréative". Qu'elle connerie. Perdre le contrôle à ce point était dangereux et pathétique. De toute façon, aussi droguée qu'elle était, elle détestait ces produits. Se maudissait d'en avoir besoin et maudissait encore plus les robots qui la forçait à devoir se surmener pour arriver à leur cheville. Kiara leva son verre à ses lèvres et observa la vue que sa baie vitrée lui offrait. Malgré son état, elle ne parvenait pas à fixer son regard ni même rester immobile plus de quelques secondes. Bien sûr qu'elle était tracassée. Partagée entre l'envie de sauter de ce balcon et celui de virer ce dealer de chez elle, finir de travailler et rendre son papa fier. Un psychiatre aurait sûrement beaucoup à faire avec elle, si seulement elle prenait le temps d'aller en voir un. Parfois, la jeune femme se disait qu'elle allait finir en burn out dans moins de cinq ans. Puis elle se souvenait qu'elle avait du travail à faire au lieu de rêvasser comme une adolescente dépressive. Malheureusement, ce genre de phrase ne fonctionnait pas ce soir. Son esprit refusait de penser à ces fichues enquêtes et aux dégénérés qui répondaient.

Kiara reposa délicatement le verre à ses pieds. A la voir agir de la sorte, au aurait pu croire qu'il s'agissait d'une rencontre distinguée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://z-epidemie.forumactif.com/
Grim
avatar
Artilect


Mails : 156
Double-compte : Esha Lemire
Surnom : Grimmouille
Emploi/loisirs : Héroïne, cannabis, LSD, demandez mes hallucinogènes !
Portrait robot : - Manipulateur
- Observateur
- Délicatesse zéro
- Curieux
- Philosophe
- Adore les livres et les contes
- Détraqué
- Fou
- Méchant
- Possède deux poissons rouges
- Possède un capital choupitude profondément caché
- Dealeur option marchandage possible
- Intelligent
- A l'air très humain, sa condition d'androïde ne saute pas aux yeux.

Bug en #0000ff

RP : 2/3


Donc elle se droguait pour gérer la masse de travail engendrée par son emploi. Bien, à présent il voyait à quel genre de client il avait à faire. Ca arrivait parfois. Pour oublier le stress, pour trouver un peu de détente quelque part, pour tenir le coup alors que son corps et son esprit n'en pouvaient plus. S'il avait eu plus d'empathie il l'aurait plainte. Il se serait même proposé de trouver d'autres méthodes que ces cochonneries. Mais ça ne le concernait plus désormais.

Elle revint s'asseoir. Grim ne manqua pas d'observer ses mimiques, ses gestes, d’analyser et d'en tirer les conclusions qu'il pouvait. Elle n'aimait pas son travail. Quelque part c'était rassurant de la voir plus "humaine", en d'autres circonstances son maquillage figeait trop ses traits. Là au moins il pouvait adapter son discours. La remarque le fit sourire et il hocha la tête.

- En effet. Le malheur des uns fait le bonheur des autres dit-on. Cependant vous n'êtes pas parmi les clients les plus important, numériquement parlant.

Le "vous"désignant ces drogués du travail.

- De même que les riches ne m'appellent pas souvent. La majorité de ma clientèle tient du drogué de bas étage, celui qui prend sa dose pour oublier sa vie misérable. Celui qui va s'endetter au point de risquer sa tête pour un peu de joie le temps d'une prise. C'est triste.

Non ça ne l'était pas. C'était minable, consternant, dégoûtant, mais certainement pas triste.

Elle était tellement digne en vérité. Droite, pleine de retenue. Loin de l'image qu'on pouvait se faire d'une accroc. C'était ... curieux. Et la curiosité allait l'emporter chez Grim. Normalement il aurait dû s'en aller, mais à présent il voulait savoir.

- Pourquoi faites-vous cela ? Vous avez l'air jeune. Vous avez les moyens de bien vivre.

Il balaya l'appartement du regard et s'arrêta sur la sublime vue qu'offrait la baie vitrée. Peu de gens pouvaient se payer un tel luxe.

- Vous pourriez avoir une autre vie. Contrairement à mes clients qui se shootent pour oublier parce qu'ils ne peuvent rien faire d'autre, vous, vous avez le pouvoir de faire ce que vous voulez. Alors pourquoi vous infligez ça si vous n'êtes pas heureuse ?

Car elle ne devait pas l'être sans quoi elle n'aurait pas recours à ces moyens. L'androïde sourit à nouveau, devançant l'éventuelle remarque.

- Oui je fais parfois de la psychologie de comptoir avec mes clients. Mais vous vouliez que je reste, sans quoi vous ne m'auriez pas proposé à boire. Si vous ne voulez pas parler de ça, parlons de ce que vous voulez.

Après tout elle le voulait non ? Elle l'avait invité, de manière implicite certes, mais invité tout de même.


Le Grim aime le bleu : #0000ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Livraison à domicile [Kiara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» Délais de livraison chez GW?
» Titou gigolo a domicile.
» How to live dangerously in one lesson ~ Kiara-Luka & Lisa
» ADMR - Portage de repas à domicile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Centre-ville culturel :: Vieux-Montréal-
Sauter vers: