Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Discord des Membres

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 Elijah Morency ▬ UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar



MessageSujet: Elijah Morency ▬ UC   Mar 4 Avr - 0:20




NOM : Morency
PRENOM : Elijah
SURNOM : Eli
ÂGE : 43 ans
METIER/OCCUPATION : Ex-technicien médical dans l'Armée, actuellement vigile pour une petite boîte de nuit
NATIONALITE : Canadien

Exovedat

Caractère & Physique

Des événements qui s’accumulent, un retour à la vie civile, ça l’a changé. Il n’est plus le même qu’à son départ. A chaque déploiement, il a changé un peu. Mais maintenant, aucun de ses proches ne reconnaît en lui le fils, le frère, l’ami ou le père qu’il a été. Il s’est renfermé sur lui-même et ne veut laisser transparaître aucune émotion. Lui qui avait le sourire facile, les yeux pétillants de vie et qui reflétaient l’amour pour ses proches. Il a adopté ce masque neutre pour se cacher. Seul la mort se reflète à présent dans ses yeux, parfois une pointe de tendresse remplacée par de la culpabilité bien rapidement, parfois une douleur sans fond. Il est un animal blessé qui se cache pour tenter de se soigner sans être soumis au regard permanent, critique des humains.

Pourtant, après deux ans à vivre en tant que civil, il est toujours aussi blessé et perdu que le jour de sa sortie de l’hôpital. Il ne sait toujours pas où il va et ce qu’il devrait faire.  Il accepte des jobs pour payer le loyer de son petit appartement et sa nourriture. Mais rien ne l‘anime vraiment à continuer, il n’a pas de but si ce n’est de ne pas se donner la mort pour la vie qui a été sacrifiée, les vies qui ont été prises. Et pourtant ce n’est pas l’envie qui manque. Tout autant que celle de sombrer dans l’alcool. Il s’y refuse. Juste un verre de temps en temps. Une bouteille dans les mauvais jours. Il la regrette toujours le lendemain et se promet de ne pas recommencer. Jusqu’au prochain mauvais jour. Jusqu’au prochain mauvais rêve qui le réveil au milieu de la nuit et dont il n’arrive pas à effacer les images de son esprit.

Seules quelques interactions le sortent de cette torpeur, elles sont rares mais importantes. Pas de sourire mais il s’ouvre un peu plus. Pas de vie dans ses yeux, il se contente de la voir dans ceux des autres, de voir qu’il y a encore de l’espoir pour eux, qu’ils ne sont pas cassés comme il est. Pour eux, il peut essayer de tourner la page, avancer, vivre mais c’est encore un beau bordel dans sa tête et il doit y mettre de l’ordre. Pour eux, il peut essayer de s’accrocher à ces petits moments de bonheur pour sortir de cet endroit dans sa tête où tout est noir, cet endroit dont il ne voit pas le fond. Il peut faire encore illusion pendant quelques temps que tout va bien, juste le temps que tout aille bien pour de vrai. Il y croit jusqu’au prochain obstacle qui le replonge dans cette spirale infernale, celle qui lui fait croire que rien n’est réparable chez lui. Ni son esprit, ni sa jambe. Il suffit d’une fois, d’une douleur qui se déclenche dans un endroit de son corps qui n’existe plus, qui est absent, amputé, pour lui rappeler que rien ne va bien. Qu’il peut toujours faire illusion, qu’il peut toujours faire pénitence mais qu’il meurt à petit feu à l’intérieur.

Informations en vrac

Quel est votre avis par rapport aux Androïdes ?
Quel est votre avis par rapport aux Humains ?
Quel est votre avis par rapport aux Réfractaires ?
Quel est votre avis par rapport aux Exovedat ?
Quel est votre avis par rapport aux Artilect ?

Des informations en vrac, des détails,... Vous pouvez rajouter ce que vous voulez dans cette partie.

Histoire

C’est un son persistant, un son qui se calque sur les battements de son cœur. C’est un son qu’il ne devrait pas un entendre. Un bip. Un silence. Ça recommence à l’infini. Ça continue jusqu’à ce qu’il retombe dans l’inconscience.

Bip. Bip. Bip.

Il le reconnaît ce son, quelque part il sait à quoi ça correspond mais il n’arrive pas à le placer. Où ? Quand ? Dans quel contexte ?

Bip. Bip. Bip.

Il cherche à ouvrir les yeux mais ses paupières sont lourdes. Il veut appeler quelqu’un, savoir ce qu’il se passe mais sa bouche est sèche et aucun son ne sort. Il doit s’y reprendre à plusieurs reprises avant que la lumière ne vienne l’aveugler et qu’il referme le plus rapidement possible ses yeux. Il inspire, retient sa respiration puis expire. Quelques secondes. Juste assez de temps pour mettre un contexte sur ce son. Il ne devrait pas être là, pas dans une chambre d’hôpital, allongé dans un lit. Il ne devrait pas ne plus sentir son corps sous l’effet des antidouleurs. Il devrait être sur le terrain à s’occuper des blessés les plus graves, il devrait être en train de les préparer à l’évacuation pour qu’ils soient soignés dans de meilleures conditions. Mais non. Des bruits se bousculent dans sa tête. Des cris. Des images. Son cœur palpite de plus en vite. Que s’est-il passé ? Il ne se souvient de rien. Plus de cris. Plus d’images. Tout devient noir.

Bip. Bip. Bip.

Lucas.

Il ouvre les yeux, brutalement, comme possédé. Son souffle est erratique. Son cœur bat à toute allure. Ses doigts crispés sont accrochés à son drap comme s’il s’accrochait à la vie. Désorienté, pendant un moment il se croit encore sur le champ de bataille, puis sur son lit d’hôpital avant de prendre conscience qu’il est dans son lit. Petit à petit, il essaye de détendre chaque muscle de son corps. Il est dans son appartement, tout cela n’est qu’un rêve, un cauchemar, un souvenir. Il relève lentement son torse, puis sa jambe et place sa tête contre son genou, ses mains posées sur sa nuque. Doucement il décompte de vingt à zéro et recommence jusqu’à ce que les battements de son cœur soient plus calmes. Un frisson le parcourt, il est en sueur. Ces cauchemars se faisaient épars mais le frappaient toujours aussi durement. Son regard se tourne vers sa prothèse posée contre sa table de nuit, il la fixe, ce souvenir d’un événement qu’il aurait préféré ne pas avoir vécu.

Un soupir lui échappe, il sait qu’il ne retrouvera pas le sommeil cette nuit et que sa journée commence maintenant. Il relève la tête et jette un coup d’œil au réveil, il indique 4H39. Il n’a plus qu’à suivre la routine qui s’est installée pendant ces deux dernières années : il se lève, met sa prothèse, sort de sa chambre, met en route la cafetière puis va prendre une douche.

Sous l’eau, il repense à ce souvenir. Lucas. Voilà un certain temps qu’il n’avait pas repensé à l’androïde. Il essayait d’échapper aux bribes de souvenirs que son partenaire avait laissés dans sa mémoire. Près d’un an après la mise en service des androïdes dans l’armée, on lui avait assigné cet androïde d’aide aux premiers soins. Quatorze ans de bons et loyaux services aux côtés de l’humain. Un frère d’arme comme les autres. Nommez une chose et elle devient votre responsabilité. Il rit amèrement. A cette époque, si on lui avait dit qu’il traiterait de la même manière un humain et un androïde, il vous regarderait comme si vous aviez perdu la tête. Ce n’était qu’un objet au service de l’armée pour améliorer leur condition et limiter les pertes humaines. Il remettrait son lui du passé à sa place s’il le revoyait car cet « objet » est devenu un ami, un frère et lui a sauvé la vie.


Derrière l'écran

PSEUDO : Piou
ÂGE : 22 ans
OÙ AS-TU CONNU EXANTROP ? Je vous rejoint enfin, pour de bon ? Oui, ici l'fonda fantôme.
AVATAR : OC de Shilesque
UN PETIT MOT ? Pour ceux qui ne me connaissent pas ou qui m'ont oublié (soit 90% des membres sûrement), j'existe toujours /PAN/
J'AUTORISE UNE INTERVENTION SAUVAGE DU PLAISANTIN ? Oui / Non

Revenir en haut Aller en bas
Antoine Dastre
avatar
Réfractaires


Mails : 404
Surnom : L’illusionniste.
Emploi/loisirs : Agent infiltré d'Exovedat chez les réfractaires, écrivain, orateur, magicien.
Portrait robot : - 37 ans.
- Fumeur.
- Grand lecteur.
- Parle très lentement car réfléchi ses mots.
- Adore le théâtre.
- Vouvoie tout le monde.
- ENFP "Inspirateur"
- Semble désespérément attiré par les causes perdus comme les artilects et Léandre.



MessageSujet: Re: Elijah Morency ▬ UC   Mar 4 Avr - 10:23

Tu es plus vieux qu'Antoine. Que d'émotions.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elijah Morency ▬ UC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ELIJAH ■ Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» Elijah Mikaelson
» seule avec sa petite enfin c'est ce qu'elle pense(elijah)
» Elijah Mikaelson - Vampire originel (Pris)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Personnages :: Identification :: Rebuts-
Sauter vers: