Encourage la rébellion

1 - 2 - 3

Liens utiles

Premiers pas
Contexte & co
Intrigue
Annexes
Scénariis
Effectif & listes
Pinterest
Playlist
Discord des Membres

Nouveaux validés


Les Partisans

CHRONOSREP

Wanted
Montréal, 2047. Une foule anarchique et cosmopolite fourmille le long de la rue sainte Catherine. L’armada populaire est multicolore de peau tandis que les corps sont mécaniques, de chair ou métis. Homme et androïde, chacun est différent mais tous sont identiques dans la masse, individu désintéressé et trop pressé, croisant l’autre sans même le regarder, les yeux rivés sur les vitrines ou sur son nouvel objet connecté et déjà démodé. C’est une tourbe de bras et de jambes. murmurent certains. Toutes ces conneries, ça sera la mort de l’être humain, ajoutent d’autres. Vous n’y êtes pas , renchérit un dernier, cette foule polymorphe, insaisissable, c’est la vie, le mouvement, le progrès.
C’est la danse des humanités.
Intrigue
Divergence // Suite à la catastrophe de la AH exposition, des groupes anti-androides se forment tandis que les industriels essayent de séduire de nouveau les acheteurs…
Léandre Luissier ▬ présent
George adamsmp

▬ MAJ et intrigue 2 : 25 aout 2017
▬ Ouverture d'Exantrop le fin mai 2016

Partagez | 
 

 Tournent les vies [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.

MessageSujet: Tournent les vies [LIBRE]   Lun 28 Nov - 20:31



Ne me quitte pas, Jacques Brel

"Danse George. Danse pour toi"


Car je ne suis plus là, car elle n'est plus là.

"Danse. Danse pour vivre et oublier.


Oublier le temps des malentendus, le temps perdu à savoir comment... Oublier les heures qui tuaient parfois, à coups de pourquoi, le coeur du bonheur..

Tout peut s'oublier.


Sauf les Adieux.

Ne me quitte pas.


Et à chaque impulsion qu'il lançait pour l'envoyer valser, son visage revenait.

"Ne me quitte pas.

Elle l'avait quitté mais son souvenir se fracassait contre sa mémoire à chaque appui, preuve que la douleur maintenait vivant.

Elle l'avait oublié, avançant sans lui et lui était resté là, seul à marteler le sol de ses sentiments.
Il lui en voulait.
Il s'en voulait. A chacun de ses pas.

Revers de la violence d'encore trop aimer, son corps s'arc-boute, se déboîte, s'envole pour atterrir avec poids. Le parquet geint dans la salle déserte, muette de mélodie et la danse continue dans sa frénésie du corps, dans le silence du cri de l'esprit.  
Il est 19h10, et les cours dans la salle d'à côté ont commencés depuis une demie-heure.
Ils doivent être entassés là-bas, ennuyeux soldats de l'entrechat, bien trop occupés à bien faire pour éprouver.
Ils ne comprennent rien à la danse de l'autre côté mais ici, dans cette petite salle aux lumières blafardes et aux miroirs fissurés, il est chez lui. Personne ne l''interrompra dans sa transe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes


MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Sam 10 Déc - 16:25

_ georges adams

Il bougeait très vite et Caïn n'arrivait pas tout à fait à le suivre des yeux. Il le reconnaissait à sa morphologie caractéristique. Autrement, il ressemblait à une sauterelle difforme. L'expression n'était pas de lui, il l'avait entendu il y a très longtemps.

_ georges adams

Georges Adams n'avait pas entendu la première fois. La musique jouait à quatre-vingt sept décibels, la voix de l'androïde porta à quatre-vingt-dix. Cela suffisait.

_ bonsoir

Dehors il faisait nuit. Georges Adams pouvait l'ignorer, il n'y avait pas de fenêtre dans la salle.

_ je me suis perdu

C'était la pure vérité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.

MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Dim 11 Déc - 17:09



La danse. Le mouvement.
Son nom qu'il entend au loin. Fausse note.
L'interruption. L'immobilité.

George réouvre les yeux. Il se prépare à engueuler l'abruti qui l'a dérangé. Un élève surement. "Je danse. Veuillez par...". Il ne finit pas car ce n'est pas un éléve. C'est une connaissance. Une figure du passé que l'on pensait détruite; que l'on préférait oubliée.

Le nom de cette connaissance reste bloquée dans la gorge de George. Il bute dessus, surpris. Il n'y croit pas;  il ne veut pas.

"E... Erik? "

Cela faisait bien six ans qu'il ne l'a pas vu mais il reconnait l'androide. Le robot a changé entre temps mais pas assez pour que George ne puisse pas l'identifier.
George est sa  formidable mémoire pour toutes ces choses qui datent d'avant son divorce. George est sa désastreuse mémoire depuis que Drew l'a quitté et que le monde a commencé à lui sembler fade et sans intérêt.
Erik, détail étrange d'Avant, de ceux apparemment anodins qui deviennent importants dû à la facétie du Destin.  

George ne dit rien d'autre pendant quelques instants. Il se rappelle.

Il avait rencontré Erik pour la première fois en 87, année où il avait acheté son appartement.
L'androide lui avait été présenté comme "le futur de la police", un individu presque à part entière avec son physique unique. George avait acquiescé à ce nouvel élément  et ensuite, par intermittence et ce pendant cinq ans, ils avaient travaillé ensemble sur l'agglomération de Montréal.  
Ce n'était qu'à la veille de l'automne 92, trois jours avant la fausse-couche de Drew, qu"Erik" avait quitté  la police de Montréal pour être envoyer sur le front. George, à l'époque, n'avait pas cillé, indifférent à l'androide comme il l'avait été de la mort de son futur fils.
Il n'avait pas eu de nouvelles des "Elite 2087" jusqu'en février de l'année suivante, apprenant leur destruction industrielle pour raisons "financières et éthiques". C'était le samedi précédent sa rupture, cerise sur le gâteau de cette belle semaine de merde.

Erik, pour ces raisons de calendrier et la poisse qui l'entourait, n'était donc pas un bon souvenir à la mémoire de George.
Erik néanmoins, ne devait plus exister et surtout ne pas revenir, matériellement parlant.

Les mâchoires de George se serrent bien qu'aucune autre expression ne vienne froisser son visage.

"Tu es Erik? Le T-3 "Elite 2087"?"

Le policier ne laisse pas le temps à la machine de répondre.

"Qu'est-ce que tu fous là? Tu aurais du être détruit il y a des années après la fin de mise en vente et d'utilisation des "Elite 2087. "

Avoir Erik devant les yeux alors qu'il pense tant à Drew n'est pas bon signe. L'androide n'a jamais fait de précéder son malheur.
Une angoisse soudaine le prend et George blanchit, avance brutalement vers l'androide. Il attrape avec énergie les épaules de la machine.  

"Il est arrivé quelque chose à Drew???"

Son visage est inexpressif comme celui d'un cadavre ou d'un indifférent mais une inquiétude véritable a fleuri dans son ventre.

George ne veut pas d'Erik. Il a déjà bien assez du souvenir de Drew pour ne pas souhaiter que d'autres fantômes du passé viennent le hanter.


Dernière édition par Georges Adams le Jeu 14 Sep - 12:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes


MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Jeu 22 Déc - 14:31

L'androïde est trop lent pour parler et trop poli pour couper la parole. Georges Adams parle et il attend qu'il ait fini avant de retrouver ce qu'il doit dire face à quelqu'un qui le connaît. La procédure de présentation et de sociabilisation est incomplète et son propriétaire lui a formellement interdit de communiquer avec des gens qui pourraient lui nuire et les actions du propriétaire ne sont pas celles que valident les forces de l'ordre. Il le laisse le saisir par les épaules et ne bouge pas.

_ je suis l'androïde type-3 elite 2087 numéro 162.73.142.41.E || mon nom est erik || j'ai été racheté par un organisme sur lequel la loi de février 93 mise en oeuvre par le pouvoir exécutif canadien n'a pas d'effet || je n'ai pas d'existence aux yeux du gouvernement canadien || veuillez m'excuser je ne connais pas l'état de santé de drew

Il ne bouge toujours pas. L'attitude de Georges Adams n'est pas agressive mais typique d'un être humain en état de choc et d'angoisse et peut se révéler dangereuse. Caïn cherche ses programmes d'autodéfense et les lance en arrière plan pour parer à n'importe quelle éventualité.

_ je me suis perdu et suis rentré dans le bâtiment afin de trouver l'aide nécessaire pour retrouver mon chemin || êtes-vous certain d'aller bien || vous semblez effrayé || je suis là pour vous porter secours en cas de besoin n'hésitez pas à me solliciter


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.

MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Mer 15 Fév - 18:59




La danse a cessé.
C’est à présent un temps d’immobilité ; de suspens.
Les mots restent accrochés aux lèvres, le frisson à l’échine tendue et les questions aux yeux grands ouverts.  
C’est quelques secondes d’attente avant que les réponses ne viennent, mécaniques, répétées ; disque rayé.

Je suis l’androïde type-3 elite 2087 […] Mon nom est Erik. […] Je ne connais pas l’état de santé de Drew.

Et soudain, sous le contact du nom de Drew, le temps reprend. Le frémissement parcourt le corps, les poils se dressent, ma peau se couvre d’un filet froid de sueur et les chairs se crispent, se relâchent et s’éveillent.
George s’éveille et réalise son erreur. Drew n’est plus de son univers et Erik n’y ait pour rien. L’androïde ne la connait pas et George l’a perdu. Il n’y a plus aucune trace d’elle nulle part.
Aucun hasard n’y changera rien.


La main moite, le policier lâche l’androïde qui, indifférent, continue de parler.
_ je me suis perdu […] êtes-vous certain d'aller bien ? […]

L’homme recule d’un pas. Il met de la distance entre lui et Erik ; lui et le passé.
Sa mâchoire s’est resserrée. Son regard est de nouveau alerte. Légèrement fuyant à présent.
Il ne veut pas regarder Erik dans les yeux.
Il n’aime pas regarder les hommes dans les yeux. Même quand ceux-ci ont l’âme creuse.

« Je vais bien… J’ai… »

Les mots restent coincés. Il a  encore peur. Ses paumes, maltraitées et enserrées, crissent l’une dans l’autre.

« Tu ne peux pas comprendre… »

Erik ne connait pas la peur. Il n’a pas de sentiment et n’est pas vivant. Il n’est pas mort non plus. Sa carcasse est là encore, animée. Il n’a pas disparu. Il devrait pourtant.

« -Tu ne devrais plus exister. Vous avez été remerciés. Vous auriez dû être détruit. »

George redresse son regard, le laisse glisser du buste de l’androïde et son regard inexpressif. Il se fixe, froid, décidé et implacable.

«  Tu es un instrument de guerre Erik. Tu n’as pas le droit d’être en liberté. Tu peux être dangereux si un de tes circuits péte.  Tu dois te rendre et être détruit. Tu le comprends n’est ce pas ? »

Tu le comprends n’est-ce pas Erik ? Tu n’as pas de droit. Tu n’as pas de vie. Tu ne possèdes rien, pas même ton existence car Erik, tu n’es qu’un instrument.


Dernière édition par Georges Adams le Jeu 14 Sep - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes


MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Dim 26 Fév - 16:17

_ erik a été détruit

Plus aucun programme n'est lancé en arrière-plan. Plus rien n'est préparé ni calculé sinon son débit de parole étrangement rapide. Cette attitude ne provoque en lui aucune manifestation de contrariété ou d'angoisse ; il a l'habitude.

_ suite à la loi de février 93 mise en oeuvre par le pouvoir exécutif canadien erik a été jugé dans un tribunal militaire et libéré de toutes les charges pesant sur lui avec l'appui de témoins humains disposés à témoigner en sa faveur ma licence professionnelle a été détruite et les fonctions propres aux type-3 elite 2087 piratées pour en verrouiller l'accès mon activité est limitée le statut de mon corps est soumis à un contrôle judiciaire humain mais aux yeux de la loi canadienne le type-3 elite 2087 numéro 162.73.142.41.E n'existe plus

La logique de la réglementation humaine lui échappait chaque jour un peu plus. Lui-même n'avait pas été informé des détails de sa propre affaire. Il ne bouge pas.

_ je comprends

C'était vrai.

_ je ne peux pas me rendre au commissariat

Les hommes qui travaillaient au bureau n'en pouvaient plus de le voir arriver presque tous les jours pour leur rapporter des faits de délinquance mineurs et prenaient ses visites comme une franche plaisanterie. Leur logique lui échappait, il n'avait rien de drôle à leur présenter.

_  je me suis perdu et suis rentré dans le bâtiment afin de trouver l'aide nécessaire pour retrouver mon chemin || pouvez-vous m'aider s'il vous plaît


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.



The Opening Saltillo

George demande à Erik de se rendre mais celui-ci refuse. Il se justifie et de sa voix mécanique de lecteur de dictionnaire prend pour argument la loi canadienne, sa licence détruite, ses fonctions verrouillées et le fait qu’il ne peut pas se rendre au commissariat.

Ce n’est pas des raisons pour le danseur qui s’apprête à répondre à la discussion stérile mais, quand l’Elite-2086, vieux disque rayé et entété, lui demande pour la énième fois de l’aide car « il était perdu », il n'arrive qu'à rester muet .

George referme sa bouche entrouverte. Il ne sait plus quoi faire ni comment réagir à présent. Il hésite entre saisir de force le robot ou le laisser s’en aller. Néanmoins, avant d’aller plus loin, l’homme essaye de deviner un présent à son interlocuteur.
Il observe l’androïde immobile. De toute évidence, sa reconversion sur le marché noir n’a pas été de tout repos et Erik n’est pas en bon état. S’il tient encore bien debout avec des appuis surs, il est cabossé, rafistolé et rayé de partout. Sa joue est creuse, la taule enfoncée. Il a surement dû être battu au visage par son propriétaire. Ses poings sont défoncés au niveau des phalanges, prenant naturellement un aspect crispé et fixé.  Ce sont des mains de boxer. Erik doit se battre, reconverti comme androïde de combat illégal.

Sous l'idée, George tord légèrement ses lèvres de désapprobation. Il comprend certaines choses à présent même s’il ne peut pas en être sur. Ça collerait néanmoins et dans tous les cas, il est évident que les personnes qui ont récupéré Erik sont inconscientes des risques que l’androide peut représenter. License militaire détruite ou non, il suffirait qu’un virus vienne s’introduire dans sa programmation actuelle et soi-disant bridée pour que l’androide devienne dangereux et utilise à mauvais usages ses fonctions réglementées.

George serre les dents. Des cas qui vrillent, il en a déjà vu assez à la police pour savoir que ce n’est pas franchement drôle.
On ne joue pas avec une machine de guerre… même rendue supposément inoffensive. C’est aussi irresponsable qu’adopter un pitbull errant sous prétexte qu’il a l’air docile. Personne ne connait les subtilités d’une âme ou les incohérences d’une programmation.

Le policier se tourne vers la porte de la salle. Il a fait son choix. Il doit arrêter Erik. L'androide ne se laissera surement pas éteindre alors il doit le pousser dans ses retranchements pour casser les lignes de son code, prouver qu’il est dangereux et ainsi avoir le droit d'appeler du renfort sans qu'on l’envoi sur les roses.

Il rouvre la bouche pour parler après cette longue minute de silence.  
«Très bien Erik. Je comprends. » C’est un mensonge.  « Je vais chercher un plan de la ville, attends moi là s’il te plait. »  

Calmement, il quitte la salle, rentre dans le vestiaire et ouvre son sac de sport où est rangé son pistolet de service. Il le saisit, le sort de son holster et le cale à l’arrière de son collant. Il  n’a normalement pas le droit de s’en servir pour un tel usage mais dans tout les cas, il ne tirera pas.
C’est un simple objet de pression.

George revient dans la salle de danse, s’arrête dans l’entrebâillement de la porte, glisse sa main dans son dos et attrape le pistolet. Il le pointe quelques secondes vers l’androïde immobile puis, sans brusquerie, place le canon de l’arme dans sa bouche, le doigt sur la détente dans l’attente d’une réaction déviante, de défense et d’attaque mêlée ; de celles qui appartenaient avant à l’Elite.

Le policier ferme les yeux quelques instants, les réouvre et fixe Erik.
Il y a des années, après que Drew l’ai quitté, il avait placé l’arme contre son palet de façon identique. Il n’avait ni tremblé ni pleuré alors. Il n’avait pas eu peur non plus et étrangement, s’était demandé ce que sa mort changerait, à qui il manquerait et si Drew souffrirait. Il en était venu à la conclusion que seul ses parents pleureraient et avait reposé l’arme, se promettant de ne plus jamais penser à «Elle »
Pour oublié l’Aimée, il s’était laissé le droit de songer à la mort, de flirter avec sa vision avant de la faire valser.
Pour faire revenir les instincts disparus, il s’offrirait une nouvelle danse avec le danger car personne ne vivait jamais davantage que dans l’illusion de la mort.


Dernière édition par Georges Adams le Jeu 14 Sep - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes



Le holster n'est pas chargé, ou pas entièrement. L'analyse est complète mais le code défile et la parole est déjà bien avancée. La carte mère a du mal à suivre, quel que soit le programme lancé.

_ tu crois qu|| it will solve all your fucking problems right dud|| ec ils sont face à toi et toi tu veux fuir c'est ça tu penses que ça ma|| ork that way huh it's only getting worse an|| pire et maintenant en plus tu as peur de toi-même mais tu sais ce que c'est d'avoir peur d'être perdu t'es plus u|| a queer now listen to me boy in front of you there are a thousand of those bas|| târds c'est le moment ou jamais d'avoir des couilles et si tu sais plus quoi faire c'est le moment de désespérer et de tout tenter et toi tu veux foutre le|| away from here hell is what you're gonna see after this life and life is this hell but you were trained for this you were prepared for hell|| tout ce que t'as fait avant c'est pour ce moment et ce moment c'est maintenant toute défection est punie tu veux être puni tu veux être l'un de ces connards qui|| run away you are a fucking coward dude so don't be a pussy and|| tire vide tes couilles et si ça te chante vide-les dans ton crâne mais tu veux pas qu'on se souvienne de toi pour ta lâcheté tu veux qu'on sache que t'as tout fait et moi j'veux que tu te souviennes que j|| love you bro i love you so fucking much

Parfaitement.
Immobile.
Réveil.

Il avait alterné entre l'accent d'Arizona et celui du Michigan. Il se souvenait des deux.
Peut-être Georges Adams se sentait-il regardé, cette fois, car l'androïde donnait l'impression de disparaître derrière ses paroles lorsqu'il parlait trop. Soucieux du bien-être de l'humain Caïn chercha combien de temps il avait monopolisé l'attention sans trouver de résultat.

_ votre arme n'est pas chargée

Considération pragmatique - elle semblait presque malvenue, même pour lui, dont les ventilateurs tournaient à plein régime.

_ j'ai pour mission de protéger les humains || cette arme même déchargée constitue un danger potentiel pour un humain || veuillez vous en écarter s'il vous plaît

Il en oublierait presque de rentrer chez lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.

MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Lun 26 Juin - 13:07


The Opening Saltillo

L’arme dans sa bouche et sa simulation de suicide a sur Erik une réaction que George ne s’attendait pas à vivre.
Il pensait que l’androide se mettrait en mouvement et débloquerait quelques capacités spéciales liées à la défense mais pas qu’il répondrait de la sorte ni qu’il se souviendrait de mots oubliés, perdus dans sa mémoire saturée et défaillante.
Regard largement ouvert sur le blanc de la conjonctive, lèvres entrouvertes, le canon du pistolet toujours contre son palet, le policier reste stupéfié, saisi sous le discours d’Erik. Il en oublie même d’appuyer correctement sur la détente, son doigt à présent en suspens à quelques millimètres de la courbe de l’arme.
Ce n’est pas possible, pense-il.
Ca l’est pourtant et quand l’androïde a fini de parler,  George retire le revolver de sa bouche, oriente son canon vers le sol. Il semble apaisé dans sa décision, son visage ayant repris son expression habituelle d’indifférence placide.
Calme, il ne l’est pas néanmoins et les phrases qui prononcent, bien que dépouillées de violence par ses intonations, ne le sont pas par ses mots.

« Ces putains de paroles que tu viens de me réciter, tu les as entendu et les enregistré alors que tu étais sur le front et qu’un mec voulait se tirer une balle dans la cervelle, j’parie?

Le risque pour que cela soit le cas est en effet élevé même s’il est tout autant probable que l’androïde ait pu mémoriser ces citations après le visionnage d’un film lambda.

George serre les dents, respire lentement. Il ne croit pas à la théorie du film car les mots de l’androïde sentent trop le vécu et le trauma’, presque comme s’il s’était agi d’un humain.

« T’as rien oublié hein ?? Tu te souviens de tout alors que ta putain de licence devrait être détruite, ta mémoire de tes année d’armées avec. Ils ne laissent rien normalement. Tu devrais être une putain d’enveloppe vide. »

Le danseur le sait. Il travaille avec des informaticiens dans la neutralisation des androïdes. Ils lui ont expliqués. Il a été formé sur le sujet.

Sans un mot de plus, le silence s’installe, homme et machine immobiles à croire que le temps a été suspendu un instant.
L’androide doit faire tourner ses processeurs usés pour mieux appréhender et réagir à la situation et face à lui, George fait de même dans sa cervelle de chair, cherche une façon pour neutraliser son ennemi, réfléchit à chaque protocole et solution.  
Le « tazer » habituellement utilisés pour court-circuiter les androides est dans son sac et il n’a que son pistolet pour l’arrêter.  C’est possible, il en a conscience, mais pas facile. Les robots de l’armée sont blindés et seul un endroit est accessible aux balles, faille connues de constructeurs et des utilisateurs en « cas d’urgence » et dont l’emplacement change d’un modèle à un autre.

George dévisage l’androide, embêté.
Les élites avaient été construits avec chacun, un emplacement de faille différent et si par le passé il avait connu celui d’Erik, cela faisait bien longtemps que sa mémoire avait supprimé l’information inutile.
Il souffle, essaye de penser de façon logique.
La faille n’était jamais à un endroit classiquement mortel pour un homme. La tête, la gorge, le buste était donc à bannir. Restaient comme endroits réguliers les plis du coude, l’intérieur des cuisses, le bas des épaules.

George pointe son arme vers l’androide, vise l’intérieur de sa cuisse gauche et tire. S’il ne peut dire s’il s’agissait ou non d’Erik, il se rappelle qu’un des Elites avait de sûr cet emplacement comme faille.
Une détonation et un bruit de métal choqué raisonnent dans le vide de la salle.
Il y a environ 1 chance sur 6 pour que la balle ait touché l’endroit de la faille.
Les pronostics étaient lancés.


[Voila !  J’espère que cette réponse te plait après ces longs mois d’attente… george a donc touché la cuisse de Caïn en espérant que ça soit une partie non protégée. Si ça te va, tu peux soit choisir la réussite/échec du coup, soit on fait ça au lancé de dés ! :D]

explication sur les Elites:
 


Dernière édition par Georges Adams le Jeu 14 Sep - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes


MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Mar 27 Juin - 15:40

La balle perfore la cuisse et va se loger dans le sol. Les protocoles de survie sont enclenchés, stimulés par les capteurs de douleur qui s'alarment contre les câbles de soutien de sa jambe gauche. Le bruit est assourdissant et la structure perd l'équilibre, fond vers le sol comme un château de cartes sur lequel on aurait soufflé trop fort. La chute est presque douce comparée à l'écho qui résonne sous le plafond trop haut.
La vérification de l'état général de la structure osseuse et musculaire est une priorité et les résultats sont encourageants. La perte de mobilité met en difficulté l'opération mais l'humain n'a rien et il est toujours temps de le protéger.
Caïn voit Georges Adams et établit le lien entre le holster, la chaleur du canon, et le bruit. Avec un temps de retard, il apparaît que Georges Adams est à l'origine de cette combinaison dangereuse et que Caïn doit l'arrêter. Si nécessaire, il est en droit de se défendre, comme l'y encourage la modification de la deuxième loi de la robotique prévue pour tous les Types-3.

Allongé sur le flanc il respire la poussière qu'il a soulevé en tombant. Ses ventilateurs travaillent à le remettre sur pieds, tout comme l'ensemble de ses programmes et fonctionnalités. Le tout le fait surchauffer, et il désactive les fonctions inutiles présentement, comme la mémoire à long terme ou les plans de la ville qu'il a enregistré.
La jambe droite est encore fonctionnelle. Il projette de se relever, s'aide de ses deux bras, et transfère son poids entier sur la jambe valide. La structure à supporter est trop lourde et il tombe sur son côté droit, écrasant son épaule au passage.

_ en qualité de type-3 je suis autorisé à me défendre si vous faites usage de la violence contre moi || lâchez votre arme et coopérez s'il vous plaît

Les quatre doigts fonctionnels de la main gauche, les fonctions motrices de l'auriculaire ayant été désactivées, vont chercher dans la pochette à sa ceinture une chaîne décorée de deux plaques aux inscriptions illisibles, qu'il met autour du cou. Il cherche de quoi se mettre à couvert, mais la pièce dans laquelle ils se trouvent semble dépourvue de tout objectif stratégique.
Il ne bouge pas et attend de voir les agissements de l'humain pour n'avoir recours à la violence qu'en cas d'absolue nécessité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.

MessageSujet: Re: Tournent les vies [LIBRE]   Lun 24 Juil - 19:21


The Opening Saltillo

George ne pensait pas qu’il toucherait Erik.
Il n’y avait qu’une chance sur six après tout.
Il  ne s’attendait à aucun miracle mais la balle passa de part en part de la cuisse de l’androïde pour venir arrêter sa course contre le sol. Le robot le regarda, le corps bruyant, vacilla comme un objet en déséquilibre puis, flancha complètement, venant écraser sa masse contre le parquet de bois clair.
Le bruit de la chute vint résonner dans la salle, écho bientôt recouvert par le vrombissement sourd des ventilos qui travaillent à stabiliser « Erik ». Erik au regard mort, fixé, presque accusateur et qui allongé sur le côté, le regarde.
Erik qui, semblable à un blessé dans une tranchée, essaye de se relever pour uniquement mieux rechuter.

George le regarde, mutique. L’androïde est pathétique ; si faillible et entêté alors qu’il sort ses insignes fatiguées et désuètes, plaque sur ses lèvres son message pré-enregistré de justicier d’un autre temps.
George a presque de la peine pour cette relique du passé mais sa conscience professionnelle ne lui laisse pas le loisir de s’appesantir sur ses sentiments et il se détourne, retourne dans le vestiaire, va poser son pistolet pour prendre son tazer spécial androïde.
Il revient, va s’asseoir derrière le robot, le redresse pour qu’il s’assied et l’entrave de ses bras. Il le maintient immobile et soumis et n’hésitera pas à le tazer au moindre faux mouvement.
Ça serait un risque considérable pour l’androïde qui, trop vieux et déjà endommagé, pourrait ne jamais redémarrer.  

« Erik… »

Il hésite un instant sur ce qu’il va dire. Il a trop de questions à poser, trop d’interrogations emmêlées et confuses.

« De quoi te souviens-tu depuis ta mise en marche pour l’armée ? Te rappelles-tu de tes années où tu travaillais pour la mairie de Montréal puis des années où tu as été envoyé sur le front ? C’est important. Je dois savoir. Je te l’ordonne en tant que supérieur. »

Il s’interrompt un instant.
Si Erik se souvenait encore de tout, il pourrait dévoiler des informations confidentielles de l’armée à n’importe qui. Cela pourrait avoir un impact non-négligeable sur la sécurité d’innocents.
George serre les dents. L’éventualité même que cela soit déjà arrivée lui fait redouter le pire.

«Erik… Des humains pourraient être en danger si tu ne me le dis pas. »




Dernière édition par Georges Adams le Jeu 14 Sep - 12:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caïn
avatar
Androïdes


Mails : 282
Double-compte : PMS || A.
Emploi/loisirs : Boxeur (illégal)
Portrait robot :

dix ans • type-3 elite 2087 • canadien anglophone - francophone • surentraîné et redoutable adversaire • battu par son propriétaire • ne s'est jamais rebellé • état physique déplorable • programme dépassé et nombreux algorithmes hors-service • aucun caractère • respecte les lois de la robotique • comportement placide
biorsaes



Il sait.
Il les a vécus aussi.

_ je ne suis pas autorisé à vous communiquer des informations concernant les diverses structures pour lesquelles j'ai travaillé

Ca.

_ vous ne disposez pas des autorisations nécessaires pour me donner des ordres

Ca aussi.
« Erik, vos droits et devoirs ont été ajustés par le parquet. »
Il l'avait entendu lui-même.

_ mon devoir est de protéger les humains au péril de mon existence || ce que j'ai fait et ce qui est toujours d'actualité || suite à la loi de février 93 mise en oeuvre par le pouvoir exécutif canadien erik a été jugé dans un tribunal militaire et libéré de toutes les charges pesant sur lui avec l'appui de témoins humains disposés à témoigner en sa faveur ma licence professionnelle a été détruite et les fonctions propres aux type-3 elite 2087 piratées pour en verrouiller l'accès mon activité est limitée le statut de mon corps est soumis à un contrôle judiciaire humain mais aux yeux de la loi canadienne le type-3 elite 2087 numéro 162.73.142.41.E n'existe plus || en qualité de type-3 je suis autorisé à me défendre si vous faites usage de la violence contre moi

« Vous serez désormais responsable de chacun de vos actes. »
Il était encore armé mais Caïn oublia de lui demander de se rendre.

_ vous n'êtes pas en mesure de juger de la dangerosité d'un tiers en ayant une arme à la main || vous représentez une menace pour vous et vos pairs || mon devoir est de protéger les humains au péril de mon existence || je dois vous protéger


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges Adams
avatar
Humains


Mails : 67
Double-compte : Léandre Luissier
Surnom : Le Penseur/M.noexpression/ le danseur...
Emploi/loisirs : Policier multi-fonction
Portrait robot : - émotionnellement et humainement incapable
- professionnellement bon
- peu causant, peu sociable, légèrement blasé mais serviable
- célibataire abstinent (sa femme l'a quitté)
- psychorigide et control freak
- ses deux amours dans la vie sont son perroquet et la danse.


[quote="Georges Adams"]

The Opening Saltillo

Plus les mots coulent, plus le temps s’égrainent et plus George doute.
Les mots d’Erik le troublent et le policier perd pieds. Il ne veut pas croire aux procédures qu’a subi Erik car elles ne sont ni habituelles ni logiques. Il ne les connait pas et comprend pas et c’est là pour l’homme le mal le plus profond. Sans la cohérence implacable des faits, le systématisme et la methode de sa pensée, il n’est rien, perdu dans ce monde déjà si absurde.

De déconcentration, il desserre un peu son étreinte, à peine, mais le tazer reste coller à l’androïde.
Il veut des explications, qu’on lui explique, qu’il comprenne et déchiffre la logique dans l’illogique.

« Ok Erik, t’as pas le droit de me donner d’infos et je comprends rien à tes histoires de licence professionnelle détruite et de jugement mais si t’as rien à te reprocher dis moi qui je peux contacter pour éclaircir tout ça ? Si tu restes un type-3 fonctionnel et que tu es soumis à un contrôle judiciaire humain, il doit bien avoir quelqu’un qui te commande non ? »

George se relève prudemment et lentement et, toujours accolé derrière l’androïde, commence à avancer, force le robot à faire de même, le tazer pointé en menace dans le dos. La succession d’actions n’est en rien différente de l’arrestation d’un accusé mais là, l’inculpé n’est pas de chair mais de métal. Il est branlant et tient à peine debout. Les précautions semblent presque inutiles mais George a appris à être prudent.
On ne sait jamais.
Surtout qu’il est question ici d’un ancien elite 2087. Pas d’un simple T-3 de surveillance-défense.

L’homme entraine l’androïde jusqu’au vestiaire, le balance avec force contre le banc et le robot le percute, tombe avec bruit.
Le policier ne lui jette pas un regard, fouille dans son sac, en saisit deux paires de menottes, y entrave les chevilles et les poignets d’Erik.
Il fait tout cela calmement, inexpressif. On pourrait le croire professionnel mais au fond de lui, une étrange colère, celle de l’incompréhension, bout.

« Par ailleurs Erik, pour qui travailles-tu à présent ? Tu es tout cabossé, comme un androïde de combat illégal. »

Il aura le fin mot de cette histoire même s’il doit rendre Erik en pièces détachées à ses propriétaires.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
 
Tournent les vies [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À l'aube de nos vies (libre)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exanthrop :: Montréal :: Centre-ville culturel :: Vieux-Montréal-
Sauter vers: